Partagez|

[ELECTIONS 2013] Albert DONNATI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Dominic Greene
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 201
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 48
Localisation : Variante
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: [ELECTIONS 2013] Albert DONNATI Jeu 15 Aoû - 3:50

Nouveau discours de Albert Donnati à l'approche fatale du scrutin.







Dans un meeting, Donnati s'est aujourd'hui exprimé. Il est entré sur scène comme à son habitude, vieux gaillard de 69 ans d'une taille impressionnante, corpulent sans être en surpoids, vêtu sans bling-bling, dans une de ses chemises faisant penser à des frontières poreuses entre classes moyennes et bourgeoisie, qui fait jaser les potins médiatiques superficiels.
Avec son animation énergique mais sans emphase, sa conduite originale davantage semblable à celle d'un sportif retraité plutôt qu'à un acteur, et ses sourires pétillants, qu'on l'aime ou pas, on ne niera pas la présence de cet homme sur le plateau, aussi terre à terre que parfois envolé.
Cette soirée là, il s'est exprimé en ces mots :


« Bonsoir à tous, français et françaises. Bientôt, vous allez prendre une décision décisive, sachant que chaque élection est décisive sur la courbe historique de votre pays, et c'est pourquoi je suis venu vous donner mon message : je vous souhaite de bons votes, mais avant tout, je vous rappelle le teneur de ce pouvoir du peuple, je vous rappelle que vous ne devez surtout pas vous tromper, que votre avenir mais aussi celui de tous, dépend de vous. Je ne m'attarderais pas sur ce point plus longtemps avant de paraître démagogue. Dés maintenant, je vais vous expliquer ce que j'attends, pas seulement de celui qui votera pour moi, mais de tout français.


N'oubliez jamais les règles suivantes :

spoiler:
 




Je vais maintenant m'attarder sur le programme des autres candidats. Je n'essaierai d'expliquer qu'une seule chose : ce que j'approuve et désapprouve dans leur programme, et ce pourquoi je ne souhaite pas qu'ils soient élus. Car aussi modeste que je sois, je pense que le problème ne vient pas d'une surestimation de moi par moi même, mais justement d'une surestimation des qualités humaines. Je suis un homme comme on en croise tant dans les rues, mais ce sont ceux que vous croisez le moins quand vous êtes des hommes politiques.


Emmanuel Galfety, du Social Solidaire : je ne prétends pas qu'il est un monstre, bien sûr, en revanche je tiens à reprendre certains de ses dits :



-Il parle de « renforcer l'axe franco-allemand, socle sur lequel repose le reste de l'Union Européenne. » Certes. Mais à quelle condition ? Suggérerait-il que nous imitions les allemands ? Plus personne n'est sans ignorer que l'Union Européenne toute entière est mise à mal par l'Allemagne.



Il a déclaré « Il serait judicieux de créer des entreprises "plurinationales" européennes. En encourageant des entreprises qui utilisent le meilleur du savoir-faire de plusieurs pays européens, l'Union Européenne deviendra encore plus compétitive dans le commerce international. Cela permettra une Europe unie dans l'industrie et les services tout comme elle l'est déjà dans l'agriculture, grâce à la PAC. »

Mais c'est bien caricaturer, et hélas, quelque peu mal calculer. En effet, comment trouver une signification à « entreprise plurinationale » aujourd'hui ? Une majorité des grandes entreprises françaises, aujourd'hui, ont une partie de leurs capitaux possédés par des actionnaires étrangers dans toute l'UE, les travailleurs français se mélangent déjà aux étrangers, et étrangers au français, et toutes les entreprises ont leur filiale à l'étranger... C'est précisément ce qu'on appelle la Mondialisation. Et ses effets ne sont pas tous bénéfices : on a déjà pu constater que dans l'UE, la Mondialisation des entreprises, prétendues « plurinationales » a eu ses tristes effets : quelques pays cumulent des avantages au détriment des autres, les mêmes pays défavorisés perdent leur main d'oeuvre qui rejoint d'autres pays, et peinent à en attirer en retour. L'Allemagne est encore une fois en tête des responsables actuels, car ses réseaux vendent énormément de ressources aux pays voisins, mais ne leur en achète que très peu, et aggrave donc leur crise économique ; des entreprises plurinationales, c'est livrer les ressources de l'Europe aux plus puissants, c'est hors de question.

