Partagez|

Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


René Mathis
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 247
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 55
Localisation : Siège de la DGSE a Paris, ou dans ma villa à Biarritz
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Dim 21 Avr - 21:42

Au Service Secret de la Nation



Kourou, Guyane Française - 12 Juillet 2013 - 17h30

Il faisait très chaud devant la mairie de Kourou en Guyane. Il y avait une foule énorme dans la rue principale. Les habitants attendaient tous la venue du président de la république Française, François Hollande. Il arriva vers 17h30 escorté par une dizaine de gardes du corps. Il se dirigeait vers l'estrade construite spécialement pour sa visite. Il serra la main aux gens qu'il croisait. Il monta ensuite vers l'estrade en souriant et en saluant la foule. Il s'installa devant le micro et commença son discourt.



- Mes cher compatriotes, j'ai le plaisir d'être ici avec vous aujourd'hui pour aborder d'importantes question de...

Le coup de feu fut tiré de loin mais le son fut perçu par tout le monde. Le président tomba a terre avec le front en sang. Il était mort sur le coup sans aucun doute. La foule courut dans tous les sens. Un des policier sur place aperçu le tueur de l'autre côté de la rue. Il courut dans sa direction et le rattrapa, comme s'il n'avait pas voulu fuir. Il le plaqua face contre terre.

- Ce n'est que le commencement, attendez-vous à voir la France revenir à ça population ! La seconde révolution française est lancée !

L'homme mordit une capsule de cyanure et mourut sur le coup. Le policier reste ébahit devant le cadavre de l'assassin.

Paris, Île de France, France - 12 Juillet 2013 - 21h40



- Miss Perrin, pourriez-vous s'il vous plait décaler mon rendez-vous de demain midi, j'irais diner avec mon fils.
- Bien sur monsieur Lambert.
- Merci.
Lambert enfila sa veste quand la porte du bureau de Mademoiselle Perrin s'ouvrit. Un homme plutôt vieux entra. il avait l'air plutôt préoccupé.
- Monsieur le Sénateur, que me vaut cette visite ?
- Vous ne regardez pas la télévision monsieur Lambert, ça fait au moins 10 minutes que l'info passe non-stop.
- 10 minutes ? Que s'est-t-il passé ?
- Cela fait dix minutes que notre président de la république s'est fait assassiné pendant son discours à Kourou...
- C'est impossible !
- Mais c'est vrai. J'ai le regret de vous annoncer que vous avez du pain sur la planche. Il faut que dans les prochaines 24h nous trouvions des pistes solides sinon nous ne trouverons jamais les organisateurs de cet assassina.
- Allons en parler à mon bureau...



Biarritz, Aquitaine, France - 12 Juillet 2013 - 22h

- Tu voudrais quoi René ? Ricard ?
- Oui merci, sans glaçon.
- Comme d'habitude.



Mathis sourit à cette remarque. Carla était sa maitresse quand il était sur Biarritz. Il passait une journée ensemble en parlant de tout et de rien, puis il faisait l'amour toute la nuit. Des fois elle restait plus longtemps et ils vivaient presque ensemble. Mais Il ne parlait jamais de leurs sentiments, Mathis n'aimait pas s'engager dans des relations longues et fermées. Il aimait garder un minimum de liberté. Il pris la télécommande de la télévision et voulu l'allumer.
- On avait dit pas de télé ce soir, juste toi et moi.
Carla aimait être en tête à tête avec René, elle préférait se faire des repas maison plutôt qu'aller au restaurant, au contraire de Mathis. Mais il acceptait cette contrainte.
- Je veux jute voir les nouvelles.
- Si tu veux je peux toujours te dire de bonnes nouvelles.
Mathis hocha négativement la tête en souriant et alluma quand même la télé. Les infos ne faisait que parler de l'assassina du Président de la République.
- Je suis désolé Carla mais j'ai bien peur de devoir retourner à Paris sur le champs.
- Pourquoi ça ? A cause de la mort du président ? Un politique de plus ou de moins...
- Je sais bien, mais cette affaire va avoir un impact sur mon travail. Je suis désolé.
Mathis se leva et pris son téléphone. Il composa le numéro du bureau de Lambert. Il tomba sur Miss Perrin. Elle lui passa ensuite Lambert.
- Allô Mathis ? Vous tombez bien, j'allais vous appeler. J'ai besoin de vous sur le champs, je ne sais pas si vous avez vu les infos ?
- Si j'ai vu, je peux être à Paris dans 4h.
- Très bien, j'ai le sénateur Brave qui doit passer demain matin. Il veux que je mette nos meilleurs agents sur toutes les pistes.
- Je vais réfléchir à ça pendant la route.
- Merci Mathis.
René raccrocha, enfila sa veste et embrassa Carla.
- Tu mettra les clé dans le pot de fleur comme d'habitude.
Mathis lui fit un clin d'œil et parti. Il prit le volant de sa Jaguar XF-R. Il aurait parfaitement l'occasion d'atteindre les 200 kilomètres par heure pour pouvoir être à Paris dans les 4h qui suivent alors que normalement c'est environ 7h de route de Biarritz à Paris.

