Partagez|

Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Ivan Makarov
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 23
Localisation : Grèce
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Sam 16 Mar - 14:28

Pékin, Chine
23h47


Quand on entre au service du SVR, il faut mettre sa dignité de côté et espérer que tout ce que vous ferez dans ce métier n'est qu'un horrible cauchemar. On commet des actes que l'on peut regretter et si on se fait attraper, on sera considéré comme des criminels. La capsule de cyanure pour échapper à la torture était encore en pratique mais Makarov était le genre d'agents à oublier sa dent volontairement. Il espérait ne pas en arriver là et préférait donc se débarrasser de cet accessoire. Makarov était en planque à Pékin depuis deux semaines, il n'avait pas encore reçu d'ordres pour sa mission mais il savait que ça ne tarderait sûrement pas. Un pli codé où quelque-chose de vraiment discret.

Makarov restait seul dans sa chambre d'hôtel. Il profitait du temps qu'il avait pour se reposer et se maintenir en forme. Il jeta un bref coup d'oeil au P99 et au silencieux sur sa table de nuit. C'était le strict minimum et on l'avait armé sûrement en prévision d'un accrochage avec l'ennemi mais quel ennemi. Chaque individu tapi dans l'ombre et tirant les ficelles d'une économie souterraine est un ennemi potentiel. Pour qu'on envoie Makarov ici, le problème avait attiré l'attention de la Fédération de Russie. En réalité, ce n'était pas le cas. Il s'agissait d'une collaboration avec les services de renseignement chinois. Ce service tentait de faire tomber un baron du crime ayant la main mise sur le trafic de drogues et dominant plusieurs autres affaires illicites. On surnommait cet homme Soul King mais tout le monde ignorait son nom. Les autorités avaient tenté plusieurs fois de l'éliminer mais sans succès.

Un ding-dong cristallin réveilla l'agent russe qui commençait à somnoler dans la chambre miteuse de cet hôtel. Il avait tué un cafard hier soir avant de se coucher, c'est dire si les employés de l'hôtel étaient efficaces. La vieille tapisserie était humide et sentait la moisissure. Suite à ce bruit dans la chambre, il se dirigea vers la porte d'entrée. Un chinois de taille moyenne le scrutait d'un air neutre. Il regardait par dessus l'épaule de russe comme pour vérifier quelque-chose.



Makarov demeurait prudent mais un sourire se peignit sur le visage du chinois.

" Enchanté Mr Makarov. Vous allez devoir me suivre, je suis votre contact. "

Makarov se saisit de son arme sur la table de chevet et l'inséra dans le holster par dessus sa chemise. Il mit une veste noire qu'il referma et se retourna vers le chinois.

" Prouvez-moi que vous êtes bien mon contact ! "

Le chinois se mit à rire avant de parler d'un ton sérieux.

" C'est la conscience humaine du Beau qui différencie le Beau du Laid. "

Le chinois tendit sa main pour serrer celle du russe. Makarov reconnut en cette citation de Lao Tseu le code qui avait été convenu pour la rencontre. Ils sortirent de l'hôtel et déboulèrent dans les rues de Pékin où le monde grouillait même à cette heure tardive. Ils montèrent dans une voiture jaune pâle et légèrement usée par les années et les trajets sur les vieilles routes cahoteuses. Le chinois glissa une mallette sur les genoux de Makarov une fois dans la voiture.

" Mon nom est Huang Lee. Je travaille pour le Guoanbu. Dans cette mallette, vous trouverez des plans municipaux utiles pour entrer dans l'établissement que vous devrez infiltrer. Je vous rappelle que ce n'est pas une mission d'élimination mais une collecte de renseignements. Vous allez devoir récupérer tout dossier susceptibles de nous aider contre cet homme. "

Makarov approuva d'un signe de tête. La voiture s'arrêta devant une pharmacie. Makarov descendit suivi de Huang Lee. Huang Lee demanda à Makarov de le regarder en face. Il glissa un morceau de soie imbibé d'alcool dans la bouche de l'agent.

" Ne parlez surtout pas et laissez-moi régler ça. "

Huang Lee entra suivi de Makarov. Lee semblait connaître la personne qui se trouvait au comptoir car ils se saluèrent familièrement. L'agent chinois se pencha sur le comptoir et commença à parler.

" Mon ami a la gencive infectée à cause d'une légère coupure. Je lui ai mis un mouchoir de soie avec un peu de saké pour désinfecter mais j'aimerais avoir vos conseils. Vous avez un truc en réserve comme désinfectant ? "

Les instructions étaient simples. Il fallait attendre que Huang accompagne la pharmacien à la réserve pour que Makarov commence à emprunter une porte et s'infiltrer dans la partie interdite au public. Comme prévu, Huang accompagna le pharmacien dans sa réserve.