Je promets-moi, en revanche, la PARITE européenne, et une coalition européenne qui fera pression sur la fierté allemande dangereuse.



Il dit enfin que « pour inverser la courbe du chômage, il faut favoriser l'embauche. Et pour cela, quoi de mieux que d'encourager la création d'entreprise ? L’État adoptera donc une fiscalité encourageant l'entrepreneuriat : quiconque souhaitera monter sa propre entreprise se verra privé de taxes professionnelles envers l’État pendant douze mois. Cette durée sera élevée à dix-huit mois pour la création d'entreprises plurinationales européennes ou respectueuses envers l'environnement. »

Sur le papier, plaisant. Mais en vérité plus aucun politique expérimenté n'a une véritable confiance en cette méthode. D'abord, nous ne manquons pas d'entreprise. Les entreprises se créent couramment, plus souvent qu'on ne le réclame, mais le problème est la PLACE de ses entreprises. Plus personne ne veut beaucoup d'employés, ni même beaucoup les aider. Plutôt que de créer de nouvelles entreprises, il faut encourager leur embauche et leur croissance, mais en commençant par relancer les niveaux de vie en France, la consommation, les échanges et l'emploi : de là vient la santé d'un pays, puis la santé des entreprises. Je désapprouve tout autant de retirer des taxes professionnelles aux entrepreneurs, pour soit disant relancer leurs entreprises. Cela a déjà été tenté sous Sarkozy et Hollande, et les résultats ont été les mêmes : en vérité, la plupart des entrepreneurs n'ont pas donné un sou de plus pour les emplois ou la croissance de leurs entreprises, tout l'argent que leur a offert l'état ils l'ont gardé pour eux, uniquement pour eux. Avec ce système, les riches deviennent plus riches, et les pauvres restent aussi pauvres.

Plutôt que de de gaspiller notre budget, je n'accepterai quand à moi de verser de l'argent aux entreprises que par investissement ou prêt sans intérêt


Je soutiens cependant son idée d'augmenter les effectifs de fonctionnaires, particulièrement dans la dépense, et de ne pas céder en diminution dans nos budgets. Je soutiens sa solidarité. Mais une solidarité coûteuse, telle qu'on l'a trop vue dans les précédents mandats, est, je m'excuse, de la confiture aux cochons. Et notre confiture n'est pas pour les cochons, elle doit être pertinemment, judicieusement et efficacement répartie !





Nathalie kaminsky michalak, candidate du NKM, représente quand à elle la droite, mais une droite qui ne ressemble tellement pas aux précédentes qu'on ne reconnaît plus le second parti en France.


-Elle dit vouloir « faire passer la santé dans le premier budget de l'état, devançant l'éducation nationale, qui nous coûte je vous le rappelle 150 Milliard d'euros par an, alors que la santé 60% de moins... »

Une augmentation de cent milliards du budget donc.

Elle propose aussi de « baisser TVA des entreprises... » et de nombreuses autres mesures profitables aux citoyens, mais qui privent peut être d'une nouvelle tranche d'une centaine de milliards d'euros le budget de l'état.

200 milliards d'euros en plus dans un budget, c'est du jamais vu, et je ne critique pas cela, ni même ses généreuses promesses pour redresser l'économie. Mais comment fera t'elle pour trouver cet argent, puis compenser le coût de son plan ? Elle ne semble pas en parler. Augmentera t-elle la dette de la France de 200 nouveaux milliards ? Comment résoudra t-elle le problème de la dette, alors ?

L'UFP, comme toute la droite, s'est toujours gardé, selon ses principes libéraux, de s'attaquer au banque, ni de mieux répartir les richesses qui n'ont jamais été aussi mal partagées. Son projet est donc totalement irréalisable.

En conclusion, si Michalak ne résout pas la question avant qu'il ne soit trop tard, il n'y a pas de doute qu'elle tisse un immense attrape-nigaud.


Quand à moi, l'explication de comment résoudre cette crise est juste ci-dessous


Marion Martinez-Legrand, quand à elle, parle de choses qui ont déjà été citées, mais cruellement peu d'économie. Comme l'a toujours fait l'extrême droite, son refus de parler de façon claire ou crédible de budget, de taxes ou d'emplois en général, se révèle être une ruse pas si roublarde, visant à récupérer un maximum de vote à la droite comme à la gauche en jouant sur l'absence de parti pris. 


