Partagez|

Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


PNJ MI6
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 17/10/2012
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Jeu 31 Oct - 10:00

Ordre de Passage :

1) PNJ MI6
2) Andrea Dole
3) Sandro Bocelli 
4) Djamin Idhir


______________________________________
Kismaayo, Somalie
Repère terroriste islamiste,
La nuit fut tombée dans la petite ville Somalienne située au Sud-Est du pays. Dans un petit repaire clandestin des terroristes islamistes de la région, se préparait une vente aux enchères. L'organisateur de cette vente était le milliardaire Frédérick Vans. Beaucoup de monde était déjà là prêt pour la vente. L'organisateur salua très aimablement chacune des personnes venant pour participer à la vente aux enchères. La plupart qui était venue ce jour là n'avaient pas en tête d'acheter un tableau ou un meuble antique, mais ils voulaient tous avoir en leurs possession ce mystérieux "Dernier Codex". 
Un parchemin contenant un code capable de déchiffrer n'importe quel code au monde... N'importe quel groupe terroriste ayant un nom dans ce milieu voudrait mettre la main sur ce document. Mais ce sera au plus offrant de le prendre, et au cas où tout dégénèrent en fusillade les gardes  islamiques de Vans tueront tout le monde. Ce n'était jamais arrivé jusqu'à présent quand il organise ce type de vente, mais il y a un début à tout....

Les acheteurs et invités étaient tous là, la vente allait pouvoir commencer ! Les organisations importantes présentes étaient variées, en passant d'Al Qaida à COBRA. Tous étaient la bienvenue d'après le milliardaire, mais les idéologies de ces groupes ne sont pas toujours les mêmes et peuvent être source de conflits.... Frederick monta sur une estrade et s'adressa à ses invités : 

- Mes chers amis, je vous remercie tous d'avoir bien voulu venir jusqu'ici pour cette vente aux enchères. Je sais que beaucoup sont là pour un document étant ma propriété et que j'ai décidé de mettre à ces enchères. Je parle bien sur du Dernier Codex, nous commencerons la vente avec ce document inestimable puis passeront à un tableau peint par un artiste Contemporain bulgare. Commençons si vous le voulez bien... Le Dernier Codex est estimé à 500 000 Dollars, à vous. 

Un homme avec des lunettes de soleil et une longue barbe noire lança l'enchère :
- 500 000 pour moi ! 
- Et 500 000 pour monsieur, qui dit mieux ?

Vans espérait gagner gros sur ce coup là. Mais aura t-il eu raison de proposer le Dernier Codex à cette vente ? Et surtout qui gagnera au final ce document des plus convoités ??? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Andrea Dole/Cobra
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 192
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 36
Localisation : Dans le port de Nicosie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Ven 1 Nov - 14:01



Hans Scher
"Eagle"


Date inconnue
19H30
Repère terroriste
Kismaayo, Somalie

COBRA, comme toute organisation criminelle, et comme toute organisation quelle qu'elle soit, devait s'adapter et évoluer pour ne pas couler. Les profits de l'Organisation étaient ceux du Diamond's Casino, ainsi que les recettes des services vendus par les 4 grandes sections: Scientifique, Renseignements, Meurtres&Enlèvements et Extorsion.
Cependant, il manquait une 5ème section: le département Informatique. Ce problème était apparu assez rapidement, car, en effet, l'équipe informatique du groupe était très limitée, à la fois dans ses effectifs et dans ses moyens. Les activités internet de l'Organisation étaient assez discrètes, mais cela ne suffisait pas.
Ainsi, Cobra et Eagle, les deux "têtes" de COBRA, avaient fait campagne pour trouver de bons informaticiens et un bon matériel. Le but suprême de l'Organisation restait de détruire le MI6, la DGSE, la CIA...etc. Et pour combattre les énormes défenses mises en place par le GCHQ ou encore la NSA, l'informatique était d'une importance capitale.

Eagle avait donc décidé de participer à cette vente aux enchères dont lui avait parlé ses contacts dans les milieux islamistes... Il semblait qu'un homme d'affaire occidental avait hébergé une vente aux enchères dans un petit repère islamiste, à Kismaavo, ville située à la frontière entre les territoires sous le contrôle de l'armée fédérale et les territoires sous le contrôle des groupes islamistes.
Pour se rendre là-bas, Eagle avait profité des engagements au Kenya et en Somalie de Spades, le trésorier et chef de la Section Extorsion. Celui-ci avait en effet trouvé une place dans le système de la corruption africaine.
Pour se rendre à Kismaavo, Hans Scher s'était envolé jusqu'à Nairobi, au Kenya, pour ensuite prendre l'un des 3 hélicoptères de COBRA, un Augusta A.109C, volé en Autriche, qui avait été amené jusqu'ici par quelques militaires Kenyans qui avaient un léger besoin d'argent.
L'hélicoptère pu voler sans grandes contraintes, les radars n'étant pas tournés vers lui, et passa la frontière sans problème.
Une fois arrivé à l'aéroport de Kismaavo, Scher descendit de l'hélicoptère, allumant une cigarette. L'appareil attendrait ici, se fera ravitailler et repartira avec Scher, et le Codex, espérait celui-ci.

Eagle se fit amener au repère en voiture, dans l'une de ces jeeps que les Kenyans et les Somaliens avaient abandonnés après leurs interventions en ville contre les islamistes.

Finalement, la vente aux enchères avait commencée... Le Codex était estimé à 500 000$, soit 370 000€ ou encore  £313 000... Eagle adorait le calcul mental, et il excellait dans tout ce qui ce qui était les estimations, les conversions, les statistiques...etc. Pour l'instant, il n'y avait aucun problème au niveau de l'argent: son budget était largement suffisant... Mais les enchères monteraient. Et il était bon de connaître ses ennemis...
Scher avait changé les verres de ses lunettes de soleil, pour paraître plus discret. En effet, un petit appareil photo se cachait dans les branches de celles-ci... Un petit tapotement discret, qu'il pouvait facilement faire passer pour un tic, permettait de prendre une photo. Celle-ci était directement envoyée à un ordinateur dans l'hélicoptère, qui relayait le fichier jusqu'à un bâtiment de Cobra, en Italie, où la Section Renseignements les analyseraient.
Le seul problème, c'était que les renseignements ne pourrait pas être transmis au N°2 de l'organisation, puisqu'il n'avait aucun moyen de communications discret sur lui. Les images n'étaient prises que pour une utilisation ultérieure.

Eagle tourna donc la tête vers le premier homme à proposer une somme, et prit discrètement un photo, en grattant doucement son doigt contre sa temps, l'air de réfléchir...
Et finalement, il décida de monter les enchères... Pas de beaucoup, certes, mais assez pour amener les acheteurs sérieux à se révéler...


"750 000 dollars.
- Et 750 000 pour monsieur! Qui dit mieux?"


Dernière édition par Andrea Dole/Cobra le Mer 30 Avr - 8:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://star-wars-univers.xooit.com


Sandro Bocceli
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Devant mon écran. A vous concoctez de beaux avatars et de belles signatures !
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mar 5 Nov - 15:42

Sandro Bocceli en personne


Le Dernier Codex, quelle belle invention, elle était plus dangereuse pour lui que pour les autres, mais bon il était prêt à risquer sa vie pour gagner des milliards et des milliards d'euros. Qu'est-il mieux pour Monsieur Bocceli que son argent personnel qui faisait son petit bonheur.
--------------------------------------------------------------------------
Somalie, 19h30
La voiture de la marque 'Jaguar' de Sandro Bocceli venait d'arriver sur les petites routes désertes de Somalie à une vitesse affolante, la vitesse était une passion pour Sandro qui aimait les voitures... Sa voiture noire métallique était quasiment invisible dans le noir. Arrivé au bâtiment de la vente au enchères, Sandro se gara alors sur le petit parking aménagé derrière le grand bâtiment qui faisait presque tache dans le décor Somalien. Il était suivi d'une autre sportive qui roulait à toute allure une voiture jaune vive, une Lamborghini Gallardo. Alors la porte de sa voiture s'ouvra et il sortait de celle-ci. Ses gardes eux situés dans l'autre voiture descendirent environ cinq petites minutes après pour rentrer et s’asseoir derrière leur chef Monsieur Bocceli. Sandro, lui, consulta sa montre. Puis il posa sur ses jambes son porte-documents, puis il passa ses deux mains dessus. Alors il attendait impatiemment le début des ventes, tout en regardant toutes les 30 secondes sa montre achetée surement dans un magasin pour riches...
--------------------------------------------------------------------------
Salle des enchères, 19h40
'750 000 Dollars' avait dit un homme dans la salle de sa voix rauque. 
Hum, 750 000 Dollars pensait Sandro, je vais mettre la barre haute pour voir qui restera dans cette salle à augmenter l'enchère. Alors il passa sa main droit sur son portable pour donc l'allumer. Une fois allumé il y écrivait quelques mots surtout ce qui se passait. Alors après quelques propositions d'autres personnes. Un petit homme barbu avait proposé 800 000 dollars, une femme maintenant, en proposait 850 000. 
"Hum, sont-ils tous riches ici ?" pensais Sandro
Alors Sandro levain sa main droite bien haute, puis dit de sa vois rauque : 
-Hmpf, je propose 1 Million de Dollars.
Alors la personne chargée des enchères pointa Sandro de son index droit.
-1 Million qui dit mieux ?
Alors Sandro pendant deux petites secondes,  ne voyait personne proposer une somme, il eu un petit sourire de satisfaction.


Dernière édition par Sandro Bocceli le Dim 10 Nov - 13:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Djamin Idhir
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/07/2013
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Ven 8 Nov - 17:55

--La salle était surveillée par plusieurs gardes noirs armés de mitraillettes AK47 ou de colts, plusieurs sur la tribune assis autour de Frederik Vans, d'autres dispersés dans la salle chacun contre un mur ; un incident, une triche, et ils tireraient sans doute dans la petite foule d'acquéreurs. Vans les avait sans doute payés une somme rondelette afin d'obtenir leur autorisation pour procéder à sa vente dans la gueule du diable et leur protection, un sacré malin plein d'aplomb car nul n'oserait rechigner sur la stratégie des féroces islamistes somaliens. A part peut être, ou peut être pas, leurs alliés d'Al Qaida contrôlant clandestinement la ville avec eux --

Hassam était dans la salle des enchères. Ce soir là, il représentait clandestinement (du moins ce qu'on fait croire clandestin, dans cette salle nul n'était sans deviner la présence djihadiste) AL QAIDA. Précisément la partie d'Al Qaida contrôlée par Djamin Idhir qui était le chef indirect des islamistes de Kismayoo.





