Partagez|

A Chimera to Vietnam (Cedric Law)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 6 Avr - 14:56



Quelque-part au large du Vietnam

Le Chimera était un navire luxueux et très utile à son propriétaire. Il avait coûté un bras à son propriétaire mais quelle était la vraie valeur de l'argent de nos jours ? Raoul Silva buvait un whisky douze ans d'âge sur la terrasse du voilier à moteurs. Il devait aller à la rencontre d'un membre influent d'une organisation qui pourrait peut-être lui fournir des hommes.
Il avait évité de laisser Séverine seule sur l'île. Elle se trouvait donc aussi à bord du navire mais il ne savait pas encore s'il allait la mêler à ça ou pas. Ce serait sous le coup de l'improvisation.

Il se leva quand il commença à voir les paysages urbains au large. Il était presque 17 heures. La nuit allait tomber très bientôt. Le Chimera avançait doucement mais fièrement vers son objectif : Hô Chi Minh Ville.



Le bateau accosta dans le port et Silva descendit du navire pour demander un renseignement au premier passant qu'il vit sur le quai.

- Bonjour, je recherche celui que l'on appelle Silver King. Pouvez-vous me renseigner ?

Le vietnamien jeta des regards furtifs avant de répondre d'une voix rapide et pas rassurée.

- ...si vous cherchez le croque-mort fou, c'est facile, c'est le seul qui se balade la nuit avec une faux faite d'ossements humains à la main. Maintenant, par pitié, laissez-moi tranquille avec cette histoire, ce type me fait peur; on entend son rire lugubre avant de mourir!

Silva se dit finalement qu'il n'allait sûrement pas être difficile de trouver un tel personnage. La nuit allait bientôt tomber et il n'aurait donc pas de mal à trouver un croque-mort fou en cherchant des pompes funèbres.
Silva se mit en marche en disant à un des gardes du corps que Séverine était libre de sortir et de se balader dans la ville mais les gardes du corps devraient continuer à la suivre. Il se mit en marche dans la ville qui tombait dans l'obscurité.
Il interrogea quelques passants pour savoir où trouver des pompes funèbres. Il marchait dans les rues en espérant trouver l'homme qu'il cherchait. Il portait son habituelle veste beige ce qui ne le rendait pas très discret. C'était voulu si jamais Silver King le voyait. il passa par une ruelle étroite.
La nuit ne faisait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 6 Avr - 16:14

La nuit était maintenant tombée sur la capitale économique du Vietnam, cette ville à 7 millions d'habitants et 4 millions de motocyclettes, cette métropole aussi bruyante d'Hanoi, dénaturée par les hauts bâtiments, gratte-ciels qui viennent boucher la vue; qu'elle était belle Hô Chi Minh Ville lorsque les édifices si grands n'existaient pas, qu'elle était fascinante pour les voyageurs au temps des colonies quand elle s'appelait Saigon; "Saigon d'exil et de langueur" comme avait dit Pierre Loti.
Mais cela ne valait que pour les envahisseurs.
C'est ce qu'avait lu Seikyo avant de venir s'installer ici...

Nous sommes actuellement en 2013, le mois d'Avril. C'était la nuit et l'astre lunaire brillait de tout son éclat; la lune était pleine et éclairait inutilement une ville en pleine effervescence, qui l'était de jour comme de nuit.
Situons nous un peu plus en cette métropole et allons dans les quartiers mal famés; toujours là où vont les mauvaises personnes. Plus discret. La police s'y risquant moins.

Une boutique était toujours ouverte, tous les jours et à toute heure du jour comme de la nuit. Les employés s'y relayaient.
Une boutique qu'on évitait toujours soigneusement, même les criminels endurcis du pays et de la ville.
Jamais ô grand jamais, aucun ne voulait se risque de le croiser.
Entrer chez lui voulait dire que l'on était prêt à y sacrifier sa vie voire son âme. On le considérait comme dangereux, comme si c'était un démon insatiable.
Ses employés étaient tous aussi originaux que lui.
Le pire, c'était qu'il était Japonais. Autant dire qu'il n'était pas apprécié en plus d'être craint.
Foutaises! pouvait dire les plus incrédules. Quelles preuves avons-nous de sa présence?
Eh bien! L'on voyait déjà ceux qui ne l'avaient vus et qui disaient cela.
Les preuves de sa présence? Sa présence elle-même tout simplement!

La nuit tombée, déambulant dans les rues sordides, chantant allégrement sa chanson ou jouant de sa flûte traversière une mélodie macabre ou sifflotant un air inquiétant, riant sinistrement et tenant une longue faux faite d'ossements humains à la main, à la faveur de la lune pleine, sous un ciel constellé de diamants qu'étaient les étoiles, ses longs cheveux gris flottant dans un vent parfois inexistant, cheveux masquant ses yeux couleur émeraude que rares étaient les vivants et les survivants à les avoir vus.

Comme ce soir.

Il s'appelait Seikyo Akumu, alias le Roi d'Argent ou Silver King.


"Binkusu no sake wo..."

Sa voix inquiétante s'éleva dans l'air de la nuit, disparaissant au son de la ville, audible que pour ceux qui étaient tout près.
Les gens le regardaient passer, anxieux, soulagés quand il n'était plus dans les parages, ils s'écartaient de son chemin en trombe; il avait l'habitude de faucher ceux qui lui barraient la route, au sens propre.

Derrière lui, la Dame aux Chrysanthèmes le suivait à une distance respectable.
Elle non plus, on ne l'approchait pas.
Sa chevelure de jais était rattaché en un chignon parfait, et ses yeux avaient la couleur du bois mort. Son teint était pâle, presque cadavérique.
Elle avait quelque chose en elle qui la rendait belle, mais une beauté étrange. Froide. Morte. Comme si elle n'avait pas d'âme. Elle était insondable. On ne pouvait lire en elle, ni sentiments ni rien.
Sa longue robe noire lui arrivait aux chevilles, et dessus étaient brodés des chrysanthèmes blancs. Ses talons résonnaient sur son chemin.
Dans sa main gauche elle tenait toujours une chrysanthème.
Toujours elle regardait devant elle, ne quittant pas le Roi d'Argent des yeux.
Elle était son ombre, sa dame. Sa Dame d'Argent.

Et tous deux cheminaient l'un derrière l'autre. L'un chantait et l'autre se taisait. L'un tuait et l'autre défendait. L'un et l'autre se complétaient.
Ils étaient deux.
Le Roi et la Reine d'Argent sur l’Échiquier de la Vie.

Bientôt, le regard du Roi s'arrêta sur quelqu'un qu'il n'avait encore jamais vu en ces quartiers, par les nuits où il sortait.
Et il s'arrêta.
Elle aussi. Elle fixa son Roi.
Il fixait l'homme à la veste beige.
Il était intrigué.


-Ceci n'est qu'une intuition, dit-il en anglais de son accent japonais, mais vous paraissez me chercher, me tromperai-je?

Et alors la Dame aux Chrysanthèmes regarda l'homme à la veste beige de son regard éteint d'émotions.
Et les passants regardèrent eux aussi celui qui avait eu la folie de vouloir rencontrer le croque-mort fou et sa Dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 7 Avr - 6:51

Silva avait exploré les ruelles de cette ville sans rien trouver au début. Il avait pris le temps de demander son chemin à plusieurs reprises pour mieux exercer sa connaissance de la langue vietnamienne. Il avait eu droit à bien des regards étonnés voire même apeurés quand il évoqua le croque-mort. Certains ne voulaient même pas en entendre parler comme s'ils voulaient conserver une certaine innocence, ils préféraient ne rien voir. Qui se vanterait de connaître les activités du Silver King ?

Pendant qu'il marchait dans les rues de l'ancienne Saigon, un couple bien étrange attira son attention. La réciproque ne se fit pas attendre car l'homme aux long cheveux gris semblait aussi avoir remarqué l'occidental. Il se mit à parler en anglais à l'adresse de Silva.

-Ceci n'est qu'une intuition mais vous paraissez me chercher, me tromperai-je?

Silva resta de marbre avant de préparer sa réponse. Il remarqua que certains passants les observaient prenant sûrement l'homme pour un cinglé, ce qui n'était pas totalement faux en soi. Silva réfléchit à tout ce qu'on lui avait dit au sujet de Silver King.