Il ne nous trompe pas que le but premier du FR est donc l'élection, avant la clarté, et c'est précisément cela que je trouve effrayant.



Elle parle cependant de laïcité de façon crédible : pour ma part, la laïcité occupera également une place essentielle, car toute infraction à son code nuirait aux lois d'égalité entre croyants et non-croyants, et le climat des rivalités reviendrait. La France conservera sa fierté unique de la seule et réelle laïcité d'état. »

_________________
----

*-En Libéralisme, notre notion induit la liberté de s'enrichir et d'entreprendre comme fondamentale, mais aussi que toute personne soit responsable de ce qu'elle fait de ses libertés, y comprit le chef d'entreprise ruiné qui n'a pas prêté su pousser l'audace et le chômeur qui n'a pas su donner assez de lui même pour conserver son travail ou en retrouver un autre -*


Dernière édition par Dominic Greene le Jeu 15 Aoû - 12:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dominic Greene
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 201
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 48
Localisation : Variante
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: [ELECTIONS 2013] Albert DONNATI Jeu 15 Aoû - 3:54

RETOUR SUR PROGRAMME




Programme Présidentiel


Résumé :
Des programmes visant à rétablir la santé économique et relever les valeurs historiquement partagées par la droite et la gauche, « par Blum comme De Gaulle. Viser, plutôt qu'une politique de la compétitivité, une « politique de la moralité ». Valeurs promises : égalité, philanthropie, solidarité, priorité aux démunis, protection des travailleurs, mais aussi protection de la liberté d'entreprendre et celle de s'enrichir, image nationale, justice et culture.

Cahier des réformes de l'état :


Nouvelle organisation politique :

-Une partie des ministres seront choisis en raison de leur ancienne profession ou leur prédication avant toute chose : par exemple, des économistes ou fiscalistes promus aux ministères d'économie et finance, des experts de syndicats ou d'ancien travailleurs aux ministères de l'emploi, préfets ou commissaires au ministère de la défense... Les compétences concrétement prouvées par le passé ou présent deviendront le facteur premier de nomination.
-Des horaires de présence obligatoires seront imposés à l'ensemble des députés. Leurs avantages financiers honteusement élevés seront diminués afin d'éviter d'attirer les requins. Le droit au cumul de la fonction député-maire sera effacé.
-Chaque parti politique se verra imposer un quota épais pour leur sélection de candidats aux élections parlementaires : 10 pour 100 des moins riches ou des plus travailleurs remplaceront des concurrents du même parti.
-Centralisation Gaulliste de l'état où chacun joue mieux son propre rôle : le Conseil Constitutionnel ne peut interdire une loi que lorsqu'il fournit un article de la Constitution prouvant au mot exact son incongruité ; la cour des comptes redeviendra un organe instrumentalisé ; Psident pourra user davantage de ses pouvoirs légaux les plus autoritaires (comme faire passer une loi bloquée par le parlement grâce à un décret, lorsque l'urgence le justifie...) le peuple sera davantage interrogé par référendum.

Mesures de « soin »



