Partagez|

Premier discours du Président Donnati [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


PNJ MI6
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 148
Date d'inscription : 17/10/2012
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Premier discours du Président Donnati [Libre] Lun 16 Sep - 15:43

Ce soir, toute la France était devant son téléviseur. Le moment fatidique allait enfin avoir lieu ! Savoir qui sera le nouveau président de la République française... Après l'assassinat du dernier Président, la succession allait devoir être d'autant plus importante pour celui qui devra sauver le pays du terrorisme mondial ! L'animateur du JT prit alors la parole devant la France entière. 


- Mesdames, mesdemoiselles, messieurs bonsoir. Ce soir aux actualités, nous allons découvrir ensemble les résultats de ce second tour. Nous connaîtrons alors enfin le visage de notre prochain président, celui qui succédera à notre défunt Président qui a été assassiné. Dans quelques secondes, nous recevrons les résultats officiels. N'hésitez pas de nous faire part de vos impression sur le site de TF1. Voilà, les résultats sont arrivés. Nous les découvrons en même temps que vous alors...


Le candidat Albert Donnati remporte les élections présidentielles avec 54% des voix !
Et la candidate Marion Martinez-Legrand reçut 46% des voix des français...


Retrouvons maintenant en direct, le premier discours du nouveau président de la République : Albert Donnati !


Les français allaient maintenant pouvoir entendre s'exprimer leur nouveau dirigeant. Sera t-il sauver le pays ? Sera t-il à la hauteur des espérances ? Saura t-il vraiment prendre la relève ? Les français étaient sans doute impatients d'avoir des résultats...


[Merci à tout ceux qui ont voté, et merci surtout à ceux qui on participé à ces élections en présentant un candidat. Merci donc à René Mathis qui sans lui, un événement comme ça n'aurait pas existé. Nous attendons maintenant avec impatience le premier discours de Donnati en tant que Président. Après que Donnati aura fait son discours, vos perso pourront donner leur avis sur ces élections. Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Albert Donnati
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 72
Localisation : Elysée à Paris, France
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Premier discours du Président Donnati [Libre] Ven 20 Sep - 20:25

Donnati se dressa de toute sa hauteur devant le micro, plus imposant qu'il ne l'avait jamais semblé. Il portait une chemise bleu ciel et une cravate mélangeant des motifs rouges et verts, son costume des célébrations victorieuses (il l'avait porté à la cérémonie des Césars). Sa face était à un de ces moments où il rayonnait d'une joie prosaïque et avant de grimper sur la tribune il avait échangé volontiers des sourires ridés et chaleureux aux partisans qui se collaient au mur de gardes de sécurité. Il prononça le discours qui signait son baptême :

« Français et françaises, je ne peux, vous le devinez, vous décrire mon émotion. Pas celle d'être devenu le français numéro un, mais celle que la majorité des votants m'aient confiés la responsabilité de leur avenir. Et aussi celle d'avoir vaincu le danger, représenté par la candidate opposée, bien que je n'insulte aucunement ceux qui ont voté pour elle, et qu'au contraire je suis infiniment heureux de les avoir tiré de ce risque, car leurs destins me sont aussi importants, qu'ils m'aiment ou ne m'aiment pas.


Mais je suis aussi encore un peu inquiet. En effet, le fait que les votes favorables à Mlle Legrand aient presque égalisés le candidat adverse m'attriste, maintenant encore que le danger a passé. Je sais bien que c'est assez spécifique dans le contexte de cette année, car la crise a exacerbée les peurs et les instincts faciles en chacun de nous, et que ce second tour enregistre un absentéisme historique dans les votes. Mais il n'en demeure pas moins que nous avons frôlé la catastrophe, le retour aux valeurs arriérées que nous avons prit deux siècles à éradiquer tout à fait, à la peur et la haine, qui guident la politique vers des valeurs contraires. Car le seul but d'une politique, est d'offrir le maximum de protection et de confort à chaque personne dans son territoire, en égalité, car derrière nos papiers et nos nationalités que nous n'avons pas décidés, nous sommes tous des hommes, et méritons tous autant d'indulgence. Ce siècle est à la rectification, pas à la violence.