- Vous ne vous trompez pas. Je vous recherche, en effet, car un de mes amis travaillaient avant pour vous avant que je ne l'engage. Il m'a conseillé de parler avec vous si jamais je recherchais des hommes. Vous souvenez-vous d'un certain Patrice ?

Silva avait sorti une photo de sa poche comme pour aider la mémoire de l'homme en face de lui. Il la tenait tendue devant lui. Patrice ne lui a pas dit s'il avait réellement rencontré Silver King mais qu'il avait effectué un travail pour leur organisation dans cette ville. C'était un pari risqué car le croque-mort pouvait très bien l'avoir oublié.



Silva rangea la photo en attendant de voir ce qu'il allait dire. Son regard se porta sur la dame mystérieuse qui le suivait de près. Elle avait quelque-chose de beau et d'énigmatique mais semblait ne rien exprimer. Son teint était très pâle, elle était soit malade ou agonisante. Silva ne pouvait concevoir qu'elle était morte, ce n'était tout simplement pas possible. Elle semblait l'observer mais il ne pouvait pas dire si c'était un bon où un mauvais présage.

Les passants observaient toujours l'étrange scène en attendant apparemment un rebondissement quelconque. Silva n'aimait pas cette ambiance lourde dans l'air comme s'il était un fou suicidaire qui se donnait en spectacle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 7 Avr - 11:59

- Vous ne vous trompez pas. Je vous recherche, en effet, car un de mes amis travaillaient avant pour vous avant que je ne l'engage. Il m'a conseillé de parler avec vous si jamais je recherchais des hommes. Vous souvenez-vous d'un certain Patrice ?

Seikyo regarda la photo. Le visage ne lui disait rien. Mais alors, rien du tout.
Déjà, avec une certaine pénombre, il voyait pas grand chose dans les détails, mais alors sans ses lunettes...
Ah oui! Alors, autant vous prévenir qu'avec le croque-mort fou, comme son nom l'indique, il est totalement fou. Fou à lier. Il est d'une certaine logique non compréhensible parfois. Et il n'est pas qu'un simple méchant tordu. Oh non! Il a une logique qui échappe à toute logique, une personnalité complexe et une foi extrême en ses convictions qui ne paraissent jamais logique pour n'importe quel méchant que l'on pourrait connaître.
Enfin qu'importe pour le moment.

Il observa les détails du visage. Il n'y voyait vraiment pas mais sembla deviner les traits.
Et il se mit à rire.
Son rire très lugubre qui firent frémirent les gens les observant. Les plus couards se cachèrent.
Bon, en même temps, trouvez-moi quelqu'un qui ne trouverait pas CE rire bizarre et quelque peu...euh...pas normal du tout: https://www.youtube.com/watch?v=E4HGL6YJMmU


-Allez, venez, suivez-moi san. Oh! Et puisque vous connaissez mon nom, qui êtes vous, vous?! Hi hi hi hi!

Il fit signe à l'homme de le suivre, côte à côte.
La Dame aux Chrysanthèmes reprit sa route avec eux, les suivant toujours à distance respectable.
La rumeur courait que la Dame d'Argent était une morte ramenée à la vie, que c'était le Roi d'Argent qui l'avait tué. Sauvagement assassinée puis ranimée par on ne sait quel procédé. Les plus crédules disaient qu'il était un démon aux pouvoirs mystiques et qu'il pouvait ramener les gens tués à la vie. Aussi était-il dangereux de le contrarier, ce fou démoniaque ou ce démon fou qui tuait quiconque lui barrait la route, au sens propre comme au figuré.
Bien sûr, ce n'était pas vrai. Il n'était pas un démon. Il n'avait aucun pouvoir magique.
Il n'était rien d'autre qu'un humain. Mais un homme effrayant, entouré de mystères, d'énigmes morbides. Tout en lui était morbide.
Et personne ne voulait lui poser la question, s'il était véritablement ce que l'on prétendait.
Même les flics ne l'approchaient pas, même eux que la population craignait aussi, n'osaient pas contrarier le Faucheur Gris.
S'il était craint, il ne l'était en réalité que des hypocrites, des pourris, des puissants, des corrompus.
En vrai, certains l'adoraient, mais se gardaient de le dire.

Le chemin du retour vers les pompes funèbres se fit dans le silence le plus total.
Seuls bruits de fond, les sons incessants de l'activité de la ville; klaxons, vendeurs dans les rues, ambulances, motocyclettes.
Une ville qui ne dort jamais.
Un silence pesant régnait tout le long du chemin, mais l'ambiance n'était pas glacée. Elle ne l'était qu'autour de la Dame froide d'Argent. Son regard fin souligné par du crayon noir, regardait fixement Silva. N'importe qui, fixé ainsi, se sentait habituellement mal à l'aise. Elle était comme l'Ange fixant sa victime inattentive, prête à frapper dans le dos.
Le Faucheur fredonnait son air habituel.
Dans les rues, les gens les regardaient et d'autres murmuraient.


-Qui est cet homme qui les accompagne? murmurait-on. Il va peut-être se faire tuer! Paix à son âme, le pauvre!

On regardait avec plus de crainte la jeune femme, droite et sombre qui les suivait toujours.

La boutique se trouvait au milieu d'autres. C'était une petite échoppe qui passait pas du tout inaperçue. Il n'y avait rien d'écrit pour indiquer l'activité de la boutique, juste des cercueils et des corps dedans - mais pas décomposés - et des crânes sur trois piquets, empilés, devant.
On évitait soigneusement cet endroit.
Un homme relativement âgé, aux cheveux déjà blancs tenait la boutique cette nuit. Il était aussi en train de nettoyer une arme à feu.
Minh Ngô. La Première Tour d'Argent.
Un homme sur qui l'on pouvait compter.
Il était très taciturne. D'ordinaire, personne ne l'entendait parler. Personne. Pas même Seikyo.
L'intérieur de la boutique était entièrement propre. Pas un grain de poussière.
Minh Ngô salua le trio avant de retourner astiquer son arme.

Seikyo désigna l'arrière-boutique à l'homme à la veste beige.
Il y avait des caisses et des cercueils partout.
Le Faucheur déposa sa faux contre un mur et retira son manteau noir qu'il rangea dans une armoire assez petite. Il désigna un cercueil en guise de chaise à l'homme avant de lui-même, se laisser choir sur un cercueil.
La Dame aux Chrysanthèmes, quant à elle, ouvrit un cercueil en bois d'ébène et se coucha dedans. Le Roi d'Argent claqua des doigts et un homme vêtu en majordome vint. Il referma sur la jeune femme le couvercle du cercueil, s'inclina devant les deux hommes puis alla chercher du thé glacé.


-Hi hi hi hi! Soyez le bienvenu dans l'envers du décor! Hi hi hi hi! Bienvenu en mon humble et étroite demeure! Hi hi hi hi! Je vous écoute, que voulez-vous exactement?! Et qui est ce...Patrice? Hi hi hi hi!


Il dégagea ses mèches de cheveux pour mieux voir son interlocuteur.
Ses yeux couleur émeraude brillait d'un éclat de curiosité mais une menace luisait dans ses yeux, pour rappeler à l'homme que le Faucheur pouvait être dangereux si on lui faisait perdre son temps.
Son sourire était tout aussi inquiétant.
D'ailleurs, pour rappeler à l'homme que le temps était précieux et compté ici, dans la boutique, il sortit un sablier qu'il posa sur la caisse qui les séparait et le retourna.
Un petit sablier de quelques minutes à peine.
Le regard du croque-mort fou était fixé vers l'homme, il ne cillait pas.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 7 Avr - 16:20

L'homme mystérieux avait observé la photo mais le visage ne semblait pas lui dire grand-chose, ce qui était déjà un mauvais point pour Silva. Il se mit à rire mais d'un rire étrange et vraiment pas très rassurant. L'homme semblait vraiment fou, il était au moins à la hauteur de sa réputation sur ce point.

-Allez, venez, suivez-moi san. Oh! Et puisque vous connaissez mon nom, qui êtes vous, vous?! Hi hi hi hi!

L'homme aux cheveux gris lui fit signe de le suivre. Silva s'avança pour se mettre à côté de Silver King. La mystérieuse dame les suivait pendant qu'ils marchaient.

- On m'appelle Raoul Silva. Je suis quelqu'un de marginal, je n'ai aucun employeur. Je n'ai qu'une motivation dans ma tâche : la vengeance.