  • Protéger les classes populaires et moyennes en allégeant leurs charges sociales (comme sur la retraite et la sécurité sociale) plutôt que les augmenter, et les pressions du travail, diminutions salariales et menace de chômage. Ce n'est pas aux innocents d'être les premières victimes de la crise !
  • Pour créer de nouvelles places dans les emplois et faire reculer le chômage et l'inactivité : interdiction de licenciement abusif, rompre pour un prétexte économique le contrat préalablement validé d'un employé sera interdit lorsque l'entreprise n'a pas enregistrée de pertes réelles durant l'année ; une partie des postes ainsi supprimés antérieurement seront rétablis, et une partie des chômeurs ainsi licenciés antérieurement auront droit en priorité de récupérer leur poste dans leur dernière entreprise ; Les suppressions de postes de fonctionnaires seront stoppées, la plupart des postes supprimés dans la fonction publique durant la dernière décennie progressivement recréés, libérant de nouveaux emplois.
  • Un plan prévoira de verser des indemnités compensatrices aux entreprises en réelle difficulté qui engagent de nouveaux employés pour un temps minimum imposé.
  • La politique de « l'austérité » pratiquée dans le monde depuis 20 ans n'a cessée de montrer ses mauvais effets, elle sera ainsi arrêtée. Les coupures de budget seront abolies afin que tous les secteurs puissent augmenter leur croissance ; l remboursement immédiat de la dette sera relégué au second plan et les déficits plus flexibles jusqu'à ce que la situation de crise soit réglée. Comme le Brésil et l'Amérique du Sud, ainsi, tous les surplus de dettes amassés pourront être aisément acquittés lorsque le pays sera sorti de la crise, alors que tant que le pays est en crise il ne parvient pas à rembourser ses dettes, rattrapé par les nouveaux emprunts obligatoires.
  • Des lois limiteront la délocalisation, surtout lorsque celle-ci prévoit l'expulsion des employés français au profit d'étrangers.



Pallier les coûts phénoménaux des « soins »



  • Un nouveau plan économique combinera l'entérinement les réformes financières que feu le dernier président n'avait pu faire passer et le retour à une économie Gaulliste ! Seront augmentés les impositions et taxes sur les plus riches et les banques jusqu'à résolution de la crise et la fracture sociale ; les totalités des activités bancaires deviendront transparentes afin de mieux contrôler les fraudes, les filiales des banques françaises dans les paradis fiscaux seront immédiatement imposées. Des centaines de milliards pourraient ainsi être récupérés en surplus en un mandat.
  • {en compensation pour ces difficiles « participations imposées », un nouveau bouclier fiscal sera créé : passé un certain seuil, le chef d'entreprise qui investit conséquemment pour la croissance de son entreprise (emplois, technologies, salaires) aura droit à des impôts en moins, et autres avantages.
  • {Les banques les moins fiables seront nationalisées, afin de dégager la France du piège de l'emprunt sans sortie et de générer directement de nouveaux profits. Sera aussi re-nationalisé tout ce qui fut privatisé à partir des années 70, comme les autoroutes et les transports, revenant dignement à l'Etat et donc au peuple !
  • Tous les moyens seront déployés pour faire descendre la dette nationales : les dettes envers les banques nationalisées seront facilement annulées légalement ; les dettes envers les banques et organes coupables de trop grosses fraudes et manipulation de l'état seront supprimées ; les dettes envers des états voisins échangées.
  • Du reste, les économies sur le remboursement de la dette, le dopage de la croissance abouti grâce aux « mesures de soin » plus haut, la hausse de la consommation, le recule du chômage, le meilleur morale des travailleurs, la meilleure qualité du travail des français, les baisses de dépenses sociales envers les démunis...permettront non seulement de compenser les coûts des réformes mais aussi de faire de la France le champion de la compétitivité et du niveau de vie.



Autre :
-La protection contre la criminalité et la délinquance sera la priorité de la Défense, ainsi que l'éducation, quitte à des mesures drastiques.
-La politique contre l'immigration non seulement est un échec à la limitation des flux étrangers, mais s'élève à un coût monstrueux et augmente la part de sans papiers et de travail au noir : elle sera annulée, le statut des étrangers rediscuté.
-A l'étranger, la guerre contre le terrorisme et les interventions pour aide à la démocratie sera poursuivie, tant que les démarches seront légales.
-La France se distanciera sensiblement de l'UE et ses politiques obsolètes, et surtout de l'Allemagne.

Slogan : "Croire, c'est Pouvoir !"

_________________
----

*-En Libéralisme, notre notion induit la liberté de s'enrichir et d'entreprendre comme fondamentale, mais aussi que toute personne soit responsable de ce qu'elle fait de ses libertés, y comprit le chef d'entreprise ruiné qui n'a pas prêté su pousser l'audace et le chômeur qui n'a pas su donner assez de lui même pour conserver son travail ou en retrouver un autre -*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dominic Greene
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 201
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 48
Localisation : Variante
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: [ELECTIONS 2013] Albert DONNATI Jeu 15 Aoû - 13:06

Mes chers concitoyens

Je réponds ici à la candidate Michalak, qui a elle même répondu, et le débat s'arrêtera là. Je vous prie de vérifier les erreurs de la candidate Michalak soigneusement


Je suis navré de lui annoncer que sa politique budgétaires contient quelques erreurs, et fausses notes.