Makarov se leva en vitesse et poussa la porte marquée d'une indication rouge voulant signifier qu'elle était interdite au public. Il arriva dans un couloir, il sortit son arme de son holster et parcourut le couloir à pas de loup.



Il entendit l'écho de voix et entrouvrit une porte par laquelle il vit un spectacle qu'il n'avait jamais vu auparavant. Les silhouettes allongées qui consommaient l'opium. Il était dans une fumerie d'opium. Il allait se retourner quand il sentit un coup violent à la base de son crâne.
Il perdait conscience et était en territoires ennemis. Il allait devoir réfléchir à un bon moyen de s'en tirer vivant.

(Dis-moi si des détails gênent, j'ai beaucoup fait appel à mon imagination.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Dim 17 Mar - 14:23

Une salle mal éclairée par de petites lampes, froide et humide, mais pourtant relativement propre, aux murs jaunes.
Peu de meubles, juste une longue table en fer, trois chaises et au centre il y avait des chaînes au plafond et au sol qui entravaient poignets et chevilles d'un homme.
Et deux hommes le surveillaient, deux chinois peu commodes, deux sbires musclés et sans pitié, tous deux armés de deux flingues; l'un rangé, l'autre a la main.
Une jeune femme entra, grande, au corps gracile et svelte, combinaison blanche et moulante où l'on devinait ses formes avec assez peu d'imagination. Ses talons noirs résonnaient dans la pièce. Ses longs cheveux noirs détachés lui cachaient son œil droit. Elle avait un katana dont la lame était couverte de sang.
Ai Wu prit une chaise et s'installa devant le prisonnier, l'observant tel un prédateur regardant sa proie avant de la tuer.
Elle passa son doigt sur la lame pour récolter un peu de sang qu'elle goûta, puis qu'elle recracha.


-L'on dirait que cette catin ne valait plus un sou, je comprends pourquoi. Son sang est imbuvable.


Elle rangea son katana dans son fourreau situé dans son dos.
La tueuse "fantomatique", attrapa un seau d'eau non loin et le jeta à la figure du prisonnier pour le réveiller, puis elle se rassit.
Droite sur sa chaise, visage impassible et froid.
Elle observait le prisonnier avec l'envie de le torturer. De façon sadique et gore.
Elle se leva et alla chercher un scalpel dans le but de l'écorcher vif, petit à petit.

Un jeune blond à lunettes entra, avec une petite tondeuse à gazon d'un rouge pétant, tout souriant - pour ceux qui se demanderont le pourquoi de la tondeuse à gazon, ne cherchez surtout pas à comprendre pour le moment, vous verrez cela ultérieurement.


-Dis Ai, je peux le torturer moi aussi?


Soudain il la regarda avec surprise, se baissant juste à temps pour esquiver un couteau qu'elle venait de prendre entre ses mains, sur la table en fer, se fichant dans un pan de boiserie dans le couloir.
Timidement, le blond se releva.


-Ok...je...vais...te laisser t'amuser...toute seule...on...se...revoit plus tard?

Pour toute réponse il referma subitement la porte. Cette même porte qui arrêta un autre couteau.
La dénommée Ai, rouvrit la porte, enragée par la présence passée du blondinet. Elle l'apostropha furieusement, avec des jurons et des insultes que l'on ne retranscrira pas ici.
Elle claqua ensuite la porte se tournant vers le prisonnier.


-Nous n'aimons pas les intrus et vous n'aviez rien à faire là. Qui êtes-vous? Agent? On en a déjà eu quelques uns. Morts. Espion des Triades ou vous travaillez pour eux? Morts eux aussi, au final. Dans d'atroces souffrances. Je ferai pareil avec vous.
________________
Pendant ce temps-là, dans la réserve, le pharmacien trouva ce qu'il fallait pour la soi-disant coupure.
Le pharmacien était un vieil homme, boiteux, s'appuyant sur une canne, vêtu de vêtements traditionnels chinois.
Bien qu'il fallait mieux se méfier de tout ce qui paraissait faible et sans-défense.
Mais le vieil homme ne savait pas les véritables intentions des deux clients.
Sauf un petit blondinet qui arriva en trombe dans la réserve.


-Hey! Figure-toi que l'un des deux clients s'est introduit tu-sais-où!


Le pharmacien jeta un regard lourd de reproches au client. Ils se connaissaient et il n'avait pas envie de lui faire du mal.
Mais les ordres sont les ordres. A contre coeur, le vieillard indiqua la sortie de la réserve à l'homme, tandis que le blond avait sorti un flingue. Vous savez, le même blond de tout à l'heure avec la tondeuse à gazon! Sauf que là, il l'avait laissé ailleurs pour mieux courir, et avait été chargé de prévenir le pharmacien du comptoir faute de ne pas savoir quoi faire.