Le dernier Codex, le chef d'oeuvre sans doute le plus convoité dans le monde de l'espionnage. Raison pour laquelle son possesseur souhaitait sans doute vendre l'unique prototype dans l'endroit où on l'espionnerait le moins au monde : dans un des pays les plus pauvres au monde, en plein dans un trou d'islamistes parmi les plus brutaux au monde : les SHEBABS, miliciens somaliens impitoyables et sadiques à faire passer les talibans pour des raffinés. Mais ce coin extrêmement rebutant n'empêcherait pas les plus courageux ou les plus ambitieux de venir, et c'était ce que constatait déjà Hassam... Il y avait plusieurs blancs dans le coins, ainsi que latinos et asiatiques, sans doute venus de loin et acceptant les risques pour s'acquérir cet objet inestimable. Le reste était composé surtout d'africains noirs habitués au continent, de trafiquants d'armes somaliens, et de saoudiens -qui détenaient une partie du marché dans la ville- ou autres hommes d'affaire arabes en déplacement.

Hassam était un saoudien, travaillant pour Al Qaida de longue date. Les Shebabs, rebelles islamistes noirs, acceptaient la collusion à Kismayoo avec les arabes d'Al Qaida, et de recevoir certains ordres d'officiers arabes résidant ici tant qu'ils étaient payés. Les deux organisations entraient cependant parfois dans un conflit d'autorité inquiétant : ainsi quelques mois plus tôt les Shebabs avaient exécutés de vieux chefs arabes de leur propre organisation [AUTHENTIQUE] pour se débarrasser de l’ambiguïté de leur autonomie ou non-autonomie envers leurs cousins d'Al Qaida.

Les enchère débutaient. Hassam était responsable d'une dépense limitée mais haute : le commandant Idhir lui avait raconté que Al Qaida, en dépit de ses fortes sources de richesses (dons et tribus élevés, trafique, richesse des protagonistes) devait se garder de trop audacieuses dépenses. Les différents chefs étaient des sortes de concurrents qui se disputaient la main-mise sur les caisses de la trésorerie du groupe, et pour éviter que le Codex créé une sorte de lutte intestine sur quel chef en aurait la charge, le commandant Idhir ne pouvait compter que sur sa propre part de la trésorerie et celle d'alliés dans e plus grand secret.

-"1 million 100 000 !" cria un homme élégant.

On le connaissait comme un ministre corrompu d'un état d'Afrique, détournant les aides médicales des laboratoires occidentaux. La partie palpitante de l'enchère était commencée, ça ne rigolait plus.  "1 250 000 !" proposa cette fois un multimillionnaire pakistanais au turban et aux lunettes noires. Hassam se creusa rapidement la tête sur quel chiffre proposer.

Quand il parlait de dépenses limitées, c'était bien sûr une image pour dire que la concurrence était potentielle ici même...


"1 million 500 000 !"

... mais que cela dépendait de si la cause de l'acheteur valait la sienne. Hassam sourit, la salle retenait son souffle, le temps de réflexion maximal était passé de autour de 5 secondes à autour de 8 secondes maintenant, et les suiveurs ne dépassaient pas la quinzaine de protagonistes. C'étaient aux plus gros requins de s'entre-dévorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PNJ MI6
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 17/10/2012
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Dim 10 Nov - 10:27

Tout le monde était là dans la salle des enchères. Frederick Vans se trouvait ravi de voir que les prix augmentaient de plus en plus. Narcissique comme il est, il doit trouver son idée de vendre le Dernier Codex remarquable. Mais très dangereuse tout de même. De nombreux terroristes venant des quatres coins du monde viennent tous à une vente aux enchères pour se disputer le Codex, tout cela pourrait vite finir en fusillade. Le Dernier Codex est un objet d'une telle valeur qu'il ne sera donné qu'une fois la vente terminée. Personne ne pourra s'emparer ainsi du Codex si la vente n'est pas terminée. L'idée judicieuse que certains n'ayant plus les moyens de concourir pour le Codex pourrait décider de capturer Frederick Vans pour savoir où est le Codex... Mais il faudra craindre les gardes somaliens de Vans. 

Le milliardaire Vans continue ses enchères en se réjouissant de voir les prix monter. L'objectif du Codex, atteindre le milliard. Et alors le directeur de la vente sera aux anges. 
"1 million 500 000 !"
"Et nous avons 1 500 000 ici, personne à gauche ? Personne à droite ? Nous avons toujours 1 500 000 ici pour le Dernier Codex !"


Plus personne ne dit rien pendant quelques secondes, s'arrêterait-il a 1 500 000 ? Les enchères venaient seulement de commencer, il était certain que quelqu'un d'autres relancent l'affaire. Sinon Al Qaida remportera le Dernier Codex pour la dernière somme retenue. Mais Frederick ne voulait certainement pas que la vente s'arrête là pour son objet tant convoité par le milieu terroriste. 
"1 500 000 une fois ! 1 500 000 deux fois ! Toujours personne pour cette relique je dirais qui pourrait changer votre existence ?!? " 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Andrea Dole/Cobra
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 192
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 36
Localisation : Dans le port de Nicosie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Jeu 14 Nov - 18:05

Le million fut atteint un peu moins vite que ne l'attendait Eagle... C'était parfait. Moins on avancerait, moins on aurait à payer à la fin. C'était la ligne de conduite de tout le monde en quelque sorte... Mais le million fut tout de même atteint. Eagle se tourna vers la personne qui avait proposé cette somme, juste après avoir pris une photo grâce à ses lunettes, il le reconnut... Sandro Boccelli, le vendeur d'armements, brésilien...

Scher se devait de connaître l'identité de ceux qui pouvaient aider COBRA... Heureusement, l'homme d'affaire n'avait jamais rencontré Eagle auparavant. Voilà qui était plus qu'intéressant. Le brésilien ne pourrait pas savoir que l'organisation était présente, mais celle-ci saurait que lui l'était. Une information qui, bien utilisée, avait une très grande valeur.

Un autre homme proposa ensuite la somme d'un million-et-demi de dollars... Tout à fait acceptable par Eagle en tant que somme, moins en tant que rythme. Il était préférable que l'on avance pas en demi-million, car il finirait par ne plus pouvoir payer. Pour l'instant, il avait encore une marge importante, et ne s'inquiétait pas le moins du monde... Sauf que personne ne semblait vouloir proposer plus.
Hors, sans avoir aucune information à propos de l'homme qui avait proposé la somme, il voyait très bien qu'il était arabe... Un homme d'affaire émirati? Un islamiste? Un politicien? Eagle ne le savait pas, mais il savait qu'il était arabe... L'allemand était raciste, dans le sens qu'il considérait le terrorisme arabe comme du sous-terrorisme, qu'il s'agisse d'islamisme, de piraterie, ou de toute autre forme de terrorisme. Il ne pouvait pas laisser le Codex tomber dans des "mauvaises mains..."
Il n'eut pas le temps de proposer une somme, car une femme, qui avait précédemment proposé 850 000 dollars, venait alors de scander la somme exacte de 1 600 000 dollars. Elle aussi semblait vouloir avancer lentement. Ce qui arrangeait Eagle. Celui-ci allait se faire passer pour quelqu'un qui ne possédait que peu de moyens... Une petit requin. Cacher son jeu, bluffer, jouer l'avenir de COBRA. Une partie de Poker aurait été tout aussi palpitante.

"1 800 000 dollars!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://star-wars-univers.xooit.com


Sandro Bocceli
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Devant mon écran. A vous concoctez de beaux avatars et de belles signatures !
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mar 19 Nov - 14:58

"1 800 000 dollars" scandait un homme au fond de salle.
pour bien le voir Sandro se retournait rapidement. Puis il regarda un peu partout autour pour voir si personne ne proposait autre chose que 1 millions huit-cent mille dollars. Alors quand Sandro se retourna vers le commissaire-priseur, celui-ci pointa le bout de son petit marteau blanc vers un petit homme assez vieux. Et recroquevillé sur lui même. Il prit donc à cette annonce la parole.

"J'en propose 2 000 000 de dollars mon cher monsieur !"

Même si la barre des 2 millions était passé rien n'allait assez vite.  

"Vrrr, vrrr" Son portable, situé dans sa poche intérieur de manteau se mit à vibrer.  Alors il se leva d'un bond de son siège et se dirigea en marchant à une allure très soutenue, un de ses hommes de mains prit sa place sur le siège. Arrivé à l'extérieur, un garde du vendeur se plaça à coté de lui. Puis sans afficher d'humeur particulière, Sandro décrocha. Puis il hocha instinctivement la tête de haut en bas.


-Oui, monsieur Sereir, ça arrivera demain, mais maintenant je dois vous laisser ! Bonne fin de soirée.


Après ce coup de téléphone d'un client, il raccrocha et rangea vite son téléphone dans sa poche de manteau en cuir. Puis sans broncher et en ignorant le soldat il entra dans le bâtiment de l'enchère ! Puis quand son garde le vit il se leva rapidement et retournait à sa place au fond de salle ! Voyant que personne n'était prêt à proposer quelque chose il commença à lever lentement la main droite.


-2 200 000 s'écria une voie aiguë devant lui !


En regardant mieux, il y voyait une jeune femme en tailleur. Hmpf, allait-il se laisser prendre le codex par cette femme directrice d'il ne savait quoi. Alors il leva tout de suite la main droite.


-J'en propose 3 000 000

Puis il replaça sa main le long de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Djamin Idhir
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/07/2013
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mer 20 Nov - 23:23

Hassam

Cela devenait de plus en plus sérieux. Les rivaux avaient chuté sous la dizaine pour cet objet, et il fallait craindre un prix final désastreux. Après une montée aussi exorbitante de la part de l'homme à l'accent latino, c'était un champ de bataille qui se préparait, les chuchotements s'étaient quasiment tous tus.

"3 200 000" C'était un prince des Émirats-Arabes-Unis, qui s'essayait à l'enchère trash avec, il fallait espérer, une petite part de sa fortune. Un autre dans la masse monta à 3 300 000. Ces gens là étaient encore frileux, il fallait monter violemment histoire de les dégeler. Cela tombait bien, Hassam était saoudien, quand son chef Idhir était un de ces afghans élevés entre les pierres, les puces et les chèvres. Mais alors qu'il se préparait à proposer un gros chiffre, il entendit un éternuement à côté de lui. Il tourna la tête pour apercevoir...

"Alors mon confrère, on fait des emplettes chez les nègres ?"

En arabe, avec cet accent et ce racisme reconnaissable... C'était bien un saoudien. Et pas un inconnu. Khaled : un envoyé des islamistes d'AQMI : la branche d'Al Qaida au Maghreb, qui avait soulevé toutes les inquiétudes ces dernières années avec la tentative d'invasion du Mali, la prise de la plate-forme pétrolière algérienne et les nombreux otages en Afrique subsaharienne... Mais surtout des alliés rivaux, décidés à montrer qu'ils feraient mieux dans leur partie du globe confiée. Il avait enfilé un turban et des lunettes noires pour être méconnaissable en cas d'espions français ou américains.