Ils marchèrent pendant un moment et le regard méfiant des gens autour n'était pas là pour rassurer l'ancien agent du MI6. Il avait l'impression de passer pour un véritable cinglé en plus de passer pour un étranger. Les blonds n'étaient pas monnaie courante dans le coin.

Ils arrivèrent dans une rue très calme ce qui n'empêchait pas la présence de plusieurs commerces. Silver King fredonnait ce même air mais Silva ne parvint pas à traduire les paroles. Il ne pratiquait que le mandarin et le vietnamien comme langues asiatiques. Il sentait le regard de la mystérieuse femme posé sur lui et ça le gênait. Il aurait été armé, il l'aurait sûrement abattu mais Silva avait dû ruser car porter une arme à feu pour rencontrer un homme comme Silver King aurait été imprudent.

Ils s'arrêtèrent devant ce qui semblait être l'établissement des pompes funèbres. La décoration avait au moins cette qualité de mettre tout de suite dans l'ambiance. L'endroit semblait glauque et d'une froideur terrifiante. Ils entrèrent dans l'échoppe et virent un homme âgé nettoyer une arme à feu dans l'entrée. Le croque-mort désigna l'arrière-boutique à Silva. Silva ne se fit pas prier et suivit ses indications.

Il arriva dans une pièce remplie de cercueils et de caisses. Il s'assit sur un des cercueils comme il lui était indiqué. La mystérieuse femme s'allongea dans un cercueil et il fut surpris de voir qu'un majordome ferma ledit cercueil quelques instants après.

-Hi hi hi hi! Soyez le bienvenu dans l'envers du décor! Hi hi hi hi! Bienvenu en mon humble et étroite demeure! Hi hi hi hi! Je vous écoute, que voulez-vous exactement?! Et qui est ce...Patrice? Hi hi hi hi!

Silva se pencha et plongea son regard dans celui de l'homme mystérieux qui l'observait sans ciller. Le croque-mort avait sorti un sablier qu'il retourna comme pour signifier que son temps était compté.

- Patrice est un assassin professionnel qui travaille pour moi et qui aurait effectué un contrat pour votre organisation. Il m'a laissé croire que le trafic d'êtres humains étaient l'une de vos nombreuses spécialités dans la région. J'ai besoin d'hommes, je serais prêt à mettre l'argent où a vous rendre n'importe quel service.

Il le regarda droit dans les yeux.

- Voler des informations à un service secret ? Bim facile. Détourner un satellite espion ? Exécution. Faire de la manipulation boursière pour toucher le plus d'actions ? Très simple. Tout ça en un petit clic, qu'en dites-vous ?

C'était le moment de vérité. Celui qui allait être déterminant dans ce marché. Silva mettait tout ses espoirs dans ses talents de hacker comme monnaie pour un marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 7 Avr - 21:30

Seikyo écarquilla les yeux et sa mâchoire faillit se décrocher sous le coup de la surprise.
Ahem! Pardon? Ce type pouvait pirater tant de choses, du simple ordinateur au satellite espion?
OMD! - abréviation couramment utilisée par le Roi d'Argent signifiant "Oh My Death!", à traduire par "Oh My God!", ça revient au même.
Bref. OMD. C'est ce que pensa le croque-mort fou.

Il reprit soudainement un visage sérieux, non surpris. Il rangea le petit sablier, puis se mit à réfléchir.


-En effet, cela pourrait être très intéressant. Hum...dites-moi, vous pourriez pirater le MI6 et accéder à certaines informations? Ce n'est pas vraiment pour moi et j'ai honte à faire pareille chose pour autrui, mais si je vais garder ma place et ma paix...Bref...Je voudrais le dossier AVEC TOUTES LES INFORMATIONS d'une dénommée Miss Who. S'il vous plaît, merci. En échange, dites-moi tout sur les hommes que vous voudriez. On a de tout. Absolument tout. Hi hi hi hi!

Il avait insisté sur certains mots, les hurlant presque.
Ce type était fou. Pour de bonnes raisons, mais fou tout de même.
Fou à lier.
Mais il n'était pas le seul.
Les quatre hommes dirigeants de Chesu-ban étaient fous, à leur manière.
Des quatre, Seikyo Akumu était certainement le plus sage et le plus habile pour ce qui était de disparaître mystèrieusement.

Il venait de sortir un petit carnet noir et un stylo pour écrire les demandes de Silva.


-Dites-m'en plus aussi sur votre vengeance. Je pourrais alors, si vous le souhaitez, vous mettre en contact avec la tête pensante numéro 1 de l'organisation. Lui aussi veut se venger, de certaines personnes qu'il considère en partie responsables de son malheur. Il a pour dessein de se venger d'un certain Q en s'attaquant à sa fille. Ils font partis du MI6 je crois bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Mar 9 Avr - 6:51

Silver King avait sûrement eu du mal à dissimuler son étonnement face à l'annonce du hacker de génie qu'était Silva. L'espagnol était satisfait de sa déclaration, ses capacités seraient forcément plus intéressantes que de l'argent.

-En effet, cela pourrait être très intéressant. Hum...dites-moi, vous pourriez pirater le MI6 et accéder à certaines informations? Ce n'est pas vraiment pour moi et j'ai honte à faire pareille chose pour autrui, mais si je vais garder ma place et ma paix...Bref...Je voudrais le dossier AVEC TOUTES LES INFORMATIONS d'une dénommée Miss Who. S'il vous plaît, merci. En échange, dites-moi tout sur les hommes que vous voudriez. On a de tout. Absolument tout. Hi hi hi hi!

Silva trouvait ce hasard amusant. Il revenait d'Angleterre où il avait attaqué le MI6 et leur avait volé bon nombre d'informations en sabotant leurs installations. Le piège avait permis de voler près d'un quart de tous les dossiers classés confidentiels du MI6. Recommencer serait sûrement risqué car M avait dû s'arranger pour installer toutes les mesures contre un acte de cyberterrorisme.

- Le MI6 n'est pas compliqué à infiltrer pour moi car j'ai fait partie du MI6 avant d'être trahi par leur chef M.

Il remarqua que l'homme avait sorti un petit carnet noir et qu'il s'apprêtait à prendre des notes.

-Dites-m'en plus aussi sur votre vengeance. Je pourrais alors, si vous le souhaitez, vous mettre en contact avec la tête pensante numéro 1 de l'organisation. Lui aussi veut se venger, de certaines personnes qu'il considère en partie responsables de son malheur. Il a pour dessein de se venger d'un certain Q en s'attaquant à sa fille. Ils font partis du MI6 je crois bien.

Silva sourit de ce hasard exceptionnel.

- Je compte me venger de M et de son fichu MI6. Pour ce qui est des hommes, je me demande si vous avez des hommes assez forts mais également capables d'obéir à n'importe quel ordre même s'il est absurde. Je recherche des pantins que je pourrais armer contre mes ennemis. Vous avez ça en stock ?

Silva regarda sa montre d'un air distrait. L'affaire était sur le point de se conclure mais il se doutait bien que l'homme en face de lui pouvait douter de ce que pouvait faire l'ancien agent du MI6.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Mar 9 Avr - 17:46

Seikyo nota dans un coin de sa tête, l'information que Silva venait de lui fournir.
Son client faisait jadis parti des services secrets britanniques. C'était TOUT A FAIT intéressant.
L'homme en face de lui, souriait.
Apparemment, le croque-mort fou avait dit quelque chose qui plaisait à ce Silva. Le MI6 certainement.
Après tout, s'il était un de leur ancien agent, il était apte à leur fournir un tas d'informations très intéressantes.
Seikyo en connaissait un qui allait être content. Très content.
Il l'imaginait rire aux éclats en pensant à sa vengeance. Le major allait payer son inefficacité et son manque de perspicacité. Pourtant, il n'en manquait pas, et Cedric était persuadé que le vieux Q avait décidé de ne rien voir. Comme tant d'autres d'ailleurs.


- Je compte me venger de M et de son fichu MI6. Pour ce qui est des hommes, je me demande si vous avez des hommes assez forts mais également capables d'obéir à n'importe quel ordre même s'il est absurde. Je recherche des pantins que je pourrais armer contre mes ennemis. Vous avez ça en stock ?

Il sortit de sa rêverie et nota la demande sur son carnet. En japonais.
Il sembla réfléchir puis siffla.
Un homme arriva, un asiatique, grand et d'apparence peu commode et robuste. Une armoire à glace.


-Fort comme lui? Et capable d'obéir à des ordres absurdes?...hi hi hi hi...toi là, frappe-toi la tête contre le mur.

