Partagez|

Braver l'Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Lucien Bishop
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 38
Localisation : Sibérie, Russie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Braver l'Enfer Sam 27 Sep - 14:01

Chaque policier expérimenté, que ce soit en Occident ou en Orient, avait « son » cas. Cette affaire irrésolue, qui donnait lieu à quelques insomnies, même des années plus tard. Cette enquête dans laquelle on s'était investi et qui, au final, ne s'était achevée que par un « affaire classée ». Wang Fu n'y faisait pas exception. Devant lui, il jetait un œil une énième fois à la photocopie du dossier de l'affaire Zhen - Delarroit.

Une jeune femme avait été retrouvée assassinée chez elle trois ans auparavant. Il n'y avait aucun doute, c'était un crime. Mais le coupable n'avait pas été arrêté. Un soir, un appel avait signalé le meurtre d'une jeune femme. La police s'était dépêchée sur place et avait découvert le corps étranglé de la dénommée Zhen Yu. Son mari, un journaliste français du nom de Lucien Bishop se tenait près du corps étendu à même le sol. Secoué, la chemise ensanglantée, il n'avait pas cherché à retenir ses larmes. Entre deux sanglots, il avait expliqué qu'un cambrioleur s'était introduit dans la maison. Il l'avait surpris en rentrant chez lui et ça avait dégénéré. L'homme n'avait pas pu secourir sa femme, se faisant étrangler ; il était néanmoins parvenu à éliminer l'intrus.

L'histoire en soit était plausible. On avait bel et bien retrouvé des traces de strangulation sur la femme, et de l'ADN de l'autre cadavre (Delarroit) sur ses vêtements. Il y avait bel et bien eu des traces de luttes entre ces deux individus. Mais d'autres détails clochaient. Pourquoi avait-on retrouvé le second cadavre littéralement étripé, le ventre ouvert et vidé de ses organes ? Cela ne ressemblait en aucun cas à un simple cambriolage qui avait mal tourné... Et là où ça devenait plus intéressant, c'est que l'affaire avait été retirée à Wang presque aussitôt. Ses supérieurs avaient insisté pour la classer, prétextant que le coupable avait été immédiatement achevé par le mari, en état de légitime défense. De plus, le dénommé Bishop avait quitté la Chine dès le lendemain. Fu avait été furieux, avait protesté, expliquant que l'affaire semblait plus complexe qu'elle ne l'était vraiment. Mais rien n'y fit : il n'avait plus eu de nouvelles de Lucien Bishop ou de quoi que ce soit d'autre lié à cette affaire... jusqu'à l'année dernière.

L'affaire avait éclatée dans la presse international. Ça avait été l'un des attentats les plus violents du millénaire ; certainement plus important que l'attaque du 11 Septembre 2001 aux États-Unis. Des terroristes russes avaient attaqué Londres et des milliers de personnes avaient péris. Ils avaient ensuite fuit avec des otages à leur bord. Parmi eux se trouvait Bishop. Cela faisait trop de coïncidences aux yeux de l'inspecteur Wang.

D'après la presse française, le reporter Lucien Bishop avait été gardé en otage plusieurs semaines. Mais hier, il avait été exécuté. Fu venait d'apprendre la nouvelle. L'affaire Zhen – Delarroit était désormais close. Il n'aura plus aucune chance de faire éclater la justice. Il n'avait que ses suspicions sur un mari pas net qui avait sauvagement assassiné un homme après que ce dernier ait tué sa femme. Le gouvernement français, ou du moins de hautes autorités, avai(en)t ensuite permis son rapatriement en France. Or, Wang n'aimait pas que l'injustice demeure. Cet homme pouvait très bien avoir décidé d'assassiner sa femme avant d'éliminer son complice. Impossible d'en être certain, l'enquête n'ayant jamais eu réellement lieu.