Paris, Île de France, France - 13 Juillet 2013 - 2h30

Mathis arriva devant le siège de la DGSE et présenta son badge au gardien. Il le connaissait bien mais depuis l'attenta du siège 6 mois plus tôt il valait mieux être vigilent. Il gara sa voiture dans le parking sous-terrain prévu à cet effet. Il pris l'ascenseur jusqu'au 3eme étage, pour aller vers le bureau de Lambert. Il traversa le bureau de Miss Perrin en la saluant rapidement puis pénétra dans le bureau du chef du MI6.
- Ah Mathis, j'espère que la route n'a pas été trop longue.
- Non, j'ai juste été flashé 6 fois sur la route minimum.
- Ce n'est pas le plus important aujourd'hui...
- Je sais bien. Il y a d'autre nouvelles ?
- L'actuel gouvernement à démissionné, il sont trop lâches comme à chaque fois... Le nouveau chef d'état provisoire sera dévoilé demain dans la soirée. Je pense que ça sera Brave.
- Le sénateur, on va se faire taper sur les doits...
- Ce n'est pas un défenseur de la DGSE et de la DCRI en effet, mais il peut toujours changer d'avis si on arrive a agir vite... Vous avez choisi les agents qu'il faudrait envoyer ?
- Oui, je pense d'abord à Landreau, elle avait été très pro lors d'une mission en Suisse. Je pensais aussi à Lestaing et Bishop, ils sont très impliqués et leur dossier est très bon, c'est même moi qui avait recommandé Bishop.
- Je suis assez d'accord avec vous. Mais il faut être sur qu'ils puissent être là demain matin. Pour Landreau et Lestaing ça sera peut être possible. Mais j'ai bien peur que Bishop soit difficile à trouver on a aucune nouvelle de lui depuis un sacré moment. Sa dernière mission était l'infiltration d'un réseau en Australie. Je vais essayer de le trouver et le contacter. Je m'occupe de ça personnellement.
- Bien monsieur.
- Et j'oubliais.
- Oui ?
- Il vaut mieux avoir 4 agent plutôt que 3. Je pensais que vous pourriez faire le 4ème agent.
- Sans aucun doute.
- Merci.
Mathis quitta le bureau de Lambert et se dirigea vers son propre bureau. Cette affaire sentait mauvais et il était certain que d'autres personnes haut placé seraient visées.

(C'est maintenant à Caroline Landreau, Raphael Lestaing et Lucien Bishop de poster, ils ont le choix de l'ordre et doivent inventer la façon dont il découvrent la nouvelle et comment ils sont contactés par Lambert)


Dernière édition par René Mathis le Ven 10 Mai - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.vraiforum.com/index.php


Invité
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Invité



MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Mar 23 Avr - 19:06

- Maman, tu me donnes le ketchup ?
- Oui attends


Après une longue mission à l'étranger, Caroline était de retour chez elle de puis 2 mois. 2 mois sans mission à s'occuper de son fils et à profiter de son mari, elle en était presque aux anges. La télé passait une série télé navrante à tous point de vue mais l'agent secret n'avait pas réussi à convaincre son fils de changer de chaine. Son mari lui avait adressé un regard pour lui signifier de lâcher l'affaire, Caroline avait capitulé de mauvaise grâce. Et c'est alors qu'elle tendait le ketchup à son fils que la série fut brutalement interrompu en plein milieu d'une scène, le ketchup tomba au sol. Armand râle mais un regard de sa mère le fit taire, immédiatement cette dernière sût qu'il allait se passer quelque chose :
- Armand mon chéri sois gentil va chercher le courrier
- Mais enfin Caro' je déjà allé le chercher ce matin ?
- Va mon ange
, continua la rousse en ignorant l'intervention de son mari