Maintenant que vous connaissez ma pensée, je vous fait le serment de travailler tant que je le pourrais, du haut de la pyramide de l’Élysée, à redresser la crise et à vous défendre. Je vous annonce que dés que je serais aménagé et que je ne me perdrais plus dans le chemin entre mon bureau et les toilettes, je préparerais en priorité un plan qui visera successivement ceux responsables de vos maux. Je ne me dirais président que le jour où je serais réellement un homme, pour diriger ce pays !


Je tiens enfin, maintenant que je suis élu, à rendre hommage à la mémoire d'un défunt, dont je prends la place encore chaude : François Hollande. Même si je n'ai jamais été ami ni fan avec lui, les français l'avaient choisit, ce qui n'est pas rien, et nous ne l'avons pas vu assez longtemps à son poste pour savoir qui il était vraiment. Était-il un homme dévoué à son peuple mais impuissant à la situation, un homme trop timide pour forcer les barrages, ou encore un manipulateur ingénieux qui s'est donné une image bien choisie, comme plusieurs le pensent, pour pouvoir abattre des cartes que nous ne connaîtront jamais ?

Même en une année, le président d'une démocratie comme la notre ne peut pas encore montrer ce que valent ses réformes, car rappelez-vous qu'il faut des mois pour qu'elles soient proposées, des mois pour qu'elles soient votées et entérinées, des mois pour qu'elles soient réellement appliquées, et encore des mois pour voir leurs résultats. Monsieur Hollande qui était centre à nombre de griefs, n'a pas eu le temps de donner ses preuves, avant de mourir, et quoique nous pensons, nous ne saurons jamais s'il aurait été un homme indigne en conclusion de son quinquennat. C'est donc à un homme mystérieux, illisible à jamais, secret, que je donne un hommage, car son meurtre était tragique. Et ce pays saura retrouver ses assassins et les juger ! »






Il attendit les réactions, le tonnerre des applaudissements couplé au tonnerre des sifflements. Il parcourut quelques visages dans la foule sous ses pieds, en espérant peut être dévisager des réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sir Miles Messervy
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 600
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 22
Localisation : Partout et surtout ailleurs...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Premier discours du Président Donnati [Libre] Dim 22 Sep - 7:46

La Jaguar remonta doucement les Champs-Elysées pour prendre une route plus discrète à travers les ruelles environnantes. Le chauffeur anglais prit soin de ne pas faire crisser les pneus mais en se débrouillant pour aller vite quand même. Le passager avait débouché une bouteille de muscadet et en avait rempli un verre en effleurant du doigt la tablette électronique et en regardant la une des journaux. Il dégusta une gorgée du blanc-sec et le posa sur la commode aménagé sur le siège voisin. Il lut l'article sur l'élection de Donnati. 

M grogna un peu et reposa la tablette. Il pouvait pas voir les politiques en peinture et son côté conservateur le poussait également à être grincheux comme le qualifiait ses hommes. Au final, Legrand aurait pu être pire. Il ne faut jamais refiler la carte bleue du pays à une blonde surtout hystérique.

La voiture s'arrêta devant un immeuble et Sir Miles Messervy descendit prenant appui sur sa cane même s'il n'en avait pas besoin. La lame cachée sous le bois le rassurait quand même quelque-soient les circonstances. Il fit quelques pas et entra dans le bâtiment. Il poussa quelques portes avant d'arriver au numéro 13, il sentait bien le sens de l'humour de celui qui les avait convoqué.
Il entra et reconnut deux visages familiers qu'il salua assez rapidement. Il ne connaissait pas les autres enfin si de nom mais il ne les avait jamais rencontré avant. Ceux qu'il connaissait. Tigre Tanaka est un ancien militaire japonais au grand sens de l'honneur et est devenu le chef des services secrets japonais. Sa compagnie est toujours très agréable. Anatol Gogol ancien chef du KGB et actuel leader du SVR n'avait rien perdu de ses talents avec l'âge mais tout comme M, il devrait sûrement songer à la retraite. Ils avaient vécu les derniers jours de la Guerre froide et savaient pertinemment tout ce que ça avait impliqué et ce que ça impliquait encore aujourd'hui.

- Où est le nouveau patron de la DGSE ?

M n'avait pas vu René Mathis parmi les personnes conviées à la réunion. Tanaka posa une coupelle devant M avant de s'asseoir et de réfléchir en pesant ses mots.