"Salham Khaled. Et toi tu fais un peu de tourisme ?"
"Non, je viens pour le même objet convoité que tu es venu chercher toi aussi."

Hassam tourna la tête vers le Codex : on en était encore à 3 500 000, proposés par le pakistanais louche de tout à l'heure qui ne voulait visiblement pas lâcher. L'hésitation s'accentuait.

KHALED : "Croyais-tu que nous ne viendrions pas ? Nous savons qu'après avoir tenté de nous convaincre, ton ami Idhir a décidé de s'en emparer avec d'autres chefs. Nous avons rassemblé nos chefs alliés à nous aussi, pour aller au dessus de votre investissement. Nous ne nous laisserons pas injurier par votre lécheur de botte mégalo du blasphémateur Massoud l'Afghan !"

HASSAM :
"Vous n'arrivez pas au quart de ce à quoi arrive Idhir. Celui qu'a choisit Dieu c'est lui. »
KHALED : « Si vous ne vous rendez pas plus humble, vous et lui pourriez finir un jour avec une balle dans la nuque. 4 MILLIONS ! »

L'assistance sursauta un peu. En en temps incroyablement court on était passé à un million plus haut ! Mais ils n'eurent pas le temps de réfléchir là dessus que...

« 5 millions ! » renchérit Hassam.

Ou comment éventer impitoyablement le triomphe de son rival. L'assistance muette était témoin qu'un homme avait sans hésité monté d'un million entier en quelques secondes. Le choc risquait d'en décourager plus d'un. Maintenant, c'étaient les plus puissants qui se réserveraient la lutte glorieuse, les faibles abandonnaient.

HASSAM : « Pourquoi ne pas joindre nos forces maintenant, mon ami, nous remporterons cette enchère sans aucun doute. »
KHALED : « Djamin Idhir est le diable, Hassam, et tu es son serviteur, c'est à vous de vous racheter. Vous autres ne rêvez que de gloire. »

HASSAM : « Si vous non plus, vous ne seriez pas là pour nous arracher le Codex les premiers, Khaled. Ton chef n'est qu'un fou génocidaire sans esprit politique de toute façon, la lutte n'avancera qu'avec Idhir ! »

KHALED : « C'est ta foi. A présent relevons le défi Hassam: celui d'entre-nous qui gagnera sera choisit par Dieu. Inch'Allah. »

HASSAM : « Tenu, Inch'Allah. »

Le camp d'Idhir pouvait croire en sa supériorité sur le concurrent. Mais il faudrait aussi qu'un autre ne se montre pas un concurrent meilleur encore, car 5 millions dans ce monde n'est qu'une goutte dans un océan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PNJ MI6
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 17/10/2012
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Jeu 5 Déc - 19:38

Les enchères continuaient à monter de plus en plus vite. Cela n'était pas une surprise pur l'organisateur de la vente, le dernier codex est inestimable. Tout terroriste qui se respecte aimerait avoir ce bijou avec lui... Dans la salle, un homme en chemise bleu et lunettes de soleil leva la main.

- 10 millions pour moi.


Ce fut la deuxième fois que cet individu se rendit en Somalie, la première était pour faire la rencontre d'un certain Djamin Idhir et maintenant voilà qu'il participe à une vente dans ce beau pays... 


                        ________________________________________


Pendant ce temps là...


Un petit groupe islamiste prêt à tout pour mettre en oeuvre leur projet avait entendu parler de la vente, et du dernier codex. Ce groupe là n'avait pas les moyens financiers pour participer, alors à la guerre comme à la guerre ! Trois camionnettes avec des dizaines d'hommes armés jusqu'au cou étaient fins prêts à intervenir et kidnapper Vans. Ils étaient sur le chemin, ils arriveront bientôt... 


Espérons que la vente du Codex se finisse avant l'arrivée du groupe islamiste somalien.


[Désolé pour le retard...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Andrea Dole/Cobra
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 192
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 36
Localisation : Dans le port de Nicosie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mar 11 Fév - 21:35

Dix Millions de Dollars. 10 millions! Une somme déjà bien importante. Presque trop. On se rapprochait dangereusement du budget que s'était accordé Scher. L'allemand fut surpris de la somme, ce qui lui fit presque oublier de tourner la tête pour voir de qui il s'agissait. Cette fois, il s'agirait d'un mouvement plutôt discret, étant donné que tout le monde dans la salle avait décidé de faire la même chose. Et lorsqu'il se retourna pour prendre la photo, en tapotant sur la branche de ses lunettes, il eut un deuxième choc. Un choc énorme. Parce qu'il reconnut immédiatement l'homme. Ou du moins cru le reconnaître. Il n'était pas entièrement sûr. Mais sa grande culture faisait qu'il venait de reconnaître le visage, à moitié caché par des lunettes de soleils, du champion d'échecs Tov Kronsteen.

Tov Kronsteen... Un homme honnête, à première vue. Connus par certains pour ses grands talents aux échecs. Il ressemblait beaucoup au trésorier de COBRA, d'une certaine façon... Né dans la pauvreté, gagnant sa vie et sa renommée grâce à un jeu (le Poker pour Padmal). Mais Eagle ne s'attendait absolument pas à voir ce joueur d'échec débarquer au beau milieu d'une vente aux enchères en Somalie et doubler les enchères. On ne l'avait jamais entendu auparavant, Scher ne l'avait même pas aperçu. Son physique, ses vêtements et sa place dans la salle le rendait presque inaperçu. Et il apparaissait tout d'un coup en proposant 10 millions de dollars. Cela était tout bonnement impossible.

Eagle devait réfléchir. Kronsteen devait travailler pour une organisation, cela n'était pas possible autrement. Il n'avait aucune raison de vouloir le Codex sinon. Et il n'aurait jamais mis autant de moyens. Maintenant, il fallait savoir de quelle organisation on parlait. Une organisation énormément puissante, capable d'avoir des membres de cette "importance" sans que l'on soupçonne quoi que ce soit. Un fantôme de l'espionnage... Et au moment où il commençait à réfléchir, son téléphone vibra.

Il décida donc de sortir, alors qu'un prince arabe tentait d'augmenter pâlement les enchères en proposant 11 millions de dollars. Il sortit à l'extérieur et décrocha.


"Ja?
- M. Eagle? C'est Jonas, de l'hélicoptère.
- J'espère que vous avez une bonne raison de me couper au beau milieu des enchères, jeune homme!
- Herr, il y a une colonne de véhicules qui semblent avancer vers votre repère.
- Quoi?  Et alors?
- On voit de la fumée qui s'approche du repère où vous vous trouvez.
- Que voulez-vous que j'en ai à faire? Peut-être amènent-ils le Codex!
- Euh... Oui, vous avez raison... Mais...
- Taisez vous! Ne me rappelez que si vous voyez quelque chose d'important, suis-je clair?
- Oui... Herr... Oui, je... À tout à l'heure.


Scher raccrocha et alors qu'il tournait ses talons, il s'immobilisa. Kronsteen était à l'intérieur. Il devait contacter Falcon, le chef de la Sections Renseignements de COBRA. Il rouvrit son téléphone et décida de lui envoyer un SMS clair et concis.


KRONSTEEN: SPECTRE?

Puis, il se dirigea vers l'entrée et glissa quelques mots en arabe au garde (et oui, dans l'espionnage moderne, il fallait connaître cette langue). Enfin, en rentrant, il vit que les enchères venaient de passer à 14 500 000... Sûrement sans que Kronsteen ne soit intervenu. En s'asseyant, Eagle relança à 15 millions.

Quant au garde à l'entrée, il devait sûrement se poser des questions... Peut-être allait-il même parler à son chef... La poussière qui s'élevait au loin, sur la route, et les mots de l'homme qui venait de rentrer...


"J'espère, pour nous tous, que vous attendez quelqu'un."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://star-wars-univers.xooit.com


Djamin Idhir
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/07/2013
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mer 12 Fév - 23:49

En une minute, la montée d'enchère inattendue de Hassam avait provoqué une panique, et on se retrouvait à décourager les autres à coup de sommes astronomiques. Ça pouvait tout aussi être dangereux, monter trop vite de façon qu'il ne pourrait pas suivre, alors que s'il avait été plus mesuré il aurait gagné à moindre prix.. Au moins il voyait qu'ici il y avait de très riches riches personnalités. L'homme, parlant avec un accent allemand (les enchères se déroulaient en anglais, langue que maitrise de plus la plupart des somaliens) était particulièrement inquiétant par sa capacité de suivre, il avait monté de 50 pour 100 en un coup ! Ce serait peut être avec lui que tout se jouait. Khaled lui même était inquiet. Le représentant des concurrents de IDHIR ne pensait pas trouver de si fameux étrangers en ce lieu terriblement dangereux.

Pendant que Hassam le regardait avec un regard amusé de défi, Khaled ne perdit pas la face et monta à 16 millions 500 000. Hassam suivit aussitôt avec 17 millions. Cette fois, presque tout le monde était en abandon. Le Prince Saoudien resserra en montant de 18 millions. Un désespéré tenta timidement 18 millions 500 000. Cette fois on était à la frontière du faramineux...

- " Crois-tu que vos finances iront plus loin que les nôtres ? défia Khaled. Si votre cheikh a besoin de grands projets, il se coulera lui même en voulant s'emparer de cet objet à tout prix. Si vous parvenez à vous emparer de cet objet, nous nous arrangerons pour qu'il soit votre perte. "
- " Quelle solidarité dans la lutte pour des combattants de Dieu " sourit Hassam. "Tu pourras transmettre à ceux que tu sers que Idhir leur dit soigneusement qu'ils seront responsables de la fin de la Guerre Sainte lorsque les guerres intestines auront achevé notre situation déjà précaire.."