Armand partit sans rien dire et revint un moment après avec une lettre pour sa mère. Elle l'ouvrit et lut le mot, il était codé mais Caroline savait comment le déchiffrer et lut qu'il s'agissait d'un point de rendez-vous. Elle brûla la lettre et commenta :
- 2 mois sans rien c'était trop beau, je dois y aller

Gaspard soupira, il savait qu'il ne pouvait rien faire. Il avait épousé une femme dont le boulot était classé secret défense, elle partait tout le temps sans rien dire car elle n'avait pas le droit. Caroline prit son blouson en cuir et quitta sa famille...

20 minutes plus tard, Ile de la cité...

Caroline sortit de bouche de métro et marcha sur quelques mètres avant d'arriver devant un immeuble. Elle tapa le code et rentra puis monta les escaliers jusqu'à arriver à un appartement. Elle tapa à la porte selon un code convenu à l'avance et après quelques secondes d'attente on lui ouvrit. L'appartement était décoré comme n'importe quel appartement, à la différence près que personne ne vivait ici. Là il y avait un vieil homme portant un costume élégant et un autre avec un jean, un
T-Shirt et un holster d'épaule avec un beau beretta. Le vieil homme était assis à la table, d'un geste il invita Caroline à s'asseoir.
- Vous avez regardé les infos ?
- Bien sûr, je me doutais que le Colonel me contacterai
- Nous sommes en état de guerre, l'ennui c'est qu'on ne connaît pas notre ennemi et qu'il a frappé très fort. Pour cette mission, le Colonel vous a détaché auprès d'autres agents de l'agence. Votre mission est claire Squale : découvrez qui sont nos ennemis et éliminez-les. Comme d'habitude vous avez carte blanche, si vous êtes découvert le gouvernement niera toute implication et l'agence coupera tout lien avec vous. C'est compris ?
- Oui
- Bien, sur ce papier il y a le point de rendez-vous avec les autres agents, vous aurez le briefing détaillé. Voici votre arme, vous serez plus équipé après le briefing de groupe...


L'autre homme posa une petite valise sur la table, Caroline l'ouvrit et vit son pistolet préféré avec plusieurs chargeurs et un silencieux. Le vieil homme expliqua qu'un système de reconnaissant d'empreintes digitales avait été rajouté, seule Caroline pouvait espérer tirer avec. Elle rangea le pistolet dans un holster d'épaule que l'homme lui tendit et quitta l'appartement.

Un peu plus tard...

Caroline regarda l'immeuble où devait avoir lieu la rencontre avec les autres agents. Pour la première fois de sa carrière à la DGSE elle voyait la partie secrète de l'agence. C'était surprenant mais il fallait vraiment comprendre que la section Fantôme fonctionnait de manière parallèle, pas ou peu de contacts avec le reste de l'agence, aucun QG fixe, même pas de carte ou de badge. Tout était à la mesure du nom, fantomatique..
Elle composa le code d'entrée et rentra dans l'immeuble. Elle n'eut qu'a donner son nom de code et on lui indiqua la pièce où allait se dérouler le briefing. René Mathis était déjà là, elle le salua chaleureusement en lui demandant s'il avait plus d'infos sur l'affaire. Elle se servit du café dans un mug et attendit le reste des agents...


Revenir en haut Aller en bas


Lucien Bishop
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 37
Localisation : Sibérie, Russie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Mer 24 Avr - 17:46

C'était l'été et même dans la capitale française la chaleur estivale pouvait aisément se faire ressentir. Bishop descendit de l'appareil qui venait d'atterrir sur la piste 04 de l'aéroport Roissy – Charles de Gaulle. Lunettes de soleil sur le nez, visage inexpressif, blouson en cuir et jean, l'agent secret se dirigea vers le terminal, un sac sur le dos. Même s'il était content de fouler de nouveaux le sol français, chose qu'il n'avait pas faite depuis maintenant neuf mois, la raison qui l'amenait ici n'était pas des plus festives.