- Nous ne l'avons pas invité car nous avions besoin de votre avis M senpai. Vous êtes le seul à l'avoir rencontré et à déjà le connaître en tant qu'agent.

M se posa autour de la table basse et regarda Gogol, il devait bien connaître Mathis lui. Peut-être qu'il préférait ne rien en dire pour l'instant. M avala une gorgée de l'alcool de riz tiède

- C'est un élément de confiance qui ne posera de problèmes à aucun de nous. Je l'aurais invité à votre place Tigre. Il vous aurait sûrement prouvé ses aptitudes.

- Ne vous inquiétez pas, il ne me manquait que votre avis pour que ma secrétaire envoie une invitation à ce Mathis. Nous pouvons déguster thé et saké en l'attendant, j'ai commandé quelques autres rafraîchissements qui devraient vous faire plaisir. Je m'absente un instant.

Tanaka disparut et M se tourna vers Gogol.

- C'est quoi cette réunion.

Il remarqua la salle qui était décorée à l'orientale et les assistantes de Tanaka qui avaient accepté de faire la cérémonie du thé pour Tigre et ses invités. Elles portaient la tenue traditionnelle, le kimono avec l'obi noué dans le dos.

- Tigre voulait nous réunir car il semblait assez inquiet quand à certains dangers qui guettent chacun des services de renseignements. Il semblerait que les Américains aient refusé l'invitation comme d'habitude mais d'autres surtout européens ont répondu présents. On va voir comment se déroulera la suite.

M regarda pensivement la coupelle de saké avant de la finir. Tigre avait sûrement dû joindre René Mathis connaissant la rapidité de celui qui aurait été samouraï a une autre époque...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelunaticworldofjanus.over-blog.com/


Dominic Greene
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 201
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 47
Localisation : Variante
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Premier discours du Président Donnati [Libre] Ven 4 Oct - 19:26

Dominic Greene était sur la place de l’Élisée, au moment où le nouveau président avait été annoncé, prêt à voir dans le rang de toutes les hautes personnalité l'annonce du vainqueur et son entrée triomphale dans le palais.

Il accueillit le résultat avec la plus grande tiédeur et amertume. Pendant un moment, il n'avait su quel résultat lui déplairait le plus. Maintenant il pensait savoir. Avec ce Donnati, la France risquait fort de faire le plus grand des retours en arrière. Toutes les libertés d'entreprises et ce libéralisme financier durement travaillées pendant un demi-siècle, réduit à néant. La France replongerait dans ses mauvais travers de popularisme de rue et ce privilège des hommes sans culture et ambition, ces quasi-clochards vulgaires torchés à la bière et au coca sans éducation qui devraient soit-disant détenir une majorité qu'ils ne méritent pas.

L'entrée au pouvoir de l'autre jeune buse de Legrand l'aurait bien sûr déplu elle aussi : celle-ci donnait irrémédiablement l'image d'une gamine qui récite ses cours de science-et-vie sur les mauvaises choses de ce monde et exige une attention largement au delà de son mérite, car il y a tellement plus de politiciens intelligents, calculateurs, censés, sociables. Cette femme vénérée par les français moyens et les ouvriers retraités était une autre forme de caïd admirés des cours de récré : on l'aimait sans se demander ce qu'elle vallait réellement. Et réellement, sans doute aurait-elle été si centrée sur elle et sa cour d'amis à peine xénophobes et surtout contents d'accéder au pouvoir, qu'elle traiterait les financiers et les puissants avec dédain, remarquerait à peine leur réel pouvoir (légal). Elle pouvait donc s'élever contre eux qui lui barraient le chemin dans la visée de ses délires personnels, être un roquet aux crocs plutôt aiguisés. Mais elle aurait aussi bien pu ne rien changer, et se contenter d'un accord couci-couça pour les deux partis.

Il n'y aurait pas de champagne ce soir : pourtant chaque élection, que le candidat nous plaise ou non, est prétexte pour sortir la meilleure coupe de champagne de l'année, c'est un peu comme Noël. Mais même au banquet monstre qui l'attendait non loin de là, il aurait du mal à utiliser sa fourchette.