-Tout d"abord, amputer le budget de l'éducation nationale d'un tiers serait une... CATASTROPHE. Il faudrait supprimer tant de postes et moyens, que l'instruction de nos héritiers en souffrirait gravement. L'instruction française est une des plus carencées au monde, tout le monde se plaint du manque d'efficacité et d'enseignants... Et l'éducation ne cesse de clamer que son budget, rabaissé depuis des années, doit être augmenté ! Je ne puis me résoudre à abandonner ainsi l'avenir de mes petits enfants.
Quand au système de santé français, s'il est encre très imparfait, sa sécurité sociale et ses moyens en font un des meilleurs au monde, au point que les Etats-Unis eux mêmes nous envient, et la profession n'est pas menacée.
NE COMMETTEZ SURTOUT PAS CETTE ERREUR

- Retirer le RSA, en vérité, ne poussera pas davantage à travailler, les statistiques ne cessent de le prouver. Le problème vient d'ailleurs moins du manque de volonté des pauvres que du manque d'emplois, d'offres d'emplois libres, ou de diversité des emplois. Retirer le RSA ne fera qu'appauvrir la population, et tous ceux qui ne trouveront pas de métier, nombreux, seront livrés à leur sort ! Le RSA était une invention révolutionnaire, et son montant à 480 euros est considéré si insuffisant pour vivre que personne n'accepte de vivre pour uns salaire équivalent, sauf au noir ! 

-Elle propose de "réglementer plus sévèrement le droit de toucher des allocations familiales, en empêchant par exemple les gens du voyages de toucher les allocations, étant donné qu'aucun revenu et aucune facture n'apparaissent chez eux... ". Mais pourquoi donc priver, avant tout, de sources d'argent les classes moyennes ? Alors que les richesses augmentent en France dans la population aisée, statistiques témoins !
Ensuite, retirer des allocations, c'est certes des économies, mais aussi des vacances en moins pour ces familles, dont la vie ne tient pas qu'à la survie. Le coût des vacances est une perte qui dépasse celle de l'allocation familiale, je ne tiens surtout pas à ce qu'on défavorise davantage les premières victimes de cette crise.

-Enfin, elle prétend que les banques refuseront tout prêt ou crédit si on les taxe davantage. Mais ceci est faux, dans le monde entier, des présidents y arrivent. Les banques, en effet, sont forcées de prêter, savez vous que le prêt aux Etats est leur meilleure source de revenu à l'heure actuelle ? Et que si l'Etat ne se maintient pas, les banques sont affectées ? Les banques accepteront toute taxation plus sévère, c'est une certitude ! Et au pire, un président assez interventionniste, n'a pas de mal à les ranger.

Courage citoyens ! Je promets qu'il n'y aura PAS DE DIMINUTION DE RSA, NI D ALLOCATIONS, NI D AUTRES MOYENS. Soyez courageux, nous nous en sortiront, et au cas contraire je payerai l'addition le premier

_________________
----

*-En Libéralisme, notre notion induit la liberté de s'enrichir et d'entreprendre comme fondamentale, mais aussi que toute personne soit responsable de ce qu'elle fait de ses libertés, y comprit le chef d'entreprise ruiné qui n'a pas prêté su pousser l'audace et le chômeur qui n'a pas su donner assez de lui même pour conserver son travail ou en retrouver un autre -*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dominic Greene
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 201
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 48
Localisation : Variante
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: [ELECTIONS 2013] Albert DONNATI Jeu 15 Aoû - 20:55

En réponse à Monsieur Galfety :

j'apprécie votre réponse, vous avez du mordant, et du talent. Il est vrai que contrer des arguments, c'est constamment révéler des points vulnérables. Cependant, si je ne suis pas dans votre parti, ma seule raison c'est que sa demi-teinte me déplait quelque peu en cette période

Cependant, vous vous méprenez sur un point : vous m'adressez certains coups que je ne vous ait pas porté.