Cette réplique agaça vivement Khaled. Il observa le calme ambiant, la forte hésitation. Il attendait qu'un autre profite du dernier moment pour présenter une somme supérieure, stratégie répandue. Et là, il monterait directement, brisant cet homme qui avait tenté gros. Le silence régna un instant, tout le monde retenait son souffle. Sur l'estrade l'annonceur commençait à faire le décompte. Lorsqu'il fut à deux, un cri retentit :

" - 20 millions ! "

Les regards amers de l'auditoire dévisagèrent l'homme instantanément... Khaled lui, avait cru avoir une crise cardiaque en voyant son propre rival HASSAM, représentant de Djamin Idhir, l'un des meilleurs chefs d'Al Qaida, proposer cette somme. 20 millions. Khaled était pâle : Idhir avait autorisé en acceptant que l'on monte jusque là, de vider ses caisses. Toujours aussi fou qu'on le prétendait. Démoralisé, Hassam en resta figé, incapable de suivre pendant un moment.
Juste à ce moment, un messager entra brusquement, qui était en fait l'un des hommes de l'escorte de Hassam... Il lui chuchota à l'oreille une terrible chose. Posté en guetteur dehors, il avait vu clairement des véhicules imprévus et louches s'approcher. Les gardes somaliens assignés dehors semblaient eux même nerveux et discutaient entre eux avec peu de bonne humeur. Ils lui avaient même annoncé qu'il ne pourrait plus sortir tant qu'il ne le déciderait pas, quand l'homme de main avait demandé à rejoindre son chef. Cela inquiéta vivement Hassam. Normalement, tout était entendu, la seule autorité souterraine du lieu avec les activistes d'Idhir étaient les "shebbabs" islamistes somaliens, et les deux étaient d'accord. Était-ce une opération gouvernementale sous déguisement de milice, ou autres mercenaires ? Kismayoo est habituellement une ville extrêmement calme.. Il fallait à coup sur se dépêcher, ces pays ont un climat que l'on apprend trop facilement à connaitre..

Tout le monde se dévisageait. Il ne restait plus guerre que 3 hommes qui peut être pourraient se disputer la suite, en dehors de ceux que nous avons vu. Scher, le bras droit du chef du très ambitieux Cobra, le producteur international et légèrement vicieux Sandro Bocceli, qui semblait muet, mais attendait peut être que la situation soit au sommet pour paralyser tout le monde avec son annonce, et Tov Kronsteen, un des plus prestigieux membres de l'imbattable SPECTRE... Qui serait le vainqueur de ceux là ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PNJ MI6
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 17/10/2012
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Sam 1 Mar - 18:49

Alors que la vente se faisait de plus en plus intense, un soldat gardant l'entrée du repaire avec un fusil automatique. Il commença à se faire du souci, une camionnette au loin se dirigeait vers sa direction à vive allure. Serait-ce un danger ? Les terroristes somaliens de la région avait bien convenu entre eux la plus grand discrétion possible. Il n'y avait donc pas un nombre suffisant d'hommes pour assurer la sécurité des lieux en cas d'attaque, mais assez pour veiller au bon déroulement de la vente. Le garde de l'entrée décida de prévenir les autres. Un assaut allait survenir durant la vente. Il faut annuler tout et partir ! Partir vite ! 

Alors que les forces islamiques somaliennes de la région s'attendent au pire, lui, l'homme d'affaire Frédérick Vans s'en contre fiche et se réjouit à l'idée de renflouer sa fortune. La vente commençait remarquablement bien, et il fallait déjà partir. L'un des soldats venait de prévenir le milliardaire, mais celui-ci n'en fit qu'à sa tête. Il répondit d'un ton grave avec ses airs d'occidentaux : " Faites en sorte de les arrêter, vous êtes là pour ça ! Non ? ". Suite à la réponse de Vans, les soldats somaliens voyant arriver la camionnette commença à tirer dessus. 

On entendit les tirs à l'intérieur de la salle des enchère, la panique commençait à se faire ressentir chez certains. Dès le début fusillade, l'homme à la chemise bleu avait disparu de la vente. Vans essaya de rassurer ses hôtes puis poursuivi. Les hommes de Vans venaient d'être presque tous abattus. Les assaillants étaient des terroristes somaliens venant d'une région voisine. Un traître du groupe islamique de cette région-ci leur avait donné les renseignements nécessaires pour se rendre à la vente. Les invités de Vans s'inquiétaient de plus en plus, certaines étaient prêtes à se défendre au cas où. Presque tous le monde à une arme dans cette planque. (sauf peut être des individus comme Bocelli ou Vans...)

L'enjeu est le Dernier Codex et si cette vente au enchères tourne au chaos. C'est à celui qui sauvera (captura) le propriétaire de l'objet convoité qui se verra se l’approprier. Tout va se jouer dans quelques instants, certains voudront sauver leur vie avant tout, d'autres ce battront et concernant les plus malins, ici présent, ils voudront finir cette vente de façon peu protocolaire. La garantie pour avoir le Codex, c'est Vans ! Si ce salopard d'occidental fuit ou meurt, on pourra tous dire adieu au Dernier Codex... Les terroristes somaliens ennemis rentrent et bouleversent la vente à coup de mitraillette. Nous verrons bien qui survivra, qui gagnera et qui aura le Dernier Codex ! Inch Allah ! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Andrea Dole/Cobra
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 192
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 36
Localisation : Dans le port de Nicosie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Sam 1 Mar - 22:50



Allan Duckstone
"Falcon"


Date inconnue
08H50
Pan Pacific Hotel
Vancouver, Canada

Un énorme cri de plaisir traversa la chambre en quelques secondes. Les murs étaient heureusement bien assez épais pour empêcher ce son de déranger plus que cela les occupants des chambres voisines de la 221. Ce cri, d'une bestialité et d'une virilité difficilement égalables, fut très rapidement rejoint par un cri bien plus féminin. Mais qui laissait tout autant sous-entendre l'acte qui avait lieu (oui plutôt qui allait s'achever) dans cette chambre d'hôtel. Quelques secondes après que le silence se soit abattu dans la suite, Allan Duckstone se laissa retomber sur son lit, le torse nu trempé de sueur, ignorant les mouvements du corps féminin qui se tortillait à sa droite. Sur sa poitrine, une chaîne en or semblait coller à sa peau. Autour de lui, les draps étaient éparpillés un peu partout sur le lit, cachant à peine les parties les plus "intimes" de son corps. À ses cotés, une jeune femme tout autant habillée se prélassait en poussant quelques petits gémissements de plaisirs. Ce que l'anglais n'appréciait pas forcément.

"TA GUEULE!

La femme se tut immédiatement. Et alors que Duckstone pensait pouvoir enfin se reposer un peu, un bourdonnement l'arracha a ses tentatives d'endormissement. Son téléphone portable vibrait. Fatigué et blasé, il poussa un grognement de mécontentement, tendit sa main sur sa table de nuit, et tâtonna quelques secondes avant d'attraper l'appareil. La lumière de l'écran tactile agressa ses yeux, si bien qu'il poussa un second grognement, puis lut le SMS qu'on venait de lui envoyer.

KRONSTEEN: SPECTRE?

- Mais qu'est-ce qu'il veut cet encu..."

Il n'acheva pas sa phrase, car son esprit fit ressortir le mot "SPECTRE" dans sa tête. Eagle lui voulait quelque chose d'important. Le SPECTRE, c'était quelque chose d'important. Connaître un membre du SPECTRE, ça l'était encore plus. Quand on savait qu'il n'existe presque aucun renseignement sur cette organisation, on comprenait facilement la valeur d'une telle information.
Duckstone se leva donc d'un bond, lança une grosse liasse de billets de 20 dollars canadiens à la fille, qui se reçut les billets verts orné du visage d'Élizabeth II sur la poitrine, et qui comprit qu'elle devait partir. En moins d'une minute, elle était rhabillé et sortie. Pendant ce temps, Duckstone, toujours nu, s'était préparé un peu de café et avait allumé son ordinateur et son téléphone. Une fois que tout fut près, il appela le terminal italien de COBRA qui devait couvrir la vente en analysant les images envoyées par Eagle. Il avait en ligne le coordinateur des opérations.


"Falcon?
- Oui, crétin. Bon, j'ai une info d'Eagle, sur un certain Kronsteen. C'est qui?
- Un joueur d'échec. On a la photo. Il a aussi photographié une papier sur lequel il a gribouillé que le Kronsteen avait doublé la mise: 5 à 10 millions.
- WHAT?!"


L'information eut le don de surprendre Duckstone, qui failli renverser du café sur le clavier de son ordinateur. Une fois remis du choc, il alla à la pêche aux informations, tout en demandant au coordinateur de mettre deux ou trois hommes sur le joueur d'échec, pour découvrir le plus d'informations possibles à son propos. L'anglais, quant à lui, cherchait sans le dire au coordinateur, des informations qui reliraient Kronsteen au SPECTRE. L'un des membres connus de l'organisation par COBRA était Dominic Greene, puisque l'écologiste allait négocier au Diamond's Casino dans les semaines à venir, lors de l'inauguration du bâtiment, avec Eagle, au nom du SPECTRE. Il fallait cherche les informations reliant les deux hommes, et tout ce qui pouvait paraître flou ou fabriqué. Et c'est au beau milieu de ses recherches qu'il fut interrompu par un nouveau SMS, bien plus alarmant cette fois.


Repaire attaqué. J'organise la défense.






Hans Scher
"Eagle"


Date inconnue
20H00
Repère terroriste
Kismaayo, Somalie

Alors que la vente reprenait et que Kronsteen combattait un arabe à coup de millions, un soldat fit irruption dans la salle. Des islamistes arrivaient. L'hélicoptère avait vu juste. Une attaque se préparait, et les paroles de Vans confortait Eagle dans cette hypothèse. Les coups de feus qui survinrent peu de temps après étaient la preuve définitive que la vente allait tourner court. L'allemand eut le temps de voir Kronsteen s'enfuir par une des 3 issues de la pièce, située sur le mur arrière, à l'opposé de la tribune, et se mit à réfléchir. En supposant qu'il travaille pour le SPECTRE, le joueur d'échec devait sûrement avoir trouvé les plans du repaire. Donc cette issue menait à une sortie, qui menait probablement sur, voire dans Kismaayo (peut-être un long tunnel). Une autre issue, au niveau du sol, à droite de la tribune, menait à la sortie "officielle", après quelques couloirs. La dernière porte était située derrière Vans. Selon toute vraisemblance, elle devait juste communiquer avec une partie du repaire, sûrement l'armement, étant donné que certains gardent y était passé pour aller chercher des AK-47. Il restait encore 3 somaliens armés dans la pièce, ainsi que de nombreux gardes du corps. Ajoutons à cela les hommes sans garde du corps mais armés (la plupart des islamistes "alliés", par exemple). Un bon nombre d'armes, donc. Assez pour faire face à l'attaque, encore fallait-il connaître les effectifs ennemis. Un SMS plus tard, l'hélicoptère commençait à s'envoler, une vitre ouverte pour laisser passer un fusil d'assaut, de façon à compter et à attaquer les islamistes du haut. Mais l'information fut vite obtenue d'un garde présent juste à coté de l'allemand, qui répondit à la question de celui-ci. Une camionnette. Donc la salle pourrait sûrement se défendre.
En voyant que certains sortaient déjà leurs armes, et que la panique atteignait quelques personnes, Eagle décida de mettre son plan à exécution, après avoir posé une dernière question au garde. Il sortit donc sa propre arme, un Desert Eagle chargé de 9 munitions de .357 Magnum, enleva la sécurité et tira un coup en l'air, ce qui eut le don de faire taire tout le monde.