Son Entreprise ! Ses revenus ! Son influence en France ! Ses amis financiers ! Cette terre en laquelle il avait grandit et vu traversée sans cesse de présidents au maigres réformes et au respect relatif des entreprises ! A la trappe, petit à petit !
Avant tout, les impôts de Dominic allaient augmenter drastiquement ! Il n'aurait pas le choix de diminuer la longueur de ses séjours en France ! 25 pour 100 d'imposition en plus, cela détruisait tous ses projets d'avenir. Il risquait aussi, si l'autre était un marxiste aussi excessif qu'il le prétendait, de voir ses propriétés françaises immobilières, boursières, ou indemnités diminuer dans les prochaines années. Greene Planet devrait couper tout lien privilégié avec des entreprises et travailleurs français. Et surtout, le nouveau gouvernement, s'il n'était pas assez bien convaincu de la puissance du monde libéral, ne serait pas aisément manipulable. Depuis bien longtemps, entreprises et marchés, puisqu'elles sont le coeur de l'emploi, la production, les salaires, la richesse et le prestige du pays, imposent aux gouvernement un respect logique envers leur liberté. On appelle ça la gratitude -envers ceux à qui l'on doit tout. Remboursement de la dette, austérité, refus des taxations, c'est simple comme bonjour à suivre. Mais pas pour ceux qui aiment les prises de tête...

Le discours ne plu pas davantage à Dominic, qui le prit avec noirceur. Il se dit qu'il ferait mieux d'aller en fête, saluer, et de regagner son Jet privé... vite pour se retrouver d'ici quelques heures dans les bras de sa nouvelle aimée, avant que l'essence de son jet soit si taxée qu'il ne pourrait plus faire le plein... L'amour, le beau, le vrai, est parfois aidé par des beaux billets, c'est la preuve que si l'argent ne créée pas le bonheur, elle y contribue fortement.

_________________
----

*-En Libéralisme, notre notion induit la liberté de s'enrichir et d'entreprendre comme fondamentale, mais aussi que toute personne soit responsable de ce qu'elle fait de ses libertés, y comprit le chef d'entreprise ruiné qui n'a pas prêté su pousser l'audace et le chômeur qui n'a pas su donner assez de lui même pour conserver son travail ou en retrouver un autre -*


Dernière édition par Dominic Greene le Jeu 31 Oct - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lucien Bishop
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 37
Localisation : Sibérie, Russie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Premier discours du Président Donnati [Libre] Jeu 31 Oct - 18:26

La France avait un nouveau visage. Celle d'un vieillard bien conservé d'une soixantaine d'années. Bishop ignorait si c'était une bonne chose qu'Albert Donnati ait été élu Président de la République Française. Il appréciait écouter de temps en temps ses sketches à la radio, mais de là à l'élire aux plus hauts fonctions de l’État, c'était tout autre chose !

C'était la première fois dans l'histoire de le Cinquième République qu'un président d'extrême gauche était élu. L'expérience promettait d'être intéressante. Mais Lucien reprochait à Donnati son côté trop utopiste. Il avait peur que ce caractère lui fasse défaut. Il incarnait bien les espérances de son parti en arrivant au pouvoir, mais qu'est-ce qui disait que ses espoirs n'allaient pas fondre à vue d’œil d'ici les mois à venir ? Appliquer le programme pour lequel on a été élu n'était pas aussi simple que de jouer une pièce de théâtre déjà écrite. Contrairement à d'autres candidats, Donnati n'avait pas la carrure pour supporter sa charge. C'était l'impression qu'il donnait à Lucien. Il semblait fort et robuste, mais trop idéaliste. Et, dès lors qu'il se retrouvera confronté aux vrais problèmes (ne serait-ce qu'aux dossiers les plus sombres de la DGSE), alors il devra faire face à la réalité et, très probablement, revoir ses ambitions à la baisse.

Cependant, Donnati semblait être un homme sincère. Pas un de ses politiciens corrompus. Sa "naïveté" était de ce point de vue là un atout : il n'était pas encore sous la pression de certains lobbys. Il n'apparaissait pas non plus comme quelqu'un de cupide, avide de billets verts. À moins qu'il ne cachait très bien son jeu. De toute manière, Mathis, en bon chef des services secrets, devait déjà avoir la fiche de Donnati sur son bureau, retraçant toute sa vie publique et privée. Il suffirait d'y jeter un petit coup d'oeil pour avoir accès aux informations que voulait Lucien. Quoi qu'il en soit, cette "pureté" de Donnati sera, elle aussi, confrontée tôt ou tard à la réalité de la vie politique. Il recevra des pressions de toutes parts, et il sera difficile pour lui de rester droit.