Au cours de la nuit, la DGSE l'avait contacté. Enfin, pas n'importe qui : Lambert, le directeur, avait directement pris contact avec Bishop qui, jusque là, n'avait que très rarement eu affaire à lui. La raison qui avait poussé le gérant de l'agence à renouer avec Lucien ne l'avait pas surprise. En revanche, il ne s'attendait pas vraiment à être appelé pour être mis sur le coup. Il se doutait bien que la DGSE allait mobiliser le plus d'agents disponibles pour enquêter sur l'affaire, mais il ne croyait pas qu'il en ferait partie, étant lui-même infiltré dans une organisation terroriste. Mais Lambert avait négligé tous les codes et aboli toutes les barrières instaurées par Bishop. Celui-ci avait reçu sur son téléphone un message, d'un numéro inconnu. Mais le contenu, bien que crypté était clair. Lucien avait donc plié bagages pour quitter l'endroit où il vivait et rejoindre enfin la France, mettant fin à des mois d'infiltration et d'éloignement de ses proches.

L'espion français récupéra sa valise dans l'aéroport, puis se rendit au point de rendez-vous où un chauffeur devait le conduire jusqu'aux quartiers de la DGSE. Là-bas, un briefing l'attendait. Tant pis pour le débriefing de son infiltration, il sera abrégé. Au fond, ça l'arrangeait un peu. Il redoutait cet instant où il devra rendre des comptes. D'un côté, il était impatient de communiquer officiellement les informations qu'il avait recueillies au cours de tous ces longs mois, mais il savait qu'il devrait justifier son usage de drogues. Ou, du moins, il devrait faire croire qu'il avait arrêté de se camer à la cocaïne. Car, utile pour son infiltration, il avait jugé bon d'en consommer. Mais, alors que ce n'était plus nécessaire, Lucien n'avait pas réussi à décrocher. Il avait continué de se droguer. Le besoin qu'il ressentait était de plus en plus intense. Pour lui, sa dose de cocaïne devenait vitale. Il ne pouvait pas être opérationnel sans en prendre régulièrement. Même si la drogue altérait quelque peu ses compétences, il savait qu'il demeurait plus efficace avec. Lorsqu'il tardait à prendre sa dose, alors le manque était trop important et il n'arrivait plus à se concentrer sur autre chose.

Tout allait de mal en pis dans la vie de l'agent français, semblait-il. Et voilà que ça empirait avec l'annonce hier soir de l'attentat contre le Président de la République. Attentat qui avait réussi... Cela semblait incroyable. Depuis plusieurs années Lucien travaillait dans les services secrets français, et il n'arrivait pas à réaliser que ceux-ci avaient échoué dans la protection du Président. Ils n'avaient pas été capable d'anticiper l'attaque, ni de l'éviter. Enfin, Bishop aura plus de détails une fois au siège de la DGSE.

Lorsqu'il entra dans le bâtiment, après un court trajet silencieux, Lucien fit à l'un de ses supérieurs un bref rapport, et remit les documents qu'il avait pu récupérer. C'était un débriefing bien plus rapide que la normale, mais la situation pressait. Il se précipita ensuite dans une salle de réunion où l'on devait l'informer des directives que l'agence allait prendre, et lui confier les détails de sa mission. Il évita ainsi les contrôles médicaux d'usage que l'on faisait passer aux agents de retour de mission. En entrant dans la pièce, Bishop put voir que celle-ci n'était occupée que par deux personnes. L'une d'entre elle, Lucien la connaissait déjà. Il n'avait que peu côtoyé René Mathis, mais celui-ci l'avait aidé à gravir les échelons, soutenant son dossier auprès des bonnes personnes afin qu'il puisse devenir espion. La seconde personne était une femme rousse d'une quarantaine d'année que Bishop n'avait jamais croisée jusqu'à présent. Il était clair qu'il allait devoir faire équipe avec eux. Ils avaient du pain sur la planche, et ils devaient commencer au plus vite.