"TAISEZ-VOUS ET ÉCOUTEZ MOI! Ce repaire est attaqué! Et il est attaqué par un nombre réduit d'hommes. Assez pour déjouer les défenses de cet endroit, mais pas assez pour déjouer les nôtres. Car nous DEVONS nous défendre. Non pas chacun d'entre nous, mais tous ensembles! Il y a des personnages importants ici. Si l'une de ces personnes venait à mourir dans une ville islamiste en Somalie, qui sait ce qu'il adviendrait à ses entreprises, à ses amis, à sa famille, à sa réputation, et même à sa dépouille. Si nous jouons la politique du "chacun pour soi", alors nous courrons notre perte. Parce que l'on s'entretuerait. Et une énorme crise publique aura lieu. Nous serons considéré, pour toujours et par tous, comme des criminels de la pire espèce. Et ce n'est pas ce que nous sommes! Nous sommez assez intelligent pour survivre et combattre ensemble. Nous vivons dans un monde sous un ensemble de règles, malgré nos activités. Nous étions tous prêt à débourser d'importantes sommes d'argent, que nous avons tus gagné auparavant, par des moyens plus ou moins fatigants, mais surtout plus ou moins intelligents. C'est grâce à cette intelligence que nous sommes tous ici. Nos assaillants, eux, sont de purs idiots. Ils attaque sans même avoir de plan, j'en suis convaincu, et parce qu'ils n'ont jamais eu l'esprit nécessaire pour obtenir ce que NOUS avons obtenus. Alors organisons-nous!

L'allemand respira un grand coup, et vit rapidement que l'assistance avait compris ce qu'il avait dit (un anglais parlé avec un léger accent allemand...) et qu'elle était d'accord dans sa grande majorité.

- Bien, il nous faut construire deux barricades: une à la "porte", ou plutôt à l'ouverture sur le couloir qui mène à l'entrée d'où vont arriver les assaillants. L'autre à la porte derrière la salle, d'où nous allons nous retirer. Que tous ceux qui n'ont pas d'armes réunissent la majorité des chaises vers le couloir d'entrée. Il nous faudra aussi une table. Vous, les gardes, nous allons avoir besoin de barils vides en métal pour nous protéger, et surtout, de roquettes et d'explosifs. Il nous en faut un paquet. Dépêchez-vous d'aller en chercher! Et il faut que quelques un commencent la barricade sur la porte qui mène à l'entrée. Nous allons tout d'abord nous défendre d'ici. Avec un peu de chance, nous pourrons tous les neutraliser sans passer par le plan B. Si on y arrive pas, on se retire dans le couloir de derrière, après avoir placé de nombreux explosifs dans la salle. La barricade que l'on placera sur cette porte devra être ouverte jusqu'à ce que tout le monde soit hors de la salle, ou jusqu'à ce que les terroristes nous menacent trop. Ensuite, il faudra pouvoir la fermer d'un coup. Une table à la verticale qui retombe fera l'affaire. La deuxième barricade devra être un peu plus solide. Car lorsque les assaillants seront ici, nous ferons évacuer la majorité des "invités" dehors et nous déclencherons les explosifs. Celui qui s'en occupera devra courir vite, parce qu'il ne doit pas y avoir de trop longue mèches dans le coin.

Alors qu'il terminait son exposé de la situation, la première barricade était déjà à moitié en place: quelques chaises et une table de bois, placés de telle sorte qu'on puisse tirer à travers certains trous. De plus, quelques roquettes étaient ramenées par les somaliens, rejoints par deux gardes du corps d'un ministre africain. Tout semblait parfait.

- Les hommes armés doivent se mettre en position de tir. Les assaillants peuvent arriver d'une seconde à l'autre. Les sans-armes, vous pourriez nous sauver la vie en commençant la deuxième barricade. Je sais que vous n'avez pas l'habitude avec le travail manuel, mais les circonstances sont exceptionnelles. Moi, je m'occupe des explosifs, mais si certains m'aident, cela nous arrangerait tous. Et surtout faîtes attention: chaque munition compte! Enfin, derniers détails: faîtes en sorte d'être assez loin de cette salle lors de l'explosion. Les dégâts n'atteindront pas tout l'endroit, mais une bonne vingtaine de mètres seront sûrement soufflés, malgré la roche. Et lorsque vous serez dehors, fuyez si vous voulez, mais ne tirez sur PERSONNE, sauf les assaillants qui nous attaquent. Si l'armée arrive, laissez-vous vous faire arrêter. Chacun d'entre nous à bien assez d'argent pour que les soldats le libèrent sans poser une seule question. Mais essayez quand même de fuir, si l'armée n'arrive pas."

Eagle semblait avoir convaincu une bonne partie de son "auditoire". Un certain nombre allait s'en aller sans demander leur reste, et donc sans s'inquiéter du CODEX. D'autres s'en inquiéteraient. Au pire, Eagle tuerait Vans, mais ce serait suspect, un multi-milliardaire qui meure en Somalie. Même en faisant croire à un suicide à Oslo ou quelque chose dans le genre, ce serait compliqué d'expliquer la mort de Vans. Le mieux, c'était d'utiliser l'hélico. Vans le considèrerait immédiatement comme le meilleur moyen de transport pour sortir de là. Et ça l'était. Il fallait juste prier pour qu'il puisse l'atteindre sans problème. Mais pour l'instant, les gens étaient encore dans la salle de la vente, ou bien dans le couloir, en train de barricader ou de fuir... Eagle, quant à lui, commençait à relier les roquettes posées sur le sol à une mèche qu'on venait de lui passer. La bataille allait bientôt commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://star-wars-univers.xooit.com


Sandro Bocceli
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Devant mon écran. A vous concoctez de beaux avatars et de belles signatures !
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Lun 10 Mar - 11:04

Le ciel s'était comme assombri après les coups de feu des mitraillettes, après un léger regard dans toute la salle, on vit que la plus part des acheteurs potentiels étaient déjà partis en courant  ou bien, ils devaient déjà être dans leurs voitures à appuyer sur le champignon ! Bocceli lui était resté lucide, il s'était ainsi mis à sourire, comme pour cacher sa petite peur ! Deux de ses hommes de mains se placèrent à ses cotés, l'un des deux marmonna des choses à l'oreille de son patron. Bocceli leva ainsi sa main droite pour montrer qu'il avait comme reçu le message de son homme de main, Bocceli se mit à marcher vers tranquillement vers l'arrière salle dans laquelle quelques personnes s'étaient réfugiées. Arrivé à l'arrière salle Bocceli sortit de sa poche de manteau une clé de voiture, ainsi qu'une genre de lettre ! A la vue du vendeur milliardaire de l'objet tant convoité il saisit sans nul doute sa chance et se rapprocha de lui, arrivé à ses côté il marmonna ces quelques mots :
-"Suivez-moi, j'ai l'argent promis et de quoi partir !"
Il faisait celà dans le seul but d'acquérir le codex, la survie de monsieur Vans. Pourquoi cet homme qui avec cet objet aurait pût encore plus s'enrichir le vendait ?! Si seulement personne d'autre ne voulait autant que lui ce magnifique objet qui allait leurs rapporter des millions, voir des milliards s'il était utilisé le mieux ! Il attendait ainsi que Vans lui réponde, même si il savait pertinemment qu'il allait le suivre. Bocceli leva d'un geste bref l'une de ses deux mains pour appeler ses deux gardes du corps, ceux-ci après ce geste se dirigèrent vers leur patron, arrivés à ses côtés ceux-ci prirent Vans à chaque bras et l'emmenèrent avec Bocceli. Arrivés à la porte de derrière, Bocceli lâcha ces quelques mots à Vans tout en souriant :
-"Si vous voulez survivre, suivez-moi je vous emmène loin d'ici, je veut en échange le codex pour la somme de 50 Millions de Dollars à négocier en voiture !
Bocceli, à cet instant, regardait Vans tout plein d'espoir tout en gardant dans une main une clé de voiture qu'il secoua devant les yeux de Vans, sur la clé on voyait distinctement la marque d'une sportive française : la Bugatti Veyron amené spécialement pour le retour par un autre des hommes de Bocceli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Djamin Idhir
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/07/2013
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mer 12 Mar - 23:35

Alors qu'il ne se préoccupait que de mener à bien cette foutue enchère avant qu'il ne soit trop tard, voilà que Hassam assista à un drôle de spectacle. Un occidental à l'apparence quelconque venait de prendre la parole et se lançait dans un speech édifiant. Trop édifiant il faut dire, il ne manquait plus que les violons derrière :

"TAISEZ-VOUS ET ÉCOUTEZ MOI! Ce repaire est attaqué! Et il est attaqué par un nombre réduit d'hommes. Assez pour déjouer les défenses de cet endroit, mais pas assez pour déjouer les nôtres. Car nous DEVONS nous défendre. Non pas chacun d'entre nous, mais tous ensembles! Il y a des personnages importants ici. Si l'une de ces personnes venait à mourir dans une ville islamiste en Somalie, qui sait ce qu'il adviendrait à ses entreprises, à ses amis, à sa famille, à sa réputation, et même à sa dépouille. Si nous jouons la politique du "chacun pour soi", alors nous courrons notre perte. Parce que l'on s'entretuerait. Et une énorme crise publique aura lieu. Nous serons considéré, pour toujours et par tous, comme des criminels de la pire espèce. Et ce n'est pas ce que nous sommes! Nous sommez assez intelligent pour survivre et combattre ensemble. Nous vivons dans un monde sous un ensemble de règles, malgré nos activités. Nous étions tous prêt à débourser d'importantes sommes d'argent, que nous avons tus gagné auparavant, par des moyens plus ou moins fatigants, mais surtout plus ou moins intelligents. C'est grâce à cette intelligence que nous sommes tous ici. Nos assaillants, eux, sont de purs idiots. Ils attaque sans même avoir de plan, j'en suis convaincu, et parce qu'ils n'ont jamais eu l'esprit nécessaire pour obtenir ce que NOUS avons obtenus. Alors organisons-nous!

C'était vrai, mais pas sur tous les points. Ce qui amena Hassam à faire le premier une remarque en réponse à Eagle, au milieu de l'assistance muette.

" Ces gens sont loin d'être si honnêtes autour de vous, plusieurs versent des dons à des groupes de terroristes violents ou se moquent de la misère humaine. Ils sont ici pour s'emparer de quoi obtenir un pouvoir personnel en bons mécréants et écraser les plus faibles de leur dictature " envoya t-il en souriant.

Hassam était un de ces hommes d'affaire comme il y en a tant dans le monde arabe qui avait eu droit à des études sérieuses et connaissait étroitement les américains : il maniait donc à la perfection la langue de Shakespeare, comme Eagle.

- " Toutefois, si vous êtes aussi bon stratège qu'orateur, mes hommes sont les vôtres. " prononça t-il tout en allumant un fin cigare.