Aussitôt dit, aussitôt fait.
Seikyo, lui demanda aussitôt de s'arrêter. Inutile d'abîmer la marchandise.
Il se leva, rangeant son carnet dans une poche.
Il se faisait tard mais il faisait très chaud, aussi Kagi dû déboutonner un peu sa chemise noire. Une longue cicatrice sur son cou faisait penser qu'il aurait été décapité puis raccommodé. Il en était de même pour la cicatrice qui barrait son visage et l'obligeait quelque fois à fermer un de ses yeux.

Il ouvrit le cercueil et invita la Dame aux Chrysanthèmes à bien vouloir daigner en sortir. Elle obéit. Aucune émotion. Juste un regard fixe sur Silva.
Elle le regardait comme un loup affamé regarderait un bout de viande. Crue. Vivante.
Avec un peu de mayonnaise ça devrait passer.
Le Faucheur Gris lui caressa tendrement la joue, susurrant de doux mots d'amour à la Dame d'Argent.
Il passa derrière elle, entourant sa taille de ses bras pâles et regarda l'homme.


-Ils m'obéissent tous, mais pourront bientôt vous obéir à vous si vous y mettez le prix. Hi hi hi hi! Voyez comme on peut devenir un Marionnettiste on ne peut plus diabolique! Hi hi hi hi! Qui n'a jamais rêvé d'une armée pareille? Hi hi hi hi! Combien êtes-vous prêt à mettre dans ces charmants jouets tirés de la vie elle-même? Hi hi hi hi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Mer 10 Avr - 12:23

L'homme sortit de sa rêverie et se mit à siffler sûrement en espérant se faire entendre. Il se demandait bien quelle démonstration le croque-mort comptait lui faire. Un homme grand et très costaud, un asiatique, débarqua. N'importe qui réfléchirait à deux fois avant d'essayer de se battre avec un malabar comme lui.

-Fort comme lui? Et capable d'obéir à des ordres absurdes?...hi hi hi hi...toi là, frappe-toi la tête contre le mur.

Silva ne put dissimuler sa surprise en voyant le type se cogner le crâne contre le mur et il ne modérait pas sa force. Silver King ordonna au type de s'arrêter avant qu'il ne se fracasse véritablement le crâne contre le mur.

- Ce type d'homme de main m'irait parfaitement pour ce que j'envisage de faire.

Le croque-mort s'était levé et avait légèrement déboutonné sa chemise noire en raison de la chaleur humide qui régnait en cette saison. De plus, le noir dont était vêtu cet homme devait attirer la chaleur et ça devait être étouffant pour un homme normalement constitué. Silva observait ce visage et deux cicatrices étranges retenaient son attention. Une pouvait laisser penser qu'il avait été décapité mais ce n'était pas possible, ce n'était pas envisageable pour un esprit rationnel.

Le croque-mort avait ouvert le cercueil où se trouvait la mystérieuse Dame aux Chrisanthèmes. Il l'invita à sortir du cercueil, son regard n'exprimait rien mais il était posé sur Silva qui avait toutes les raisons de s'inquiéter. Ce regard était inexpressif mais semblait exprimer de la faim purement anthropophage et voir ce regard répugnait Silva. Le croque-mort arriva derrière elle, l'entourant de ses bras et regardant l'occidental.

-Ils m'obéissent tous, mais pourront bientôt vous obéir à vous si vous y mettez le prix. Hi hi hi hi! Voyez comme on peut devenir un Marionnettiste on ne peut plus diabolique! Hi hi hi hi! Qui n'a jamais rêvé d'une armée pareille? Hi hi hi hi! Combien êtes-vous prêt à mettre dans ces charmants jouets tirés de la vie elle-même? Hi hi hi hi!

Silva réfléchit, cet homme avait le choix entre un service digne d'un hacker de génie où juste de l'argent. L'argent n'était pas un problème quand on était capable de hacker un compte en banque.

- Votre prix sera le mien. Je peux vous offrir mes facultés en vous procurant des renseignements où en hackant le système de votre choix. Si vous préférez l'argent, je vous laisse fixer le prix à l'unité du pantin. Il m'en faudra entre dix et vingt pour avoir un petit groupe à mon service. Je vous laisse fixer les conditions du marché, entendu ?

Une telle proposition ne pouvait être qu'alléchante mais il n'était pas certain que Silver King était un capitaliste pur et dur. L'argent n'avait qu'une valeur symbolique au final. Silva bougea légèrement car rester assis sur un cercueil n'était pas la position la plus confortable qui soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 13 Avr - 10:16

- Votre prix sera le mien. Je peux vous offrir mes facultés en vous procurant des renseignements où en hackant le système de votre choix. Si vous préférez l'argent, je vous laisse fixer le prix à l'unité du pantin. Il m'en faudra entre dix et vingt pour avoir un petit groupe à mon service. Je vous laisse fixer les conditions du marché, entendu ?

Seikyo rit. Un rire sombre qui se voulait être celui d'un psychopathe dans un film d'horreur.
D'une certaine manière on était déjà dans un film d'horreur, mais surtout d'épouvante, voire les deux, et le croque-mort fou était bien un psychopathe.
C'était macabre à souhait.
Et la Dame d'Argent qui regardait Silva, le fixant toujours comme s'il était un bout de viande.

Le Roi d'Argent retourna s'asseoir en face de l'Occidental.


-Vous avez des capacités et des facilités que nous n'avons pas. L'argent nous n'en avons que faire ici, ce que nous voulons, c'est le dossier d'un certain major dont le nom m'échappe, connu sous le nom de Q, le dossier de sa fille elle aussi et d'un autre Q, plus jeune quant à lui. Et si vous pouvez avoir celui de l'agente 008, je vous donnerai d'autres contacts dans l'organisation qui devraient vous intéresser. Et toujours je tiens mes promesses. Qu'en pensez-vous Silva san?

Souriant d'un sourire qui se voulait rassurant - qui ne l'était pas au demeurant - le Roi d'Argent attendait.
Sa Dame aussi d'ailleurs.


-Oh! Et ne vous inquiétez pas de ma Dame bien-aimée. Elle a tendance à regarder les gens comme de la viande crue depuis que je l'ai sauvagement assassinée, et soigneusement et tendrement réparée. C'est comme si je ne l'avais jamais coupée en morceaux...Hi hi hi hi!

Il déclarait toujours cette chose avec un calme absolu avant de rire. Mais son regard était toujours aussi étrange à ce moment-là.
On ne savait si ce qu'il disait était vrai ou non.
Il avait l'air à la fois si sérieux dans ses paroles qui n'avaient aucun sens, et paraissait être si loufoque et hors normes que l'on ne pouvait le croire. Mais sait-on jamais avec ce fou qu'il était.
Rien ne lui paraissait impossible.
Il était fou à lier. Fou à abattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 13 Avr - 12:06

Le croque-mort s'était mis à rire. Silva ne se concentrait plus sur la femme qui l'observait, il commençait à calculer les prochaines dispositions qu'il allait devoir prendre. Il allait devoir ramener le Chimera sur son île. Il ferait dès qu'il en aurait fini avec le marché en cours.

-Vous avez des capacités et des facilités que nous n'avons pas. L'argent nous n'en avons que faire ici, ce que nous voulons, c'est le dossier d'un certain major dont le nom m'échappe, connu sous le nom de Q, le dossier de sa fille elle aussi et d'un autre Q, plus jeune quant à lui. Et si vous pouvez avoir celui de l'agente 008, je vous donnerai d'autres contacts dans l'organisation qui devraient vous intéresser. Et toujours je tiens mes promesses. Qu'en pensez-vous Silva san?

L'homme blond resta silencieux. Il avait pris des notes dans un carnet qu'il avait dans sa poche. Il regarda le croque-mort d'un air sérieux.

- Vous avez une adresse mail sécurisée où une boîte postale à laquelle je pourrais envoyer ce que j'ai dès que j'aurais accès à un ordinateur. Je vous rends ce service le plus tôt possible et vous me laisserez embarquer les hommes à bord de mon navire qui mouille actuellement au port. C'est le Chimera. Ce genre d'arrangement peut-il vous arranger ?

L'interlocuteur de Silva avait un de ces sourires de dément. Il avait vraiment l'air cinglé et ce n'était pas franchement ce qui pouvait aider dans les affaires. Il devrait pourtant pouvoir faire avec. Cet homme restait un des leaders d'une organisation puissante en Asie et l'occidental n'était peut-être pas tant que ça à l'abri sur son île en Mer de Chine.