Pensif, Fu sortit de son bureau, après avoir salué quelques collègues au passage et ri à une vanne lancée par l'un d'eux. Une fois dehors, dans le froid, il s'alluma une cigarette et erra dans les rues, sans vraiment savoir où ses pas le menaient. Avec ces histoires de corruption dans les hautes sphère du Parti, Wang était encore plus déterminé à lutter contre l'injustice. Il détestait l'idée qu'un homme, sous prétexte qu'il était diplomate, politicien ou journaliste, puisse s'en prendre à une innocente et s'en tirer indemne, sans aucune charge retenue contre lui !

Fu leva la tête et observa les nuages dans le ciel. Il n'allait pas tarder à pleuvoir, pensa-t-il. Il n'arrêta pas sa marche pour autant et continua sur quelques mètres. Puis il s'aperçut qu'il s'était dirigé inconsciemment vers le Cimetière des Martyrs de la Révolution de Long Hua. C'était à cet endroit qu'était enterrée Zhen Yu. Repenser (encore une fois) à cette affaire l'avait conduit ici.  Ce n'était pas si surprenant, au fond. Et puis, c'était là l'occasion de rendre un hommage à cette pauvre femme...

Fu s'engagea donc dans l'allée pavée sous la pluie éclatante. Il remonta le col de son imperméable et continua sa marche. Alors qu'il allait arriver à l'endroit où se trouvait la tombe de la défunte, il s'arrêta, surpris. À l'abri d'un arbre, il put voir un homme qui se tenait face à la pierre tombale de Madame Zhen. Wang ne mit pas longtemps à le reconnaître. Son nom était récemment paru dans l'actualité. Quoi de plus normal que de rencontrer un mort dans un cimetière ?

_________________
"L’information est la clef de la guerre moderne" - Général US Glenn Otis

DOSSIER BISHOP

MISSIONS EFFECTUÉES

Palme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lucien Bishop
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 38
Localisation : Sibérie, Russie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Braver l'Enfer Mar 18 Nov - 14:09


*
* *

Cette question hantait la tête de Lucien. Comme toujours. « Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour votre nation ? » Cette question, on la lui avait posée lors de son premier entretien afin de déterminer s'il était apte à intégrer les rangs de la DGSE. Sa variante avait vite suivi : « Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour vos convictions ? » . Et cela pouvait se décliner à l'infini « idéaux », « causes », … Ces questions, Bishop n'avait jamais vraiment cessé de se les poser. Il y avait songé avant même d'entrer dans la DGSE, lorsqu'un espion français lui avait demandé de faire parti de l'Opération Estrella, consistant à mettre hors d'état de nuire un terroriste arménien. Il en avait été de même lorsqu'il était entré à la DGSE. Il s'était posé cette question à chaque fois qu'il avait commis un acte illégal, voire immoral, pour la cause de la nation. Il se l'était posée lorsque sa femme avait été assassinée. Il se l'était aussi posée la première fois qu'il se plantait une aiguille dans le bras afin de s'injecter de la cocaïne.

Et à chaque fois la réponse avait été la même. Il fera tout ce qu'il faudra faire pour assurer la sécurité de la France et de ses citoyens. Mais pour la première fois, il avait douté. Pour la première fois, il avait hésité. Il avait consacré ses cinq dernières années au service de la patrie, et n'avait rien reçu en échange. Au contraire, il avait perdu ce qu'il avait de plus cher. Peut-être était-il temps d'arrêter les frais ? Du moins, de changer d'objectif pour quelques mois. Il s'était plongé dans le travail afin de combler le vide qui le hantait, mais cela n'avait pas réellement fonctionné. Il avait d'ailleurs plusieurs fois mis en péril le succès de ses missions, depuis la mort de sa femme.

C'est pourquoi il avait simulé sa mort. Il devait venger la mémoire de Yu et éliminer les coupables. Il savait éperdument que ce Delarroit n'avait été que l'instrument servant à accomplir la volonté d'autrui. Mais il devait remonter le fil et exterminer les responsables de la mort de la femme qu'il aimait. Shanghai était son seul point de départ. De là, il allait enquêter sur Delarroit, étudier ses liens avec le Cartel H et venger son amour. Il aurait dû faire cela il y a des années !