Un grain de courtoisie orientale, c'était diplomate, et son supérieur Idhir le recommandait d'autant plus. Suite à son appui, sa garde de 4 terroristes arabes armés de AK-47 s'était présenté, et ils furent rejoints rapidement par l'approbation d'autres, qui ne voyaient pas d'autres moyens de mener l'enchère à son terme que de faire confiance à ce blanc très présent.

Bref, tandis que tout le monde respectait les consignes du stratège, Hassam voyait sa méfiance s’accroitre : cet autre homme était trop intelligent, cela était inquiétant, il pouvait faire un sale coup. Il chargea un de ses hommes de garder un oeil constamment sur Vans, qu'un piège ne le fasse pas s'envoler. Bien que Khaled, au service des rivaux d'AQMI, fut donc son rival, il n'eut d'autre choix que d'envoyer ses hommes lui aussi.

- Les hommes armés doivent se mettre en position de tir. Les assaillants peuvent arriver d'une seconde à l'autre. Les sans-armes, vous pourriez nous sauver la vie en commençant la deuxième barricade. Je sais que vous n'avez pas l'habitude avec le travail manuel, mais les circonstances sont exceptionnelles. Moi, je m'occupe des explosifs, mais si certains m'aident, cela nous arrangerait tous. Et surtout faîtes attention: chaque munition compte! Enfin, derniers détails: faîtes en sorte d'être assez loin de cette salle lors de l'explosion. Les dégâts n'atteindront pas tout l'endroit, mais une bonne vingtaine de mètres seront sûrement soufflés, malgré la roche. Et lorsque vous serez dehors, fuyez si vous voulez, mais ne tirez sur PERSONNE, sauf les assaillants qui nous attaquent. Si l'armée arrive, laissez-vous vous faire arrêter. Chacun d'entre nous à bien assez d'argent pour que les soldats le libèrent sans poser une seule question. Mais essayez quand même de fuir, si l'armée n'arrive pas."

A ce moment, Hassam sentit que le moment était venu de dire un mot à cet homme. Grattant sa barbe il s'approcha. Il était plutôt détendu, comme plusieurs ici, il avait l'habitude de ce monde africain et asiatique peuplé de violence et de mort jusqu'à ce que le goût de vivre s'en ressente, Eagle lui ne connaissait pas cela. Et pas non plus...

" Les explosifs " lui objecta Hassam. "Étant habitué plus que tout aux explosions, je peux vous assurer qu'il y aura davantage de dégâts que vous ne le croyez. Plusieurs morts à coup sûr, aussi doués que vous soyez, les débris se projettent partout. Mais vous vous y ferez, tout le monde sera heureux car sans cela tout le monde y aurait perdu la vie "


A ce moment, il vit un signe de l'homme chargé de Vans et s'absenta en s'excusant. L'autre le prévint que Vans s'était éloigné suite à la proposition personnelle d'un autre blanc qui lui avait tenu tête pendant l'enchère parmi d'autres, et que ses gardes ayant été affectés aux barricades, en s'éloignant trop il n'avait pu être en sécurité et que des hommes de main l'avaient enlevé et amené aussitôt vers la porte de sortie. Hassam fulmina : qu'est ce qu'ils avaient tous ces produits de l'occident athée ? Il fut obligé de se dérober à son obligation et amena à la hâte deux hommes pour foncer vers la sortie par l'arrière.
Et voilà l'autre, dont il ne connaissait pas le nom -Bocceli en vérité- embarqué dans sa bagnole près à filer avec le Codex, ça se trouve... Les 2 hommes de Hassam visèrent la bagnole qui était prête à rouler en terre cabossée africaine comme dans un film d'espionnage.

" Arrêtez vous my little friend ! Je vous conseille de faire des affaires avec moi avant !"

Sous le feu de ses armes nul n'aurait pu dire si les occupants de la voiture s'en tireraient ou si non, mais le risque était élevé.

" D'ailleurs, pensez vous vous échapper aussi facilement ? Les ennemis qui veulent nous prendre d'assaut ont surement bien prévu leur coup, ILS S ATTENDENT A CE QUE NOUS FUYONS ET ONT DE QUOI NOUS PRENDRE AU PIÉGÉ ! Si vous foncez je vous parie que vous tomberez dans leur embuscade."

Même ce bolide luxueux n'avait pas toute ses chances, là non plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PNJ MI6
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 17/10/2012
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Mar 1 Avr - 15:43

L'assaut infernal des somaliens venait de commencer ! Alors qu'un des hommes au sein de la vente aux enchères tenta de ressembler tout le monde pour organiser la ligne de Défense des terroristes occidentaux et autres venus pour le Codex. Vans oublia ces espoirs de fortune et se mit à avoir peur. Il venait de perdre le contrôle de la situation ! Il ne savait plus quoi faire; ses hommes s'étaient enfuis... Les lâches ! Vans admira l'attention de l'homme de COBRA mais fut plus attentif à la proposition du milliardaire, play-boy; Sandro Bocelli. Celui-ci allait le sauver; mais cet enfoiré savait ce qu'il voulait ! Le Dernier Codex en échange de lui sauver la vie !


Vans suivit Bocelli jusqu'à une voiture, fuir les lieux allait devenir une nécessité pour le propriétaire du Codex. Car c'est lui la cible des terroristes somaliens; c'est lui qu'ils veulent ! Car seul lui sait où se trouve le Dernier Codex... L'escroc Bocelli fit une offre à Vans assez mesuré mais un arabe les interrompit. Vans écouta l'homme avec une grande attention. Il n'avait plus qu'une idée en tête; trouver quelqu'un pour le sortir de ce merdier !  

""Arrêtez vous my little friend ! Je vous conseille de faire des affaires avec moi avant ! D'ailleurs, pensez vous vous échapper aussi facilement ? Les ennemis qui veulent nous prendre d'assaut ont surement bien prévu leur coup, ILS S ATTENDENT A CE QUE NOUS FUYONS ET ONT DE QUOI NOUS PRENDRE AU PIÉGÉ ! Si vous foncez je vous parie que vous tomberez dans leur embuscade."


Hassam avait bien raison. Plusieurs camionnettes des terroristes somaliens se préparaient à intercepter ceux qui voudraient fuir les lieux de l'attaque ! Alors que l'arabe et les deux milliardaire continuèrent à discuter. L'assaut des somaliens débuta !!! Une première vague de terroristes tenta d'accéder à la salle de la vente, mais une barricade venant d'être installés les empêcha de rentrer. Des échanges de feu terrible entre les assaillants et les acheteurs guidés par Eagle commencèrent. Ils étaient tous prêt à se défendre pour sauver leur vie (Et Vans ?) ! 

[Pour plus de pression; je vous laisse deux tours maximum pour convaincre et sauver Vans sinon... Vous verrez bien Wink]  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sandro Bocceli
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Devant mon écran. A vous concoctez de beaux avatars et de belles signatures !
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Lun 14 Avr - 16:43

[Salut : Dole je réponds avant toi, pour rester dans l'actions et finir rapidement (ou pas) de parler avec Vans.]




""Arrêtez vous my little friend ! Je vous conseille de faire des affaires avec moi avant ! D'ailleurs, pensez vous vous échapper aussi facilement ? Les ennemis qui veulent nous prendre d'assaut ont surement bien prévu leur coup, ILS S ATTENDENT A CE QUE NOUS FUYONS ET ONT DE QUOI NOUS PRENDRE AU PIÉGÉ ! Si vous foncez je vous parie que vous tomberez dans leur embuscade."

-"T'as pas le de vouloir coopérer. Maintenant j'ai pas que ça à faire donc soit tu descend ou soit tu descend.*Dit-il en approchant sa voiture prêt des Somaliens* Bref, je crois que je préfère partir que mourir.


La portière qui se situait à coté de Vans s'ouvrait toute seule, après que Bocceli eût appuyé sur une manette. Celui-ci recula sa voiture pour la cacher. Il regarda Vans et sourie.


"Croyez-vous que leurs camionnettes bon marché pourront même pas me suivre...Mais bon je vous laisse sortir, maintenant."


Sandro lui asséna une petite frappe amicale à l'épaule pour lui faire signe de descendre de la voiture. Celui-ci s’exécuta et après avoir marché quelques mètre il retrouva la 'porte de derrière'. Ainsi il se cacha et retrouva les autres personnes pendant que Bocceli, lui, avait déjà fait reparti le moteur. Sa voiture après un coup d'accélérateur se trouvait déjà loin. Cette rote semblait comme déserte, la voiture fonçait comme le vent, légèreté, rapidité aucune voiture pour le gêner. Les virages et les kilomètres semblaient défiler plus que rapidement, aucunes des rares autres automobiles présentes sur la route ne pouvait arriver à cette vitesse. Arrivé dans la profonde campagne Somalienne, Bocceli s'arrêta sur le bord de la route et semblait ouvrir le bouchon du réservoir à essence. Un petit hélicoptère vint se poser prêt de la voiture. Bocceli craqua une allumette et après s'être accroché sur l'hélico, il la lança ainsi que deux autres dans le réservoir avec une précision digne d'un tireur d'élite. Il prit alors place dans un des sièges de la banquette de l'arrière de l'hélicoptère. Le pilote lui adressa la parole.
-"Allons y.
Bocceli réajusta de ses deux mains son casque et son micro et rétorqua alors :
-"C'est parti !
Après quelques minutes à voler dans le ciel Somalien, l'hélicoptère quitta alors le pays pour se trouver maintenant à Djibouti.




[A suivre dans un Rp au Sri-Lanka.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Andrea Dole/Cobra
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 192
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 36
Localisation : Dans le port de Nicosie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Ven 2 Mai - 10:46

Spoiler:
 

Eagle était agenouillé par terre, et s'occupait de relier les quelques explosifs qu'on lui avait ramené. Il y en avait moins qu'on ne l'espérait... Assez pour tuer tout le monde dans la salle, mais pas plus, ce qui permettait à l'allemand d'espérer une faible onde de choc, malgré les conseils de l'arabe qui lui avait parlé. Cet arabe, d'ailleurs, avait mis à sa disposition trois hommes, ce qui était un avantage non-négligeable. Ils ne rechignaient pas à respecter les instructions de l'allemand, et l'aidait à relier les explosifs entre eux. Pour s'assurer de leur coopération, Eagle leur parlait en arabe, langue qu'il maniait assez bien (le monde de l'espionnage le demande). Cela faisait presque office de flatterie, puisqu'un type capable de débourser des millions de dollars, un type occidental qui plus est, acceptait de changer de langue pour se faire comprendre au mieux. C'était en tout cas la façon dont il voulait qu'ils interprètent son geste.
Après quelques minutes, le N°2 de Cobra avait réussi à parfaitement relier quelques petits explosifs presque plaqués sur un mur. Le gros du peu qu'on lui avait ramené était encore dans la salle de vente, mais là, Eagle tentait autre chose. Il était revenu dans le couloir qui, justement, menait à la réserve d'arme. Ce couloir, on y accédait par l'entrée située derrière la tribune de Vans, et il longeait le couloir par lequel les terroristes allaient arriver. En plaçant quelques explosifs ici (quelques ogives de "bazookas" et trois grenades), et en les faisant exploser au bon moment, l'allemand pouvait "neutraliser" quelques attaquants, et stopper leur avancée. Et ils arrivaient.