_________________
"L’information est la clef de la guerre moderne" - Général US Glenn Otis

DOSSIER BISHOP

MISSIONS EFFECTUÉES

Palme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raphaël Lestaing
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Na ha tu aimerais bien le savoir...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Ven 10 Mai - 9:48

Paris, Île-de-France, France, 12 juillet 2013 21h30

J'avais réussi à obtenir un week-end, à la base j'avais demandé toute la semaine ,mais je devait sûrement leur était trop indispensable alors ils ont refusé. En tout cas un week-end c'était déjà bien, avec tout le bordel qu'il y avait eu ses derniers mois la DGSE avait besoin d'agents.

Enfin bref, le soir un ami à moi, Nicolas Dorens, m'avait appelé pour sortir boire un coup, évidemment que je n'avais pas refusé. On était donc parti tous les deux en direction d'un vieux bar pas très loin. Il était très ancien et surtout avait l'air suspect mais c'était l'un des rares qui vendait du rhum vraiment originaire de Martinique et puis il faisait aussi discothèque alors il y avait de grandes chances pour qu'il y ai des filles.
Nous passâmes donc la nuit, Nicolas et moi, à boire et à boire, le lendemain je n'étais pas censé travailler alors les conséquence je m'en fichait un peu. Aux alentours de 22 heures le Barman alluma la télévision qui trônait au-dessus du bar. C'était les infos


-... le président a étais assassiné d'un balle dans la tête...

-D'facon je n'avais pas voté pour lui

-Meeeerde

-Quoi toi si ?

-Mais non c'est juste que du coup je vais devoir aller bosser ...

-Ah c'est sur que c'est chiant...


Je pris un dernier verre, même là je n'étais pas très frais, il y avait de grandes chances pour que je ne soit déjà pas apte à prendre la voiture alors tirer avec une arme n'en parlons pas... il ne me restait plus qu'as espérer qu'ils ne m'appellent pas ou qu'au moins on fasse rien de trop dangereux le lendemain.
Un peu plus tard la DGSE m'appela

[color=blue]-Allô ?

-Lestaing on a besoin de vous

-A cause de la mort du président j'imagine... bon je fais au plus vite

Je raccrochai et sortit du bar sans payer, Nicolas y était toujours et puis il était architecte d'intérieur, il avait de quoi payer.


Je prit un taxi pour me rendre au siège de la DGSE, le trajet ne fut pas très long, 10 minutes plus tard j'étais arrivé. Je payai le taxi en sortit et entra dans les bureaux. Je présentai mon badge, procédure oblige, et me dirigea vers l'endroit qu'on m'indiqua. Il y avait trois autres personnes, je ne connaissais aucun des trois comme j'avais l'habitude de demander des missions solo mais pour la mort du président, cela ne me surprenais pas, j'avais juste envie qu'on ne commence pas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


René Mathis
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 247
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 55
Localisation : Siège de la DGSE a Paris, ou dans ma villa à Biarritz
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Ven 10 Mai - 21:02

Domme, Aquitaine, France - 13 Juillet 2013 - 7h

La station d'écoute de la DGSE à Domme était en pleine action. Chaque agents essayaient de retracer les derniers appels émit par l’assassin de François Hollande. Un homme qui se faisait passer pour un agent arriva dans la base avec une valise. Il passa l'entrée sans problème et entra dans la pièce ou tout le monde travaillait. Il posa la valise et appya sur la touche 5 de son téléphone portable. Le bâtiment fut rasé par une terrible explosion...




Paris, Île-de-France, France - 13 Juillet 2013 - 8h30


Le lieux de rendez-vous choisi était un bâtiment situé derrière le siège de la DGSE. Landreau arriva en première, suivie de Bishop et Lestaing. Ils s'installèrent à la table au centre de la pièce.

- Nous attendons Lambert pour qu'il donne les instructions. Mais en attendant je peux vous dire que ça risque d'être chaud, deux députés ont été assassinée également à leur domicile et le centre d'écoute de Domme a été attaqué, 34 techniciens et agents sont morts...

Au même moment la porte s'ouvrit et Lambert arriva tout affolé.