-Oh! Et ne vous inquiétez pas de ma Dame bien-aimée. Elle a tendance à regarder les gens comme de la viande crue depuis que je l'ai sauvagement assassinée, et soigneusement et tendrement réparée. C'est comme si je ne l'avais jamais coupée en morceaux...Hi hi hi hi!

Le cyberterroriste s'efforça de ne pas paraître surpris. Ce n'était pas possible, ce n'était que des mensonges où une illusion bien construite. Ce genre de phénomène était juste inimaginable. Il allait éviter quand même de mettre sa parole en doute à ce stade des négociations. Silva regarda une des manches salies de sa veste et se mit à parler d'une voix évasive.

- Que pensez-vous des rats Silver King ?

L'esprit de Silva était revenue à son enfance, à sa grand-mère qui possédait une île. Rien de bien grand bien sûr mais à son âge, c'était déjà le paradis. Seulement c'était infesté de rats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 13 Avr - 16:16

- Vous avez une adresse mail sécurisée où une boîte postale à laquelle je pourrais envoyer ce que j'ai dès que j'aurais accès à un ordinateur. Je vous rends ce service le plus tôt possible et vous me laisserez embarquer les hommes à bord de mon navire qui mouille actuellement au port. C'est le Chimera. Ce genre d'arrangement peut-il vous arranger ?

Le Roi d'Argent acquiesça.
Il tendit un bout de papier à Silva, sorti d'une poche de sa chemise. Dessus était écrit en code l'adresse mail sécurisée.


-Hai, c'est en code. Mais un as comme vous parviendra bien à en découvrir la clé. Il est très simple.

- Que pensez-vous des rats Silver King ?

Cette question intrigua le cinglé qui parut intéressé, soudainement.
Mais il avait toujours ce même sourire.

-Je ne sais pas quoi penser, mais vous allez certainement éclairer mon peg de lanterne n'est-ce pas? Hi hi hi hi! Ne prenez pas l'expression au sens propre cela pourrait vous écourter votre vie! Hi hi hi hi!

Il redevint soudainement sérieux, cessant de sourire, et dit annonça d'un air presque paniqué.

-J'en ai un dans mon jardin. Un peg de lanterne. J'arrive pas à le faire partir.


Et il se remit à rire.
Impossible de savoir s'il disait vrai ou faux.
Mais il désigna l'extérieur, d'un air encore plus paniqué lorsqu'il s'arrêta de rire.


-J'espère qu'il ne m'a pas entendu...

Puis il revint à Silva, tout souriant.

-Alors, c'est quoi cette histoire de rats?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 14 Avr - 7:05

Son interlocuteur souriait toujours mais il sentait bien que son attention avait été captée par ses propos sibyllins. Il savait que cette question allait en amener une autre du croque-mort et Silva allait pouvoir lui expliquer le fond de sa pensée.

-Je ne sais pas quoi penser, mais vous allez certainement éclairer mon peg de lanterne n'est-ce pas? Hi hi hi hi! Ne prenez pas l'expression au sens propre cela pourrait vous écourter votre vie! Hi hi hi hi!

Son regard était devenu instantanément des plus sérieux et il s'était mis à parler d'une voix semblant un peu paniquée.

-J'en ai un dans mon jardin. Un peg de lanterne. J'arrive pas à le faire partir.

Il éclata de rire mais redevint soudainement sérieux en désignant l'extérieur. Sa voix était encore plus inquiétante que tout à l'heure.

-J'espère qu'il ne m'a pas entendu...

Il s'était finalement retourné vers lui tout souriant. Un être aussi lunatique était surprenant à voir, il imaginait que cet homme était capable de changer de sentiments en un clin d'oeil. Certains psychiatres ont déjà vu des cas de gens qui passaient du rire aux larmes en très peu de temps mais Silver King semblait battre des records dans le domaine.

-Alors, c'est quoi cette histoire de rats?

Silva repensa à la petite île de sa grand-mère et du jour où il avait compris comment fonctionnait l'humain.

- Les rats et les hommes se ressemblent énormément malgré ce que l'on peut penser. Ils se ruent sur tout ce qu'ils peuvent exploiter mais deviennent impitoyables quand il n'y a plus rien. Ma grand-mère possédait une île, rien de bien impressionnant, on en faisait le tour en une heure. C'était un vrai coin de paradis mais l'endroit était infesté de rats. La question est comment on chasse les rats de l'île ?

Silva s'était arrêté dans son discours comme pour signaler un temps de réponse mais la question était purement rhétorique.

- L'île était pleine de noix de coco dont les rats se nourrissaient. On prends donc un baril de pétrole et on dispose du lait de coco a l'entrée du baril de manière à former un piège. Au bout d'une semaine, tous les rats tombent dans les piège. Que fait-on du baril maintenant ? On le brûle ? On le jette à la mer ? Non on laisse le temps passer et les rats vont littéralement s'entre-dévorer. On les laisse se manger entre eux jusqu'à ce qu'il ne reste que deux rescapés qu'on va relâcher dans la nature. Ils ne toucheront plus aux noix de coco car ce qu'ils veulent maintenant, c'est du rat. On a modifié une espèce. Nous sommes pareils. Soit on se bouffe soit on dévore tous les autres.

Silva souriait d'un air malsain. Il devait revoir celui qui avait fait de lui un monstre. Il mit la main à sa bouche en sentant que dans un mouvement de tête brutal, il avait défait sa prothèse dentaire. Son interlocuteur avait dû voir une joue retomber suite aux ravages du cyanure d'hydrogène. Silva mit la main dans sa bouche et remit en place sa prothèse.

- Désolé pour ce spectacle mais vous n'imaginez tout ce qui a été détruit en moi par ce fichu cyanure d'hydrogène.

Silva se remit à sourire franchement. Le code donné par le croque-mort serait pas trop compliqué à déchiffrer. Voila une affaire rondement menée. C'était tout ce qu'il fallait à l'occidental.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 14 Avr - 13:42

Seikyo écouta attentivement le petit apologue de Silva avec intérêt pour oublier son problème de peg de lanterne.
Soudainement, la joue de son interlocuteur tomba à cause de...euh...une prothèse dentaire, c'est ça?!...


- Désolé pour ce spectacle mais vous n'imaginez tout ce qui a été détruit en moi par ce fichu cyanure d'hydrogène.

Le croque-mort fou n'en parut pas surpris. Il se contentait de sourire et de regarder.
En fait, il voyait pas grand chose sans ses lunettes. Myope.
Et il avait pas mis ses lunettes.

Pour toute réponse à l'occidental, il se mit à rire avant de faire paraître un visage sombrement sérieux. Autant écouter ce qu'il avait à dire, car lorsqu'il se faisait cette tronche, c'était vraiment à prendre au sérieux.
Il défit tous les boutons de sa chemise et l'enleva, révélant des cicatrices un peu partout sur ses bras, un étrange tatouage en kanji au niveau du coeur et peu en-dessous de cet emplacement une cicatrice.
Toutes les cicatrices laisseraient penser à un crédule qu'il avait été découpé en morceaux avant d'être reconstitué telle la créature du docteur Frankenstein, quant à son coeur qu'il aurait éventuellement pu être arraché. De cette plaie qui paraissait fraîche, du sang commençait à s'écouler.


-Nan, vous non plus vous n'imaginez pas tout ce qui a été détruit chez moi!

Une sorte de râle sortit des lèvres de la Dame d'Argent.
Aussitôt le Faucheur Gris baissa les yeux vers sa plaie au coeur qui commençait à saigner. Il paniqua.


-Merdeuh! ça se rouvre!

Il se leva précipitamment, voulant sortir en courant de la pièce.
Normalement c'était ça. Se lever, sortir en courant.
A la place, il se leva, mais comme il n'y voyait rien, au lieu de passer comme prévu par la porte, il se mangea le mur dans la tronche. Violemment.
Le coup l'assomma sur place.
En partie seulement.

La Dame d'Argent se dirigea presque mécaniquement vers lui, l'aidant à se relever.
Le majordome arriva lui aussi, prit son patron comme un sac à patates et le transporta plus loin.