Là encore, la question de sa détermination se posait. Afin de perfectionner son simulacre de mort, il devrait avoir recours à la chirurgie. Se métamorphoser pour paraître incognito. Mais Lucien préférait s'épargner les dépenses superflus. Et puis, il voulait que le responsable de la mort de Yu puisse voir son véritable visage lorsque Bishop mettra fin à ses jours dans d'atroces souffrances. Donc, pour le moment, seul une épaisse barbe rongeait son visage. Elle était encore plus importante que celle qui avait été diffusée à la presse ces dernières semaines, lors d'une vidéo où il apparaissait capturé en Sibérie.

- Bonjour Monsieur Bishop, fit une voix dans son dos.

Un frisson parcouru l'homme tout juste interpellé. Il ne s'attendait pas à ce qu'on l'appelle ainsi si rapidement... Il se retourna lentement et dévisagea un homme qu'il reconnut immédiatement. Il y a de ces visages que l'on n'oublie pas. Non pas que celui qui se dessinait en face de lui était mémorable, mais les circonstances qui avaient menés à sa rencontre, elles, l'étaient.

- Cela fait bien longtemps, n'est-ce pas ? Poursuivi Fu, un sourire neutre aux lèvres.

- Bonjour, Inspecteur Wang, répondit simplement Lucien. Que me voulez-vous ?

- Ce que tout enquêteur veut : la vérité.

Bishop demeurait méfiant. Il ne savait pas s'il pouvait se fier à cet homme. Il était capable de lui mettre des bâtons dans les roues. D'un regard mélancolique, il reporta son attention sur la tombe de sa femme. Elle lui manquait. Terriblement. Après tout ce temps, il ne s'était toujours pas habitué à son absence. Se marier avec elle lui avait permis de trouver un équilibre dans sa vie. Mais sa mort l'avait rompu, faisant tout vaciller. Paradoxalement, c'était la première fois que Lucien se rendait sur la tombe de Yu. Une vague d'émotions le submergea, qu'il cacha tant bien que mal à son interlocuteur. Celui-ci, d'ailleurs, avait trouvé un os qu'il ne voulait décidément pas lâcher :

- Vous apparaissez en excellente santé, contrairement à ce que l'on peut entendre dans la presse internationale !

Bishop se tourna une nouvelle fois vers l'inspecteur. Il lui lança un regard sérieux et froid à la fois, faisant clairement signifié qu'il n'avait pas de temps à perdre avec lui. Il se pencha afin de ramasser un gros sac à dos de voyage et fit mine de partir, mais Wang demeurait intarissable :

- Vous êtes quelqu'un d'étrange, Monsieur Bishop. J'ai l'impression que partout où vous allez, surtout hors de votre pays, il y a des morts. Mais en ce qui vous concerne, elle semble vous éviter soigneusement.

Cet homme jouait la carte de la provocation, et Lucien sentait qu'il n'allait pas tarder à craquer. Il passa devant Fu et glissa un : « Au revoir, inspecteur.  » , avant de se diriger vers la sortie du cimetière. Le Chinois lui emboîta le pas, dans un ultime essai :

- Vous savez, je peux très bien vous faire arrêter. Rien ne dit que vous êtes innocent dans l'assassinat de votre femme !