- Bonjour tout le monde. je ne sais pas si Mathis vous l'a dis mais la DGSE a également été attaquée, la DCRI nous à laissé champs libre pour agir en Drodogne. Le département est bouclé, personne ne peut en sortir sans une expertise de notre part. Je veux que Caroline et René vous alliez voir, vous y serez pour midi si j'en crois a conduite sportive de Mathis. Fabrice m'a d'ailleurs donné des clées, celle de votre nouvelle voiture. Nous avons un agent sur place il vous donnera les informations nécessaires à l'enquête, il y probablement un des terroriste encore dans la région.

- Très bien monsieur, venez Caroline.

Mathis partit avec Caroline sur le parking sous-terrain.

- Quand à vous Raphaël et Lucien, vous partez pour Nicosie.

- Et pourquoi Nicosie ? demanda Lestaing

- Car l'agent à fait sauté le centre d'écoute de Domme avait un faux passeport dans sa voiture qui est restée intact. Et son dernier voyage datait de hier soir, départ Nicosie direction Bordeaux avec un changement par Rome. Et le dernier appel émit par l’assassin du président provenait du siège social de Shatterhand Industries, dont le siège est situé à Nicosie. Vous partez à 9h30, Je vous accompagne jusqu'au sous sol pour que vous puissiez voir Fabrice.

Lambert, Lestaing et Bishop prirent un ascenseur qui les menit au deuxième sous sol. Fabrice y était et traficotait certaines choses dans une voiture spéciale.

- Salut, la voiture est prête ainsi que le matériel.



- Faites votre présentation Fabrice.

- Merci. La voiture que vous avez devant vous est une Renault De Zir améliorée. Cette voiture est amphibie. Elle peut flotter et couler comme un sous marin. Chose pratique dans une région comme Chypre, ou il y a plein d'îles. Elle possède également des vitres à l'épreuves des balles, des missiles dissimulé derrière les phares avant et arrière. Il y a également un système de pilotage à distance depuis vos montre. Une seule marche à la fois bien sur ! Deux Colt 45 sont placé dans une boite à gant caché sous vos sièges. Ils seront donc indétectables à l’aéroport.

- Merci Fabrice, vous allez vous faire passer pour des PDG d'un grande entreprise pharmaceutiques nommée Pharmagroup. C'est une de nos couvertures. Votre but est d'infiltrer le centre de recherche du Dr Shatterhand et de voir s'il y a des preuves d'une quelconque attaque venant de cette entreprise. Ce sera tout, contactez moi s'il y a du nouveau.

Bishop et Lestaing montèrent dans la voiture et prirent la direction de l'aéroport.

(Bishop et Lestaing vous pouvez répondre ici en réaction à votre mission puis il y aura un sujet créer dans la section Chypre d'Europe pour la suite de la mission, je serais les PNJ de l'entreprise de Shatterhand et ses employés. Caroline et moi on pourra continuer ici vu que notre mission est en France également)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.vraiforum.com/index.php


Lucien Bishop
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 37
Localisation : Sibérie, Russie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Dim 26 Mai - 11:53

Deux députés assassinés et un centre d'écoute attaqué. Un ou plusieurs groupes terroristes venaient de déclarer une guerre ouverte à la France. Qui, pourquoi et comment ? Tels étaient les trois questions qui s'agitaient dans la tête de Bishop. Qui pourrait en vouloir précisément à la France ? Y aurait-il un lien avec l'intervention au Mali ? Non, un tel événement aurait eu lieu bien plus tôt. Et puis il ne fallait pas oublier la prise d'otage en Algérie qui avait suivi de peu le début de l'intervention française. À moins qu'il avait fallut tout ce temps pour organiser une telle attaque. On en venait au "comment". Comment un groupe terroriste avait-il pu organiser une attaque d'envergure, multipliant les cibles dans un timming aussi parfait ? Enfin, quel lien pouvait-il y avoir entre ces députés assassinés et les événements qui venaient d'avoir lieu.

Pour le moment, il était trop tôt pour établir des conjectures précises. Les agents de la DGSE devaient enquêter et trouver réponses à ces mystères. Ils n'avaient pas de temps à perdre. Lucien écouta le briefing de Lambert puis celui de Fabrice. Enfin, pour l'une de ses missions, Bishop allait avoir droit à un équipement digne de ce nom. La voiture que leur fournissait l'agence semblait emplie de gadgets, tous plus surprenant les uns que les autres. Lucien s'empressa de prendre le volant. Il n'allait certainement laisser conduire son partenaire qui semblait avoir passé la semaine entière dans un bar.