Mon rappel aux citoyens, en vérité, ne visait directement aucun candidat, mais une réalité. Pensez-vous donc que je vous ait intégré parmi eux, Monsieur Galfety ? Je ne suis pas assez mesquin pour faire la langue de bois.
Sachez que je ne dénonce pas d'intérêts et d'influences mauvaise en vous, vous me paraissez correct, de même, je ne pense pas que vous vous soyez intéressés à la politique trop tardivement. Je ne parlais pas non plus des veilles des élections ou des textes de l'un ou l'autre d'entre-nous, puisque nous avons tous déjà cités nos chiffres, et qu'il n'était aucunement question d'une gaffe de nos candidats (je les leur laisse pou les prochaines années) je parlais davantage du long terme.
Enfin, mon coco, je tiens à te dire que je me présente certes aux présidentielles pour la première fois à 69 ans, mais que mon intérêt pour la politique et ma carte de militant c'est depuis toute ma vie. Je n'ai pas créé un soudain intérêt. Mon message visait davantage les libéraux, que les sociaux solidaires pour lesquels j'ai toujours préféré voter.
Mais je suis désolé de t'annoncer que sans méchanceté, votre programme manque trop de panache, et que son habit est trop superficiel.

Pour les transnationales, non, je ne confonds pas avec les plurinationales. Le terrain ne changent pas grand chose, ce sont les capitaux qui déterminent l'appartenance. Les plurinationales dispersées en Europe ne renforcent pas beaucoup notre économie, au contraire ils dispersent nos effectifs et nos capitaux, et déstabilisent la marge de profit, car souvent c'est un seul des pays qui absorbe la majorité des profits au détriment des autres : des pays ont alors gaspillés la main d'oeuvre investie, toujours pour le bonheur du plus puissant. Je ne vois nullement de nouveaux emplois en France de par ces méthodes, plus l'on renforcerait notre supranationalité et plus le capitalisme est renforcé, mais les emplois tardent toujours à venir.
Pour la plurinationalité, j'encourage mon homologue Galfety à laisser les choses évoluer comme elles sont de ce côté, et se préoccuper davantage des partages, plutôt que de vendre une partie de nos entreprises à l'étranger et de compliquer notre stabilité !

Pour l'enrichissement des entreprises françaises, je vois les résultats dans tant de statistique que comme la plupart des keynésiens, j'ai perdu foie depuis longtemps en cette méthode. Je vous encouragerais seulement, car mon temps st prit, à vérifier les résultats du paquet fiscal de Sarkozy, des boucliers fiscaux français et allemands, et des mesures de cadeaux fiscaux au patrons sous notre défunt Hollande, financées par l'augmentation de la TVA. Les richesses se dilapident trop pour un résultat trop petit, je vous encourage plutôt à renforcer la protection des travailleurs individuels et de libérer des nouvelles places dans les entreprises qui en ont déjà les moyens.

Si vous tenez compte des modifications que je vous suggère, monsieur Galfety, au deuxième tour je vous choisirais. Je pense d'ailleurs que vous entendez mieux raison que vos concurrents, qui ont oublié que l'âme de l'humanité est dans la réalité de ses habitants défavorisés et souffrants, qui montent vers des sommets en cette époque. Madame Michalak est en cela une candidate bien distante et peu engagée. Mas vous, ne commettez pas l'erreur des prédécesseurs, je vous en adjure, cette erreur qui a été de garder un positionnement infiniment prudent, à l'heure où les problèmes demandent des explosifs.

Cordialement

_________________
----

*-En Libéralisme, notre notion induit la liberté de s'enrichir et d'entreprendre comme fondamentale, mais aussi que toute personne soit responsable de ce qu'elle fait de ses libertés, y comprit le chef d'entreprise ruiné qui n'a pas prêté su pousser l'audace et le chômeur qui n'a pas su donner assez de lui même pour conserver son travail ou en retrouver un autre -*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: [ELECTIONS 2013] Albert DONNATI

Revenir en haut Aller en bas

[ELECTIONS 2013] Albert DONNATI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pourquoi organise-t-on tant d'elections en haiti?
» HAITI : Plein Feu sur les Elections 2010 ! Leçons Des Autres!
» Prejections des resultats des Elections US08. Obama 272/McCain266?
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe
» HAITI ELECTIONS 2011: Michel Martelly, de la Chanson à l’Election

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Europe :: France-