Disons que les deux personnes qui venaient d'entrer étaient mal barrées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ivan Makarov
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 23
Localisation : Grèce
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Dim 17 Mar - 17:01

Le noir total, il avait totalement perdu conscience. Chaque son semblait lointain et il semblait que les missions de l'agent Makarov se termineraient aujourd'hui. Quand vous dormez, il y a comme une sensation étrange de vertige où de choc qui vous tire sec de l'état d'inconscience.
Tout était confus dans son esprit. Il ne savait plus vraiment où il était. Il sentit de l'eau couler le long de son dos. On lui avait aspergé le visage d'eau pour le réveiller.
Il leva la tête lentement et observa la pièce dans laquelle il était enfermé. Il remarqua qu'une jeune femme l'observait. Elle était assise sur une chaise. Elle était plutôt jolie selon l'agent Makarov mais son air impassible donnait une allure inquiétante à cette femme. Il demeurait dans le camp de l'ennemi.

Elle s'était levée alors qu'un blond à lunettes équipé d'une tondeuse à gazon fit son entrée dans la pièce.

-Dis Ai, je peux le torturer moi aussi?

Le jeune homme se baissa juste à temps pour esquiver un couteau que la jeune femme lui avait lancé. Il se releva timidement.

-Ok...je...vais...te laisser t'amuser...toute seule...on...se...revoit plus tard?

Il ferma brusquement la porte, ce qui stoppa un autre couteau en plein vol. Makarov vit la jeune femme rouvrir la porte brusquement et s'énerver dans sa langue maternelle. Elle claqua la porte pour finalement revenir vers l'espion russe.

-Nous n'aimons pas les intrus et vous n'aviez rien à faire là. Qui êtes-vous? Agent? On en a déjà eu quelques uns. Morts. Espion des Triades ou vous travaillez pour eux? Morts eux aussi, au final. Dans d'atroces souffrances. Je ferai pareil avec vous.

Makarov gardait un air grave.

- Je ne travaille pas pour les Triades. Mes employeurs cherchent juste à se mettre en contact avec le vôtre pour collaborer.

Ce mensonge était sa seule chance d'allonger son espérance de vie en souhaitant que son ami des services chinois s'en sorte mieux.

__________________________________________________________________________________

Huang Lee avait suivi le pharmacien dans la réserve. Il regarda dans les étagères et saisit un bout de verre tranchant qu'il glissa dans le revers de sa manche. Cette arme de fortune pourrait toujours servir. Huang Lee vit un blondinet à lunettes entrer soudainement.

-Hey! Figure-toi que l'un des deux clients s'est introduit tu-sais-où!

Huang feint d'avoir l'air surpris mais ça ne servait à rien. Un regard lourd de reproches pesait sur lui et le blondinet avait sorti une arme à feu. L'agent chinois avait levé les mains en l'air et avait suivi la direction indiquée par le pharmacien. Il espérait en apprendre plus avant de se servir de ses derniers atouts.

La mission risquait d'être fort compromise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Dim 17 Mar - 17:57

Le prisonnier gardait un air grave face à la sadique fantomatique de la section chinoise.
Il ne se laissait pas démonter. Tout comme certains autres agents jusqu'à ce qu'ils craquent, mais il était toujours trop tard.


- Je ne travaille pas pour les Triades. Mes employeurs cherchent juste à se mettre en contact avec le vôtre pour collaborer.

-Vos...employeurs?

Elle avait un peu de mal avec l'accent étranger du prisonnier, bien qu'il parlait chinois.

-Pourquoi contacter le nôtre? Pour quelles raisons?


Ai Wu reposa le scalpel. Elle ne l'écorchait pas vif maintenant, finalement.
Les deux autres chinois situés de part et d'autre de la porte, à l'intérieur de la pièce, semblèrent déçus.
Mais la jeune femme ne leur prêta pas attention. Son visage sembla soudainement moins froid, mais la suspicion se lisait dans ses traits.
Elle ne le croyait pas vraiment. Mais en attendant qu'il lui fournisse une réponse satisfaisante, elle se rassit, croisant ses fines jambes.