Lucien soupira. Ce Président avait déjà laissé une trace dans l'histoire de la Cinquième République, de par son élection. Mais les choix qu'il fera lors de son quinquennat pourront déterminer si le peuple français avait fait le meilleur choix depuis les soixante dernières années, ou si au contraire, les détracteurs des partis extrémistes avaient bel et bien dit vrai à leur sujet.

Le bon point, pour Bishop, c'était que ce Président semblait soucieux du bien-être de ses citoyens (à moins que ce ne soit que des paroles en l'air). Peut-être allait-il renforcer le budget attribué à la Défense, surtout après les événements de Kourou et le récent piratage du système de la DGSE. Ceci dit, le risque de réforme structurel des moyens de renseignement français était tout aussi important, et pour le moins inquiétant. Mais au fond, Lucien se sentait peu concerné. Il n'avait pas voté à toutes les élections présidentielles depuis sa majorité, et il s'était même abstenu lors de ce second tour. Mais le devenir même de sa vie au sein de la DGSE et sur le territoire français était remis en cause. Avant de pouvoir se projeter vers l'avenir, il devait régler quelques histoires de son passé qu'il tardait à achever. Par conséquent, le nom et la couleur politique du nouveau président n'étaient pas les choses qui l'intéressaient le plus aujourd'hui.

_________________
"L’information est la clef de la guerre moderne" - Général US Glenn Otis

DOSSIER BISHOP

MISSIONS EFFECTUÉES

Palme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Albert Donnati
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 72
Localisation : Elysée à Paris, France
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Premier discours du Président Donnati [Libre] Ven 1 Nov - 3:50

Quand tout fut fini, le nouveau président français pu s'exprimer :

"En tradition, les présidents attendent avant de vous donner la surprise  des ministres qu'ils ont choisit. Mais ils ont tous choisit leurs ministres à l'avance, alors ce serait hypocrite et vieux jeu de ma part.

Voici donc un échantillon de la liste, de ceux pour lesquels je suis certain en ce moment

-Le Premier Ministre sera
Jacques GÉNÉREUX [non jouable]



Économiste et professeur à l'institut de Science-Politique de Paris, il a aussi été ancien secrétaire du Rassemblement de Gauche, perdant au premier tour en 2012. Cet homme, même plus jeune que moi, m'a été le meilleur conseiller en politique, nos idées s'accordent et se complètement parfaitement, et personne ne sera plus qualifié et compétent pour vous ! Enfin, il vient de Saint-Brieuc, donc vous pouvez doublement l'applaudir !"


Donnati eu un rire joyeux, pendant que son allié montait sur la tribune lui serrer la main, et se présenter ému à la foule en liesse.

"J'annonce aussi une petite cohabitation.
Après la sévère défaite de Emmanuel Galfety au premier tour, et bien que j'ai reproché aux socialistes une nouvelle mollesse en ces années, devenus centristes, je pense qu'une entente pourrait les rapprocher de notre vision de la politique et leurs éléments peuvent nous donner.


-Emmanue Galfety (PNJ) lui même sera ministre de la justice

Deux de ses meilleurs collaborateurs à ses yeux seront quand à eux :

-Ministre de la Santé
-Ministre de la culture

Bien, merci à tous. Je vais maintenant prendre connaissance de l'Elisée, mes amis ici plusieurs millions à m'écouter. Je ne vous promettrait pas que je dormirais à l'hôtel cette nuit, par contre je peux vous assurer que je ne ferais pas le tour de France pour m'amuser dans l'avion présidentiel qui a été l'objet de suffisamment de hontes comme cela.

Bonne nuit à tous, et que les 5 années suivantes entre nous soient positives."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Premier discours du Président Donnati [Libre]

Revenir en haut Aller en bas

Premier discours du Président Donnati [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le discours du président Préval à l'ONU
» Le discours de Préval à L'ONU
» ForumHaiti devrait-il appuyer la ratification du Premier Ministre désigné ?
» Le discours du Président de la République à l'Arcahaie
» Martelly revient pour les négociations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Europe :: France-