Eagle se précipita dans la salle de vente, regarda vers la barricade, qui était bien installée, et vit, à travers, les premiers islamistes qui se précipitaient, arme à la main, vers les sièges et tables de bois. L'allemand fit signe aux trois hommes qui l'aidaient, et qui reliaient les autres explosifs (qui longeaient, sur le sol, le mur de l'entrée attaquée, de façon à ce qu'aucun tir des islamistes ne puisse déclencher une explosion), de le rejoindre. Il s'approcha de la barricade, sortit son Desert Eagle, dans lequel il n'y avait plus que 8 munitions (il avait, heureusement, un autre chargeur de 9 balles sur lui), visa à travers la barricade, et cria, en anglais, pour que tout le monde comprenne:


"FEU!!"

Les balles fusèrent de partout. Elle en sifflaient pas, non. On n'entendait juste les cris de rages de ceux qui tiraient, ceux de douleurs de ceux qui se faisaient atteindre de l'autre coté, et les détonations. Des dizaines de coups de feu. Les AK-47 et AK-74 qui mitraillaient de partout, les éclats de bois qui venaient de la barricade lorsqu'elle était atteinte (c'est à dire très souvent)... On comptait deux hommes de perdus du coté de la salle de vente. Aucun "acheteur" cependant, seulement des gardes du corps de ces acheteurs. Les hommes importants avaient, pour certains, fui, d'autre étaient retranchés derrière la deuxième barricade.
Eagle tira trois coups seulement. Deux atteignirent leur but, un mortel, un autre ayant juste atteint la jambe d'un islamiste. On comptait peut-être six morts chez les attaquants, et Eagle comptait bien agrandir ce nombre, avec une seule balle. Trois islamistes arrivaient au loin, et inondaient la barricade de balles. Ils étaient exactement au bon endroit. L'allemand cria aux personnes présentes dans la salle de vente de se mettre à terre, se releva, se précipita vers le couloir latéral, celui où il avait placé ses explosifs, visa, et tira une seule balle. La munition de .357 Magnum sortit à toute vitesse de son pistolet, et frappa une ogive de bazooka. Presque au même moment que son tir, Eagle s'était jeté dans la salle, et bien avant qu'il n'atterrisse au sol sur le ventre, l'explosion eut lieu.
Le mur fut arraché et repoussé dans le couloir. Les attaquants eurent à peine le temps de se tourner sur leur droite: les morceaux de pierre étaient projetés sur eux, tout comme la fumée grise de la rocher pulvérisée. Des fragments des explosifs et du mur étaient dispersés partout, certains frappaient avec force, malgré leur faible taille, la barricade, qui tenait bon. Après quelques secondes, les personnes présentes dans la salle se relevèrent. Derrière la barricade, une fumée grise de poussière occupait lentement le couloir. Un trou béant dans le mur permettait désormais aux terroristes d'entrer dans la salle de vente par l'autre couloir, mais pas pour longtemps. En effet, le plafond, au niveau du trou, s'effondra en quelques secondes, lâchant encore plus de poussières dans le couloir, et empêchant quiconque de passer par le trou, ou même par le corridor en lui-même. Il n'y avait plus qu'une seule sortie, celle de l'arrière.
Et en cherchant bien dans la salle, il s'aperçut qu'elle avait déjà été empruntée par Hassam et Bocceli, vu leur absence... Et aussi par Vans. Il ordonna aux hommes de Hassam, qui lui avaient donné son nom, de le suivre immédiatement, et il se précipita, arme à la main, dans le couloir, passant par la deuxième barricade qui n'était pas encore fermée, et après deux ou trois virages, il tomba nez-à-nez avec Hassam.

Celui-ci lui expliqua rapidement la situation: Bocceli s'était enfui sans Vans, et le milliardaire allait bientôt revenir vers la salle de vente. En effet, les islamistes attaquaient de ce coté-ci aussi.


"Bien... Enfin, non, pas bien, parce que j'ai... euh... condamné l'autre sortie. Il n'y a plus que celle de l'arrière. Il faut nous replier dans la salle des ventes pour organiser le siège. Heureusement qu'on a la deuxième barricade. Mais bref, parlons plutôt affaire...

Je ne sais pas si Bocceli a décidé quoique ce soit avec Vans, mais nous devons le vaincre à ce jeu. Bien entendu, nous voulons tous le Codex, mais... Nous pourrions nous arranger
,
commença-t-il à expliquer, presque en murmurant. Vans a besoin d'une protection, ici, vu que celle en qui il avait confiance s'est avérée être inefficace. Vous pourriez apporter cette... "protection", et prenez bien le mot au sens le plus figuré du terme. Je pense que Vans aura plus confiance en un Européen qu'en un Arabe, c'est un comportement typiquement occidental... Mais imaginons... Je lui paye 30 millions de dollars pour le Codex, et je lui assure qu'avec vous, il a une protection totale au Moyen-Orient, et que sans vous, il ne peut pas sortir de la Somalie. Bien entendu, vous faîtes ce que vous voulez de lui, et comme vous avez Vans, vous avez mes 30 millions. Tout ce que je souhaite en échange, c'est le Codex. Moi, j'ai le Codex, vous, vous avez 30 millions de dollars, et Vans, avec tout ce que ça implique: relations, contacts, informations, connaissances, codes de compte en banque, possibilité de le prendre en otage...etc. Bref, une fenêtre d'opportunité sur l'Occident. Qu'en dîtes vous?"

Eagle et Hassam marchaient déjà depuis un certain temps, et alors qu'Eagle attendait la réponse du terroriste, ils arrivèrent à la barricade qui menait à l'arrière de la salle de vente. Dans le même temps, suite à un SMS de l'allemand, l'hélicoptère de COBRA avait décollé et se dirigeait à toute vitesse vers le repère terroriste. Un passager avait un bon fusil d'assaut à la main. Une minute, et l'hélicoptère serait à portée des attaquants encore dehors. Peu de chances d'en toucher beaucoup, mais il y aurait des dégâts, c'était sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://star-wars-univers.xooit.com


Djamin Idhir
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/07/2013
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Sam 17 Mai - 0:24

Lorsqu'Hassam revint avec Vans sous le bras, encore frigorifié mais heureux d'être en vie après avoir été jeté de la voiture de Bocceli, la bataille avait battu son plein entre temps, et une bonne surprise l'accueillie. L'entrée vers l'avant avait été bloquée suite à une explosion : c'était rassurant, car submergés des deux côtés les occupants n'auraient eu aucune chance d'éviter un sombre massacre.

Nous voilà arrivés à la proposition de Eagle. Cet homme avait assez d'assurance pour gérer une affaire juste après la gestion d'une guérilla ; si ce n'était pas dans sa profession, à coup sûr ça l'avait été dans le passé. Un terroriste ou agent secret ? Peu importait, seul comptait l'affaire du Codex et de Vans. Au début ce dernier était tenu par le bras ferme mentpar Hassam, qui ne voulait pas le voir s'envoler pour une raison ou une autre ; en tout cas si un occupant tentait quelque chose contre un autre dans cette salle, il provoquerait une querelle virant au massacre collectif. Seuls deux ici semblaient se préoccuper davantage de Vans que de leur survie : Hassam et Eagle. De quoi montrer qu'ils étaient les plus à craindre ici. Il fallut s'éloigner de Vans, qui de toute manière ne comptait pas partir et ne dirigeait plus rien en raison de la priorité actuelle.

Hassam réfléchit aux moins deux minutes à ce marché. Il était intéressant, sans aucun doute. C'était là une fortune que gagnerait Al Qaida si elle acceptait, des dizaines de millions et un tel otage c'était inimaginable, surement un coup de pouce pour le groupe qui s'enfonçait progressivement... Mais le Codex apporterait bien davantage au groupe d'Idhir, il le placerait en position d'avantage face aux services d'espionnages étrangers.. Seulement il fallait être sûr de pouvoir s'en emparer si l'agent djihadiste refusait ce marché et ratait un gros pactole pour son groupe et son employeur... L'allemand semblait disposer d'autant de moyens que lui, et peut être pourrait-il tricher pour s'emparer de Vans et son secret en cas de refus. De plus, Eagle avait raison, il risquait de ne pas obtenir la confiance de l'occidental Vans, qui pouvait craindre d'être abattu pour qu'un "sale terroriste arabe" reprenne l'argent qu'il lui avait donné. Enfin, même avec le Codex, la branche djihadiste dirigée par Djamin Idhir serait durement sanctionnée par une dépense astronomique...
La décision de Hassam était prise. Il valait mieux ne pas dire toute la vérité à Idhir plus tard, inventer une autre version, car il pourrait se faire tuer par son Cheikh si ce dernier apprenait qu'il avait monnayé le Codex.. S'il n'en savait rien, il serait au contraire réjouis, d'autant qu'Idhir savait ses chances de gagner le Codex incertaines.