Cette fois, la provocation était bien plus importante ! Bishop fronça les sourcils, laissa échapper un grognement en serrant les poings puis accéléra le pas. Il avait hâte de se débarrasser de ce flic ! Celui-ci s'arrêta au milieu de l'allée, abandonnant. Il conclut par :

- Vider un homme de ses entrailles, accroché à un radiateur, ce n'est pas de la légitime défense ! Il y avait deux corps chez vous ce soir là, et vous en avez assassiné au moins un ! Vous êtes coupable de meurtre sur le territoire de la Répu...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase. C'en était trop pour Lucien. Celui-ci avait lâché son sac et s'était retourné, se précipitant d'un pas vif vers le policier de Shanghai. L'ancien espion français fulminait :

- Coupable ?! Coupable ?! Oui, je suis coupable ! Je suis coupable, car je n'ai pas su protéger la femme que j'avais promis de protéger ! Je suis coupable car elle est morte devant mes yeux, et que je n'ai rien pu faire ! Je suis coupable parce que, par ma faute, quelqu'un est entré par effraction chez moi et l'a tuée ! Oui, je suis coupable ! Elle est morte par ma faute !

Bishop avait figé son regard dans les yeux marrons de l'inspecteur. Il le fixa encore quelques instants, puis se détourna à nouveau, bien décidé à quitter ce cimetière. Il avait une enquête à commencer.

*
* *

_________________
"L’information est la clef de la guerre moderne" - Général US Glenn Otis

DOSSIER BISHOP

MISSIONS EFFECTUÉES

Palme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lucien Bishop
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 38
Localisation : Sibérie, Russie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Braver l'Enfer Jeu 4 Déc - 8:14

La vie en cavale nécessitait de l'organisation. En réalité, Lucien n'était pas vraiment en cavale, mais il vivait planqué. Être repéré dès son premier jour dans le pays le plus peuplé du monde relevait même de l'échec. Mais sa mission n'était pas achevée pour autant. Il devait, dans un premier temps, trouver un pied-à-terre où loger. En d'autres termes, il devait faire jouer son réseau et renouer le lien avec ses contacts locaux. Pas ceux de la DGSE, non, mais plutôt les petits indic's auxquels il avait pu avoir à faire par le passé. En fait, non. Il ne pouvait se fier à personne. Avec ce flic dans les pattes, il serait trop facilement repéré si jamais il essayait de contacter l'un de ses proches. Heureusement pour lui, il avait pris ses dispositions avant de disparaître et avait emprunté à Zukrov assez d'argent pour mener son enquête à bien. Afin de masquer ses transactions, il transportait tout en liquide, ce qui pourrait poser problème...

Bishop avait été formé pour être un caméléon et se fondre dans n'importe quel décor. Cela ne devrait pas poser problème. Il avait déjà volé une voiture dans l'aéroport où il avait atterrit. Mais maintenant, il devait changer de véhicule. Il rentra donc dans la Gini qu'il avait récupérée et prit une destination aléatoire. Il allait s'en débarrasser dans un endroit isolé. Il n'allait pas laisser derrière lui des voitures volées comme le Petit Poucet faisait avec ses cailloux : l'on remonterait trop facilement jusqu'à lui, sinon. Tout en roulant, il faisait fonctionner son cerveau.

Tout d'abord, il devait récolter le plus d'informations possibles sur Delarroit. Les archives de la DGSE étaient assez maigres à son sujet. De ce que Bishop savait, Franck Delarroit était l'homme qui se salissait les mains lorsque le Cartel H avait des choses à régler. En d'autres termes, c'était l'un de leurs tueurs. Mais peut-être que le Guan Bu, les services secrets chinois, avait plus d'informations à son sujet. Toutefois, le point de départ idéal pour enquêter sur un crime vieux de plusieurs années était... le rapport de police.

Lucien gara le véhicule dans le parking d'un centre commercial. Il en sortit et regarda aux alentours. Personne ne faisait attention à lui. Il déambula donc dans le parking, cherchant une nouvelle voiture à voler. Finalement, cet inspecteur pourrait lui être utile...

_________________
"L’information est la clef de la guerre moderne" - Général US Glenn Otis

DOSSIER BISHOP

MISSIONS EFFECTUÉES

Palme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Braver l'Enfer

Revenir en haut Aller en bas

Braver l'Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Asie :: Chine-