Bishop salua ses supérieurs et le duo se mit en route à destination de l'aéroport. N'étant pas d'un naturel bavard, Lucien n'avait pas spécialement envie de converser avec son coéquipier. Cependant, il reconnaissait que se présenter était le minimum, d'autant plus qu'ils allaient certainement avoir besoin d'une confiance l'un envers l'autre afin de faire face à ce qui les attendait. Il dit alors, sans quitter les yeux de la route :

- Au fait, je m'appelle Lucien Bishop. Et toi, c'est Raphaël, c'est bien ça ? Ravi de te rencontrer. J'espère pour nous deux que ce n'est pas la dernière fois que l'on fait équipe ensemble.

Lucien jeta un coup d'oeil furtif afin d'observer son partenaire, avant de refocaliser son attention sur la route. L'homme semblait plus jeune que lui d'une dizaine d'années. Bien qu'un air fatigué était nettement visible, il donnait l'impression de pouvoir se montrer vif et réactif quand cela était nécessaire.

Pourvu que l'intuition de Lucien soit juste, pensa-t-il...

_________________
"L’information est la clef de la guerre moderne" - Général US Glenn Otis

DOSSIER BISHOP

MISSIONS EFFECTUÉES

Palme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raphaël Lestaing
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Na ha tu aimerais bien le savoir...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Jeu 27 Juin - 20:18

J’admets que la voiture qu'on nous avait donné, à Lucien et à moi, était sacremant belle même si c'est pas trop le genre que je conduirai ,mais après tout c'était offert par la DGSE alors je n'allais pas m'en plaindre.

-Au fait, je m'appelle Lucien Bishop. Et toi, c'est Raphaël, c'est bien ça ? Ravi de te rencontrer. J'espère pour nous deux que ce n'est pas la dernière fois que l'on fait équipe ensemble.

- Ok Lucien ,mais avant je doit te dire un truc, je suis pas tout frais et je pense que ca se voit alors si tu pouvais éviter de rouler comme un calut si tu veux pas que je rende si les sièges en cuir...r

Je regardais l'intérieur, c'est vrai que la le service avait frappé fort, enfin en même temps le présidant avait été assassiner alors ils avaient mis le paquet sur ce coup  là, même l'autoradio était de dernier cri.

-Oh et c'est moi qui contrôle le son dans cette bagnole !

Je sortis de ma veste un CD de Black Sabbath, oui contrairement au clichés, à la martinique on n'écoute pas que du reggae, certains écoute aussi du bon vieux metal. J'introduisis le disque dans l'autoradio et sélectionna ma chanson préférée, Iron Man. J’espérai juste qu'il aimait bien le metal parce que je supporte que ça en voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


René Mathis
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 247
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 55
Localisation : Siège de la DGSE a Paris, ou dans ma villa à Biarritz
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop) Jeu 4 Juil - 17:39

L'agent de la DGSE qui attendait Bishop et Lestaing à l'entré de l'aéroport vit la Renault De Zir approcher. Il leur fit passer la sécurité sans problèmes. Une demi-heure plus tard, l'avion décolla en direction de Nicosie. 

Au même moment, Caroline et René sortirent du bâtiment de la DGSE et prirent la jaguar XF bleu qui les attendait. Cette voiture très sportive était parfaite pour le voyage jusqu'en Dordogne. Mathis espérait que Caroline supporterait sa conduite sportive durant le voyage. Mathis prit donc l'A10 direction Bordeaux pour enquêter sur l'explosion du centre d'écoute de Domme...



(La suite Partie 2 pour Lucien et Raphael, Partie 3 pour Caroline, je vais créer les sujet aujourd'hui).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jamesbond007.vraiforum.com/index.php


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop)

Revenir en haut Aller en bas

Au Service Secret de la Nation : Partie 1 (ft. Landreau, Lestaing, Bishop)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le secret de Marie ( 3ème partie et fin )
» OBLIGATION LÉGALE AVANT LA MISE EN PLACE DE L'ARMÉE D'HAÏTI.
» Compte rendu de partie 15 : "Secret Six VS League of Assasins"
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Constitution 1987: Réceptacle et promotrice du projet nation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Europe :: France-