Et la Dame aux Chrysanthèmes resta seule avec Silva dans la pièce. Elle fixait cet homme blond devant elle. Toujours comme s'il était un bout de viande.
Elle s'assit devant lui, sur le cercueil, à la place où se trouvait Seikyo auparavant, fixant toujours l'homme occidental.
Un silence pesant régnait dans l'arrière-boutique.
Puis elle finit - probablement enfin - par cligner des yeux et parler.


-Voulez-vous être en contact avec la tête pensante numéro 1 de l'organisation? Est-ce que cela intéresserait vos affaires? Vous voulez vous venger du MI6, le chef de notre organisation veut se venger de quelques membres. Vous pourriez vous entraider. Et non, je ne suis pas cannibale, seulement à demi-vivante.

Elle avait la voix d'une agonisante sur son lit de mort. Dans sa voix, la mort était présente, toute vie y était absente.
Une jeune femme entra. De longs cheveux noirs de jais rattachés en queue-de-cheval, taille svelte et d'une allure sûre d'elle. Ce qu'elle portait ne laissait place qu'à très peu d'imagination; soit une mini-jupe bleue électrique et un long décolleté très profond dans lequel se perdait facilement les regards. Dans ses mains elle avait un éventail dont le manche était un couteau.

-Bonsoir...monsieur...?

Elle se tourna vers Cùc.

-Je viens de me lever, tu viens jouer à éventrer des gens avec moi? demanda t-elle très calmement, comme si tout était normal.

Seikyo revint à ce moment-ci, comme si rien ne s'était passé.

-Bonsoir Thi Ngoc Hâ!...désolé pour tout à l'heure Silva san! Cùc ne vous a pas transformé en nems à ce que je vois, c'est déjà ça...

Il jeta un bref coup d'oeil au peg de lanterne à l'extérieur et se mit à paniquer en parlant très vite, sans reprendre son souffle.

-Aaah! Peg de lanterne! Peg de lanterne! Il est toujours là, à nous regarder de ses yeux éteints, il attend de savoir qui va l'allumer pour nous dévorer de son feu ardent, ce fourbe qui veut notre mort, il va tous nous tuer, faut s'en débarrasser mais comment faire, nous sommes si impuissants face à ce démon et...

BIM!

Minh Ngô, l'homme de la boutique de tout à l'heure venait d'apparaître, une casserole en main.
Seikyo gisait lamentablement sur le sol, assommé. Encore.

-Voilà, il devrait se calmer facilement maintenant. Faudrait qu'il arrête la drogue.

L'homme repartit.
Et un silence pesant régnait encore dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Mer 17 Avr - 12:21

Le croque-mort ne sembla pas vraiment choqué par Silva, c'était bien la première personne qui ne prenait pas un air dégoûté en le voyant ainsi.
Il s'était mis à rire avant de prendre un regard très sérieux, le genre de regard qu'on ne pouvait se permettre de prendre à la légère. Quoiqu'il dirait, quoiqu'il ferait, il devait être pris au sérieux et pas comme un petit plaisantin.
Il défit, un à un, les boutons de sa chemise et s'en débarrassa dévoilant ainsi un corps recouvert de cicatrices. Silva eut du mal à dissimuler sa surprise, on pouvait penser que cet homme avait été découpé en morceaux et recollé ensuite vu le nombre impressionnant de cicatrices qui parcouraient son corps. Au niveau du coeur, du sang semblait s'écouler d'une plaie qui était apparemment encore fraîche.

-Nan, vous non plus vous n'imaginez pas tout ce qui a été détruit chez moi!

La mystérieuse femme émit un son semblable à un râle. Ce bruit alerta le croque-mort qui baissa les yeux sur la plaie et remarqua le liquide pourpre qui s'écoulait.

-Merdeuh! ça se rouvre!

Il se précipita pour sortir de la pièce. Sa vision ne semblait pas au top et courir ne l'a pas aidé car il se prit le mur plutôt que de passer par la porte. C'était simple, Silver King vs le mur...Vainqueur le mur !
L'homme était à demi-assommé par le choc. La Dame d'Argent s'était déplacé pour l'aider à se relever, le majordome entra et prit le croque-mort pour l'emmener un peu plus loin.
Raoul Silva était maintenant seul avec la mystérieuse et inquiétante femme. Un silence pesant régnait dans la pièce et l'occidental ne savait pas trop que dire dans une telle situation. Le regard de la femme l'avait inquiété mais la présence du croque-mort lui permettait de ne pas trop y penser. Il n'était plus la alors cette femme était maintenant au centre de ses pensées.

-Voulez-vous être en contact avec la tête pensante numéro 1 de l'organisation? Est-ce que cela intéresserait vos affaires? Vous voulez vous venger du MI6, le chef de notre organisation veut se venger de quelques membres. Vous pourriez vous entraider. Et non, je ne suis pas cannibale, seulement à demi-vivante.

La voix semblait agonisante mais elle était déjà un peu plus rassurante que la voix monstrueuse que l'imagination de Silva avait formé dans son esprit. Il n'y avait rien de rassurant dans cette voix mais il estimait que ça aurait pu être bien pire, oh oui, ça aurait pu être bien pire...

- Cela m'intéresserait oui s'il compte se venger des mêmes personnes que moi. L'entraide fait les grandes victoires.

Une jeune femme entra dans la pièce et son allure surprit Silva car elle tranchait avec celle du croque-mort et de sa dame. Elle était assez fine et semblait sûre d'elle même. Ses cheveux noirs étaient rattachés en une queue de cheval. Elle portait une mini-jupe bleue électrique ainsi qu'un décolleté qui devait attirer bien des regards. L'occidental ne s'attarda pas sur le décolleté car il n'était pas temps d'aller vexer quelqu'un surtout que ce quelqu'un avait un poignard-éventail à la main.

-Bonsoir...monsieur...?

Le blond sourit et répondit d'une voix calme.

- Silva.

Encore une fois, il utilisait ce faux nom utilisé quand il était encore agent du MI6. Personne ne connaissait l'existence de Tiago Rodriguez, il n'était plus que Raoul Silva. Son vrai nom n'importait plus maintenant. C'était sa deuxième vie et il allait en faire ce qu'il voulait en vers et contre tous.
La jeune femme s'était tourné vers la Dame d'Argent.

-Je viens de me lever, tu viens jouer à éventrer des gens avec moi?

Silva dissimula sa surprise en entendant ça, ils avaient de drôles de jeux dans le coin mais Silva n'était sûrement pas mieux en jouant au tir sur cibles mouvantes avec ses anciens hommes de mains. Il en a perdu quelques-uns ainsi mais il n'y avait que les mauvais sous-fifres avec lesquels il jouait.
C'est à ce moment que le croque-mort réapparut comme si de rien n'était. Il semblait même un peu plus joyeux qu'avant.

-Bonsoir Thi Ngoc Hâ!...désolé pour tout à l'heure Silva san! Cùc ne vous a pas transformé en nems à ce que je vois, c'est déjà ça...

Silva jeta un bref regard vers la femme qui aurait apparemment pu en faire des nems. L'homme avait jeté un bref regard au peg de lanterne par la fenêtre et s'était mis à parler très vite, prenant à peine le temps de respirer.

-Aaah! Peg de lanterne! Peg de lanterne! Il est toujours là, à nous regarder de ses yeux éteints, il attend de savoir qui va l'allumer pour nous dévorer de son feu ardent, ce fourbe qui veut notre mort, il va tous nous tuer, faut s'en débarrasser mais comment faire, nous sommes si impuissants face à ce démon et...

Un coup sourd se fit entendre. L'homme de l'entrée avait assommé le croque-mort à l'aide d'une casserole dans le but apparent de le calmer.

-Voilà, il devrait se calmer facilement maintenant. Faudrait qu'il arrête la drogue.

L'homme était reparti et un silence pesant régnait une fois de plus dans la pièce. Silva réfléchit un instant, l'accord était conclu. Il allait sûrement bientôt pouvoir partir mais il devrait rester dans le port avec le Chimera pour attendre les hommes et puis il exécuterait sa part du marché sur son bateau où son ordinateur était relié à une connexion internet pirate.

- Je pense que l'affaire est conclue. Je peux faire autre-chose ?

Il ne savait pas si le croque-mort se réveillerait où si quelqu'un d'autre lui répondrait. Cette question était l'invitation aux détails supplémentaires qu'il était intéressant de connaître. Il ne fallait jamais rien laisser au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Jeu 18 Avr - 8:55

- Je pense que l'affaire est conclue. Je peux faire autre-chose ?