" J'accepte " Herr"... " se décida Hassam.
" Si vous ne glissez aucun mot à personne de notre petit accord par la suite... cette offre me gratifiera. Je suppose que vous poserez plus de problèmes que d'aide à nos ennemis occidentaux d'ailleurs. Cependant je ne suis pas sûr d'une chose : Vans espérait avoir plus que trente misérable millions, non ? Il pensait pouvoir monter jusqu'à 4 ou 50 dans cette salle, au moins. S'il est trop frustré il jouera de son secret pour faire monter votre offre. Pour être sûr qu'il accepte, je vous propose d'ajouter 10 millions de ma poche ; mais il ne doit pas savoir que je vous aide, sinon il doutera d'une alliance montée. Quand je l'aurais en otage, je les récupérerais. Vous payez vous aussi en diamants ? Je vous ajoute le poids suffisant en pierres, cela vous dit ? "


Le temps de parlementer était long. Ne voulant pas perdre leur initiative, les somaliens à l'extérieur s'étaient rassemblés et entamaient une nouvelle attaque par le seul côté disponible. Des balles traversaient déjà les murs. Puis un roquette fit exploser la porte tout en élargissant un trou suffisant pour que les assaillants s'y infiltrent sans se serrer les coudes. Les barricades des "nobles défenseurs" avaient été déplacées et les accueillaient déjà. Mais leurs effectifs limités ne supporteraient pas jusqu'au bout cette vague..
En attendant Hassam avait trouvé une idée de fuite, il en discuterait avec Eagle après, peut être... La fuite serait leur seule échappatoire cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Andrea Dole/Cobra
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 192
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 36
Localisation : Dans le port de Nicosie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Jeu 5 Juin - 18:23

Hassam acceptait le marché. Voilà qui était parfait. Ou presque: l'arabe avait trouvé une faille dans ledit marché, et ce n'était pas ce qui faisait le plus plaisir à Scher. Le simple fait qu'il y ait un problème dans ses plans était déjà quelque chose qu'il avait du mal à supporter, perfectionniste qu'il était, mais si quelqu'un venait s'amuser à corriger l'erreur, la pilule devait forcer pour passer. Dans un autre contexte, dans une réunion du Conseil de COBRA, par exemple, le fou qui aurait tenté sa chance aurait été victime d'un regard noir de l'allemand, doublé d'un remerciement d'une froideur telle que personne ne se risquerait à réessayer.
Sauf que là, le contexte était différent. Des terroristes somaliens s'apprêtaient à attaquer la salle de vente, et le Codex était à portée de mains. Toute erreur pouvait être fatale, et le temps n'était pas aux problèmes d'ego.
Hans Scher décida donc d'accepter cette petite augmentation de la somme: Vans devait accepter de l'écouter, sinon tout était perdu. De plus, lui-même n'avait pas à augmenter la somme. Il ne payerait que 30 millions, et Hassam ne gagnerait donc que ces 30 millions, récupérant ses 10 autres. Le seul problème dans l'histoire arriverait une fois tout cela réglé: Cobra, le chef de l'organisation éponyme, aura du mal à accepter le fait que 30 millions des dollars de son groupe servent à financer le terrorisme islamiste... Qu'importait. Business is Business.


"J'ai aussi choisi l'option "Diamants". Vans ne se doutera donc de rien. Cependant, je vais devoir mentir à votre sujet, donc ne vous étonnez pas si ses réactions sont étranges lorsqu'il sera avec vous, au début tout du moins.

Hassam lui passa les 10 millions discrètement, le visage tout naturel: il ne fallait pas que les autres se doutent de quelque tractations entre ces deux là. Une fois les 40 millions en poche, car il avait les 30 autres sur lui, l'allemand attendit patiemment que l'attaque terroriste commence. Une fois que les premières balles eurent fait vibrer les barricades, et eurent accaparé l'attention de tous, il se précipita vers Vans, lui tira la manche et l'entraîna dans le couloir situé derrière la tribune, encore rempli d'un peu de poussière dûe à l'explosion qu'il avait provoqué. Scher plaqua le milliardaire sur le mur, avec le moins de violence possible, et commença.

- M. Vans... Il semblerait que vôtre chère "fête" fasse des jaloux. Certains veulent y participer sans y avoir été invité. Et ces jaloux là sont particulièrement violents et sans-cervelle. Ce qui n'est pas mon cas, ni le vôtre. Parlons donc entre personne civilisée.

L'allemand relâcha Vans, mais se trouvait toujours à quelques centimètres à peine de lui, et son regard imposait assez de respect pour que l'homme d'affaire ne bouge pas d'un pouce.

- Maintenant, écoutez-moi. Vous n'avez aucune chance de quitter la Somalie tout seul, et même de quitter cet endroit vivant. Sauf si vous me faîtes confiance. Et il faudrait mieux que vous ayez confiance en moi, parce que si l'on est encore vivant, c'est grâce à moi, justement. Voyez-vous, je me suis invité à la fête dans le but de gagner le droit de jouer au DJ, de choisir les musiques. D'utiliser le Codex. De le ramener chez-moi, même. Je n'ai pas changé d'avis. Je ne vais pas vous le volez, bien entendu... Les fous qui se battent derrière ce mur, eux, le ferait sans hésiter, tant les invités que les jaloux. Non, moi, je vous l'achète, votre Codex, et je m'arrange pour que vous quittiez le pays sans encombre. J'ai un ami, barbu, qui connait le coin, et qui travaille pour moi. Herr Hassam. J'ai toute confiance en lui.

Bien entendu, il mentait: Hassam n'était en aucun cas son employé. Mais il fallait que Vans fasse confiance au N°2 de COBRA, et il y avait bien des chances que partir avec un terroriste arabe en Somalie n'était pas ce qui allait enchanter le plus le milliardaire. Le racisme lui aurait sûrement coûté la vie. Tant qu'il croyait que ledit terroriste travaillait pour un occidental (et un allemand de surcroit), sa vision du monde et de l'organisation de la société ne serait pas trop bouleversé. Le choc arriverait lorsqu'il découvrira que l'employé est en réalité un vrai terroriste en chair et en os, qui fera tout pour le protéger, vu la marchandise qu'il représente, alors que l'occidental est un menteur qui n'avait pas grand chose à faire de sa vie. Là, le mode de pensée du milliardaire serait bouleversé. Mais Scher s'en fichait royalement.
L'allemand sortit d'une poche intérieure à son costume une bourse qui contenait désormais un peu plus de 80 diamants purs, ronds brillants et blanc, de 3,20 carats environ (ce qui faisait près de 1cm de diamètre pour 5mm d'épaisseur). Chacun valait plus ou moins (mais plus de "plus" que de "moins") 500 000 dollars. C'était une aubaine d'en avoir obtenu aussi rapidement une soixantaine, car même avec les 30 millions en billets, il fallait trouver l'équivalent en diamants de taille quasi-identiques, pour pouvoir mieux répartir les sommes à payer. Heureusement, Scher avait de nombreux contacts dans ce milieu, et assurait toujours quelques dizaine de milliers de dollars supplémentaires pour s'assurer que le délai de livraison serait le plus court possible. L'autre aubaine, c'était que les 20 diamants de Hassam étaient extrêmement proches de ceux de l'allemand. Un regard d'un non-connaisseur ne pouvait pas différencier les deux groupes de diamants, qui, en plus, se trouvaient totalement mélangés.


- Je souhaite le Codex. En échange, vous avez 40 millions de dollars américains en diamants. Et une protection partout au Moyen-Orient le temps de rentrer chez vous. Et autant vous dire que personne ne vous fera une meilleure offre ici. La plupart des autres tenteront de vous voler le Codex sans se soucier le moins du monde de votre vie. Mon offre est à prendre ou à laisser. Mais votre choix va devoir se faire rapidement."

On entendait les coups de feu qui claquaient et frappaient dans la salle de vente. Scher espérait que Hassam n'avait pas été atteint, car l'obtention du Codex ne pouvait se faire sans lui, pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://star-wars-univers.xooit.com


Djamin Idhir
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/07/2013
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex Lun 23 Juin - 20:59

Alors que les affaires semblaient parfaites, le siège lui, présageait une catastrophe. Les assaillants miliciens étaient accueillis dés leur entrée dans le bâtiment par un feu nourrit, et les premiers attaquants furent neutralisés, et l'attaque prit une première pause. La seconde vague se préparait. cette fois le nombre d'assaillants fonçant sur les barricades serait plus grand, et ils submergeraient peut être la première ligne de défenseurs. Dans quelques minutes ce serait le chaos. Cela rendait la diplomatie avec Cobra et Vans absurde, on faisait des affaires tranquillement alors que les chances de s'en sortir étaient moindres.

Eagle venait d'achever sa négociation avec Vans. Il manquait encore la réponse de ce dernier. Il fallait tenir coûte que coûte le temps que ça arrive... Hassam regarda à l'arrière de la salle, vers les décombres. Plusieurs individus tentaient de pousser les décombres à la hâte pour faire une sortie, vainement, ils étaient réduits à déblayer toutes les pierres bouchant le mur. Mais en regardant autour de lui en grattant sa barbe avec inquiétude, le messager d'Al Qaida n’eut pas de mal à trouver : les deux gardes du corps du ministre africains tenaient un RPG-7. Ils attendaient la prochaine attaque pour s'en servir, hésitants. Hassam vint leur parler et négocia précipitamment.

La prochaine attaque arriva alors : cette fois les attaquants chargèrent jusqu'aux derniers, formant une masse de plusieurs rangs bordéliques. Ils chargeaient tout en criblant de balles les barricades. De nombreux assaillants étaient fauchés, et le RPG-7 fit feu : il atteint un mur au fond, et l'explosion et l'effondrement des débris éliminèrent plusieurs hommes. Les ennemis atteignirent la première barricade et le corps à corps commença. La panique se répandait, les quelques civils armés commencèrent à tirer A ce moment Hassam haussa le ton face au ministre :

" Maintenant tirer à nouveau ne nous sauvera pas ! Visez les décombres arrière pour qu'on s'en tire ! "

Apeurés, les autres s'exécutèrent et lancèrent une roquette sur les débris. Les 3/4 de l'encombrement furent arrachés et le reste tomba sous l'effet du château de carte. Voyant le trou, nombre commencèrent à courir et se diriger vers le trou. Pendant ce temps là la bataille avait tout juste achevé la barricade, il ne restait plus que quelques défenseurs armés de kalachnikov et civils armés ne pouvant pas fuir, dispersés, qui tiraient sur les féroce assaillants eux même dispersés. Les balles rataient pour la plupart, tirant dans tous les sens, criblant tout le décor et faisant jaillir de la poussière partout. C'était un foutus chaos.
Pour ceux qui sortaient il n'y avait qu'un espoir, celui de courir aussi vite que possible sur le sable en trainant ses affaires, vers la ville, en espérant qu'ils croiseraient les renforts envoyés par les autorités avant d'être fauchés. Hassam se prépara à y courir quand il se rappela : il était censé avoir promis à ce foutu Vans d'assurer sa sécurité, il le fallait bien pour le convaincre, et s'il ne s'assurait pas que lui et Eagle s'en sortiraient jamais il n'obtiendrait rien. Le djihadiste d'Idhir se précipita alors vers eux, arme au poing. A quelques mètres, l'allemand défendait avec son flingue lui et Vans. L'arabe intervint et tua un somalien qui risquait de les prendre pour cible, puis il arriva. Les trois étaient maintenant allongés au sol pour se prémunir des balles perdues.

" Maintenant il nous faut fuir vite par la voie et simplement courir, on a le temps ceux qui restent nous accorderont deux minutes au moins, ou alors on doit trouver quelque chose... Mon repaire est en ville, je nous y conduirais. Vous proposez quoi ? "

[entre temps j'ai laissé quelques minutes à Vans pour réfléchir et répondre à Eagle]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex

Revenir en haut Aller en bas

Mission Spéciale #3 : Le Dernier Codex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mission Spéciale #6
» Mission Spéciale #3
» Mission Spéciale #10
» Chassa Bomba " speciale "
» Let's get the party started > ouvert à tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Afrique :: Somalie-