La dénommée Thi Ngoc Hâ se dirigea, la mine inquiète vers son patron, tentant de le réveiller avec le plus de douceur possible.
Un coup sur la tête, ça fait jamais du bien.
Le Roi d'Argent ne bougea pas, se contentant de gémir à moitié assommé. Ce qui n'était pas étonnant. Minh Ngô était relativement âgé d'apparence, mais avait une certaine force et une certaine carrure malgré sa taille, qui laissait facilement penser que, s'il avait voulu, il aurait pu presque fracasser le crâne de son patron avec la casserole.
Bien sûr, on ne peut pas vraiment fracasser la tête d'une personne telle que Seikyo avec une vulgaire casserole. Pas lui. Pas comme ça.
Il était fou. Fou à lier et/ou à abattre. Sa tête était bien plus solide qu'on ne le pensait. Physiquement et psychologiquement. D'une certaine manière.
Tout n'était que théâtre, illusions. En partie.
On s'en doutait, mais le comportement de certains laissaient planer le doute.
Les incrédules savaient que tout n'était qu'illusions. Illusions et mensonges.
Les crédules criaient aux démons, esprits et fantômes.
Mais chaque chose avait sa part de fiction et sa part de réalité.
Le tout était de savoir ce qui était vrai et ce qui était faux.
Et cela, personne ne l'avait jamais su.

La Dame aux Chrysanthèmes se leva pour aller réveiller le croque-mort fou. A coups de pied.

-Arrête de faire semblant de dormir.

Mais il ne se réveillait pas.

-Je crains que Minh Ngô n'ait frappé trop fort cette fois, s'inquiéta la jeune vietnamienne au profond décolleté.

Le majordome arriva juste derrière Silva, silencieux.

-Vous pouvez repartir à votre navire quand vous le souhaitez Silva sama, la marchandise est déjà en route et devrait arriver en même temps que vous, normalement, si vous ne vous perdez pas en cours de route. Vous verrez que les marionnettes que nous fabriquons obéissent au doigt et à l'œil de leur propriétaire mais ne peuvent se retourner contre nous; sait-on jamais, il vaut mieux prévenir que guérir.

Il donna un numéro de téléphone à l'occidental.

-Voici le numéro du Roi Sombre. C'est codé, comme toujours. La tête pensante numéro 1 de l'organisation, et il est certainement plus fou encore que notre Roi d'Argent, qui est un être bien plus sage que lui.

Les yeux de thé du majordome parurent luire d'un éclat diabolique avant de disparaître dans les ombres derrière Silva, comme s'il n'avait jamais été là, comme s'il n'avait été qu'un courant d'air, un murmure dans le vent.
C'était sombrement glauque.

Pendant ce temps-là, Seikyo s'était réveillé.
Sa Dame d'Argent avait sorti des biscuits pour chien.
L'odeur l'avait réveillé et il était actuellement assis sur un cercueil en train d'en manger, comme un gosse avec un paquet de bonbons en main. Ce type, c'était en fait un grand gamin, complètement cinglé qui se croyait dans un jeu vidéo ou un manga quelconque, et qu'il était un personnage fou à lier. C'était à peu près comme ça dans sa tête.
Sauf qu'il savait pertinemment qu'il n'en était pas un.
Il le savait.
Et il se contentait de répéter que sa vie, n'était qu'une immense pièce de théâtre, et son que son échiquier était un immense théâtre.
C'était ce qu'il s'était dit, depuis sa mort il y a des années de cela, lorsqu'il a dû quitter son coeur malade.


-Si vous n'y voyez pas d'inconvénients, j'aimerais que Thi Ngoc Hâ vous suive et reste jusqu'à ce que vous ayez effectué la part du marché. Oh! Je sais que je peux certainement vous faire confiance là-dessus, mais ça n'est qu'une formalité. Cela fait des années que l'on fonctionne ainsi.

-Roi d'Agent, permettez en ce cas que j'accompagne la belle demoiselle? Je refuse qu'une jeune fille innocente suive un inconnu et...

Juste avant qu'il n'ait pu finir sa phrase, la jeune fille innocente en question lui colla un coup de pied retourné dans la gorge et l'assomma violemment contre le mur.
Il s'étala lamentablement par terre.

-Il m'énerve celui-là!

Alors, "il", c'est Aleister Blackwood, le Premier Cavalier d'Argent.
De grande et svelte taille, un teint pâle, de longs cheveux blonds vénitiens et de magnifiques yeux bleus ciel, voilà pour le physique de ce galant personnage, au langage souvent châtié. A son côté gauche, toujours une épée, il est un excellent bretteur contrairement à ce que l'on peut penser.
Malheureusement, personne ne sait ce qu'il fiche ici, car sa puissance laisse à désirer. Pourquoi Premier Cavalier d'Argent s'il est aussi ridicule au combat que dans la vraie vie?
A dire vrai, personne ne le sait, à part le croque-mort fou.
Contrairement aux apparences, l'épéiste est un redoutable combattant, au tempérament qui glacerait d'effroi ceux qui le sous-estiment. Et pour cause. S'il paraît aimable et fortement ridicule, tout ceci n'est que théâtre.
Masque.
Comme toute cette section de Chesu-ban.
Le Masque, fait partie intégrante de leur philosophie de vie.

Thi Ngoc Hâ attendait patiemment que Silva sorte pour le suivre.
L'affaire ne serait conclue qu'une fois l'autre partie du marché faite.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 20 Avr - 12:40

La jeune femme s'était penché pour tenter de réveiller le croque-mort fou. Il gémissait à moitié, le choc avait dû être douloureux mais Silva songea au fait que cet homme avait dû s'habituer vu le nombre de chocs auxquels il a assisté depuis son arrivée. La Dame aux Chrisanthèmes s'était levé pour réveiller le croque-mort qui gisait au sol. Sa démarche était déjà un peu moins douce que celle de la jeune femme. Elle tentait de le réveiller à coups de pieds !

-Arrête de faire semblant de dormir.

Il ne faisait pas mine de se réveiller mais il allait sûrement avoir un peu mal au réveil.

-Je crains que Minh Ngô n'ait frappé trop fort cette fois

Silva observait la scène et sursauta quand il entendit la voix du majordome juste derrière lui. Il était arrivé sans faire le moindre bruit.

-Vous pouvez repartir à votre navire quand vous le souhaitez Silva sama, la marchandise est déjà en route et devrait arriver en même temps que vous, normalement, si vous ne vous perdez pas en cours de route. Vous verrez que les marionnettes que nous fabriquons obéissent au doigt et à l'œil de leur propriétaire mais ne peuvent se retourner contre nous; sait-on jamais, il vaut mieux prévenir que guérir.

Le majordome glissa un numéro de téléphone à l'attention de l'occidental.

-Voici le numéro du Roi Sombre. C'est codé, comme toujours. La tête pensante numéro 1 de l'organisation, et il est certainement plus fou encore que notre Roi d'Argent, qui est un être bien plus sage que lui.

Silva se retourna alors que le majordome disparaissait dans l'ombre. Une lueur diabolique semblait émaner de cet homme. Le Roi d'Argent avait finalement été réveillé et il se goinfrait maintenant de biscuits pour chiens. Il s'était mis à parler à l'adresse de Silva.

-Si vous n'y voyez pas d'inconvénients, j'aimerais que Thi Ngoc Hâ vous suive et reste jusqu'à ce que vous ayez effectué la part du marché. Oh! Je sais que je peux certainement vous faire confiance là-dessus, mais ça n'est qu'une formalité. Cela fait des années que l'on fonctionne ainsi.

Silva approuva d'un signe de tête. Cela peut parfaitement se concevoir. Une autre voix se fit entendre.

-Roi d'Agent, permettez en ce cas que j'accompagne la belle demoiselle? Je refuse qu'une jeune fille innocente suive un inconnu et...

Il se prit un violent coup de pied retourné et finit assommé contre le mur. La jeune fille innocente en question n'était peut-être pas totalement innocente au final.

-Il m'énerve celui-là!

La scène était assez amusante. Silva décida finalement de sortir suivie de la jeune vietnamienne. Ils allaient arriver jusqu'au Chimera à pied. Le bateau de Silva demeurait à quai depuis son arrivée, il interrogea un de ses hommes qui lui apprit que Séverine était restée à l'intérieur de ses appartements pendant son absence. Elle avait sûrement voulu éviter d'être suivie par les gardes du corps.
Silva chercha son ordinateur portable et se remplit un verre de mojito pour se déshydrater. Il l'alluma et vérifia que la jeune femme au service du Roi d'Argent était toujours là. Il inséra une clé dans l'ordinateur et se connecta sur le réseau informatique du MI6. Il commença le téléchargement des données que voulaient l'organisation du Roi d'Argent. Cela allait sûrement prendre du temps.
Il aurait sûrement les données au bout de quelques heures. Il s'adressa à la jeune femme finalement.

- J'ai commencé à pirater les données que vous désirez. Cela prendra entre trois et quatre heures. Vous pouvez vous promener sur mon bateau ou vous reposer en attendant. Vous êtes libre de vos mouvements quoiqu'il arrive. N'hésitez pas à vous servir si vous avez faim où soif. Il va falloir patienter maintenant.

Silva s'allongea sur l'un des divans en patientant. Il sirotait de temps à autre le mojito. Il faisait nuit et il allait avoir des résultats très tard où plutôt très tôt le matin. Le Roi d'Argent avait honoré sa part du marché, il ne manquait plus que la partie de Silva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Sam 20 Avr - 14:48

- J'ai commencé à pirater les données que vous désirez. Cela prendra entre trois et quatre heures. Vous pouvez vous promener sur mon bateau ou vous reposer en attendant. Vous êtes libre de vos mouvements quoiqu'il arrive. N'hésitez pas à vous servir si vous avez faim où soif. Il va falloir patienter maintenant.

La tueuse regardait Silva faire.
Bon, au moins il respectait sa part du marché, c'était déjà ça.
Elle sortit un smartphone de son petit sac noir en bandoulière qu'elle avait saisi avant de suivre l'homme.
Elle pianota quelques trucs dessus pour envoyer un message à Seikyo.


"Trois à quatre heures?! Bon bé, t'attends alors."


"Je fais quoi en attendant?"

"Tu attends."


"Merci Captain Obvious!"

"C'est qui lui?"

"...laissez tomber."


Elle rangea son smartphone.


-Trois ou quatre heures...


Elle regarda Silva.

-...ça me laisse de temps d'approfondir un peu plus ce que je veux savoir...

Elle se rapprocha peu à peu de l'occidental.

-...vous regardiez vraiment mon décolleté tout à l'heure?!
demanda t-elle simplement sans aucune émotion dans sa voix.

Pendant ce temps-là, un chinois habillé en tenue traditionnelle, un porte-cigarette dans sa main, fumant, les yeux fermés, avait la tête tournée vers le Chimera.
A ses côtés, et la tenant par sa fine taille, une jeune chinoise au regard de glace.


-Et dans peu de temps, une vingtaine de pantins crées par notre ami le Faucheur Gris viendront prendre place à bord de ce navire pour suivre et survivre sous la coupe de leur nouveau Marionnettiste, annonça t-il en chinois à sa jeune amie, presque de manière solennelle et prophétique. Mais quand s'arrêtera notre folie?

-Jamais, répondit la jeune chinoise de sa voix cristalline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Dim 21 Avr - 18:14

Elle pianota sur son smartphone sûrement pour prévenir son employeur que ça allait mettre un peu de temps. Silva n'y prêta pas vraiment attention, il sirotait le liquide frais et alcoolisé et se sentait déjà un petit peu plus léger. Il était devenu insomniaque et les seuls moments où il se permettait de dormir, c'est quand il se prenait une cuite.
La jeune femme avait rangé son smartphone.

-Trois ou quatre heures...

Silva sentit soudainement le regard de la jeune femme posé sur lui. Il la fixa également du regard comme il se demandait bien ce qu'elle pouvait lui vouloir à l'instant.

-...ça me laisse de temps d'approfondir un peu plus ce que je veux savoir...

Elle s'approchait pas à pas de lui et lui posa une seule question de sa voix sans émotion.

-...vous regardiez vraiment mon décolleté tout à l'heure?!

Silva sourit de manière aimable et se mit à parler d'une voix calme et très détendue.

- Un homme malhonnête vous aurait sûrement répondu qu'il n'a pas regardé votre décolleté si vous lui posez la question mais ce n'est pas mon cas. Vous êtes vraiment charmante et naturelle surtout, les femmes occidentales ne vous valent pas. Trop de maquillage, trop de botox, trop de chirurgie esthétique. Je trouve que vous êtes bien plus belles dans ce pays, tout particulièrement vous. Vous ne croyez pas ?

Silva s'appuya sur la rambarde du navire tout en continuant à observer la jeune femme.

- Vous faites sûrement partie de ce que mes amis appelaient les perles d'orient...

Il l'observait en souriant. Cette jeune femme était assez mystérieuse mais elle était également envoûtante à la fois. Les hommes détournaient le regard en la voyant même s'ils pouvaient la craindre. Elle avait une de ces aura unique au monde. Elle était une perle d'orient...

[post un peu court désolé mais j'ai moins d'inspi ce soir.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Lun 22 Avr - 11:56

- Un homme malhonnête vous aurait sûrement répondu qu'il n'a pas regardé votre décolleté si vous lui posez la question mais ce n'est pas mon cas. Vous êtes vraiment charmante et naturelle surtout, les femmes occidentales ne vous valent pas. Trop de maquillage, trop de botox, trop de chirurgie esthétique. Je trouve que vous êtes bien plus belles dans ce pays, tout particulièrement vous. Vous ne croyez pas ?

Elle haussa les épaules. Les compliments, ça, elle avait l'habitude.

- Vous faites sûrement partie de ce que mes amis appelaient les perles d'orient...

Sauf que niveau compliments et flatteries, Silva faisait parti de ceux qui savaient les dire d'une belle manière. Et ça plaisait bien à la jeune femme qui avait l'habitude de la plupart des rustres; d'ailleurs, eux, ils finissaient éventrer.

Elle ne se rapprocha pas de lui et jetait des coups d’œil alentours.
Pas d'homme de main. Personne à éventrer.
Naaaaan!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Elle avait besoin de tuer. C'était comme ça.

Une vingtaine d'asiatiques, peu commodes, vinrent au port, et se postèrent bien droits devant le Chimera.
Les passants commençaient à avoir peur et s'éloignaient. Tous.
Sauf le couple de chinois étranges qui regardaient la scène, l'homme un sourire aux lèvres et les yeux fermés, la femme taciturne entourant de ses bras fins la taille de son compagnon et se blottissant contre lui.


-Si on allait dire bonjour à la fille de notre ami?

La jeune femme hocha la tête.
Alors le couple vint s'ajouter à la vingtaine d'hommes et attendirent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Raoul Silva
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 23
Localisation : Une île en Mer de Chine
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law) Mar 23 Avr - 8:51

Silva était resté assez calme et se divertissait de la présence de la jeune femme jusqu'à ce qu'il remarque qu'une vingtaine d'hommes tous asiatiques s'étaient postés droit devant le navire. Serait-ce déjà la marchandise qui arrivait ?
Silva se retourna et traversa le pont pour voir de plus près ses visiteurs. Un couple attendait aux côtés des vingts hommes asiatiques. Silva s'appuya sur le bord du bateau en scrutant les visiteurs et en les saluant.

- Bonsoir messieurs ! Mademoiselle.

Il inclina la tête nonchalamment en voyant la jeune femme parmi le groupe.

- Vous êtes la livraison de Silver King je présume ?

Deux hommes de mains latinos étaient arrivés juste derrière Silva et s'empressait de faire abaisser la passerelle reliant le navire à la terre ferme. Il jeta un coup d'oeil à la jeune femme qui était avec lui sur le navire et fit signe à ses invités de monter à bord.

- Bienvenue à bord du Chimera.

Silva s'attarda près du mystérieux couple et se demandait bien qui ils étaient car ils sortaient du lot à accompagner ces vingts hommes quasiment identiques. Il s'arrêta face à eux et interrogea l'homme asiatique.

- C'est Silver King qui vous envoie ? Que puis-je faire pour vous ?

Silva avait salué la jeune femme en faisant une légère courbette. Il observait le chinois en attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: A Chimera to Vietnam (Cedric Law)

Revenir en haut Aller en bas

A Chimera to Vietnam (Cedric Law)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Afghanistan: Le Vietnam d'Obama?
» cedric digori
» Tu crois m'avoir comme ça ? |Cedric|
» Cedric Diggory (Poufsouffle)
» Cedric Diggory(Poufsouffle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Asie :: Vietnam-