-J'espère que votre réponse sera satisfaisante. Le patron n'aime pas qu'on le dérange pour aussi peu, s'il accepte de vous recevoir. Auquel cas je vous fouetterai jusqu'au sang avant de vous estropier et de vous relâcher.
dit-elle en souriant innocemment, ce qui faisait assez froid dans le dos.
________________
Pendant ce temps-là, le vieillard ouvrait la marche et le blondinet était juste derrière le faux client.
Ils étaient dans un couloir très étroit, si étroit que deux personnes ne pouvaient pas passer côte-à-côte. C'était fait exprès.
Si l'homme voulait s'enfuir, il devrait bousculer le vieillard qu'il connaissait depuis fort longtemps, mais se ferait tirer dessus par le plus jeune, ou alors bousculer ce dernier mais il serait assommé voire tué par le vieil homme qui avait plus de ressources qu'on ne le pensait.


-Huang, tu me déçois, dit le vieillard. Pourquoi chercher les ennuis maintenant alors que nous nous entendions si bien? demanda t-il, sur un ton vraiment désolé et triste. J'espère juste, ne pas avoir pour ordre de te tuer.

-Papy, tu le connais?!

-Zhong, je t'en ai déjà parlé il me semble.

Au sein de l'organisation, Zhong était un des plus jeunes tueurs qui soit...et qu'on ne prenait pas pour tel généralement.
Il est vrai qu'il n'est pas d'un tempérament très sérieux, mais lorsqu'il s'agit des ordres qu'on lui donne, il exécute. Toujours.
Si son vénérable grand-père connaissait ce Huang, le jeune Zhong aurait un peu plus de mal à tuer cette connaissance. Il n'aimait pas la peine dans la voix de son grand-père. Surtout pas. C'était très dur.


-Alors s'il vous plaît monsieur Huang, faites pas de bêtises, j'ai pas envie de vous trouer la tête.

Les deux le menèrent à une salle qui paraissait être une salle de torture. Un homme était enchaîné au plafond par les poignets, et au sol des chaînes entravaient ses chevilles.
Face à lui mais dos à eux, la beauté fatale Ai Wu était assise sur une chaise, prête à écouter les dires du prisonnier qu'elle n'avait plus l'intention de torturer.
L'un des deux chinois gardant la porte de l'intérieur se saisit de Huang, non sans avant lui mettre un coup de poing dans le ventre au cas où.
Avec l'aide de l'autre chinois, ils l'attachèrent à une chaise, en attendant.
Zhong se garda de dire quoi que ce soit, tandis qu'un des gorilles se plaça derrière la chaise de Huang pour le surveiller. Le jeune blondinet resta auprès de son grand-père, rangeant son flingue.

Ai Wu ne semblait pas s'intéresser à Huang pour le moment, son attention était concentrée sur le premier prisonnier.
A lui de sauver sa peau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ivan Makarov
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 23
Localisation : Grèce
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Lun 18 Mar - 18:43

-Vos...employeurs?

Elle semblait avoir un peu de mal à comprendre l'accent de Makarov. Il n'était pas né en Chine et il était difficile pour un étranger de maîtriser l'accent d'un autre pays. Il restait toujours des traces de la véritable nationalité du sujet. De plus, ils n'avaient sûrement jamais vu un chinois blond et à la peau blanche. Makarov avait le profil type du caucasien. On pourrait le soupçonner aisément comme étant un occidental.

-Pourquoi contacter le nôtre? Pour quelles raisons?

Celle qui comptait le faire souffrir reposa finalement le scalpel, provoquant ainsi le dépit des hommes de main qui gardaient la pièce. Son visage exprimait des doutes quand à la véracité des dires de Makarov. Makarov reprit un peu contenance en se rendant compte que son mensonge allait lui permettre de gagner un peu de temps. Peut-être que Huang reviendrait avec des renforts et que le Guoanbu ferait l'un de ses plus beaux coups de filet. Il devait continuer à tenir.
La femme s'était assise en croisant ses jambes. Elle fixait toujours l'homme russe.

-J'espère que votre réponse sera satisfaisante. Le patron n'aime pas qu'on le dérange pour aussi peu, s'il accepte de vous recevoir. Auquel cas je vous fouetterai jusqu'au sang avant de vous estropier et de vous relâcher.

Makarov prit son courage à deux mains et commença à parler.

- Je travaille pour une agence secrète qui fournit appui logistique et soutien de plusieurs diplomates en vue dans le pays pour couvrir vos activités. Certains de mes amis m'ont dit que votre employeur, je ne connais que son surnom de Soul King, ne serait pas mécontent d'avoir quelques politiciens du gouvernement actuel dans sa poche.

__________________________________________________________________________________

Huang fut conduit par le vieillard et par le jeune homme à travers un couloir étroit. Le vieillard ouvrait la marche alors que l'autre homme la fermait en gardant son arme à feu. Huang pourrait utiliser le bout de verre tranchant qu'il a ramassé pour trancher la gorge de l'homme derrière lui mais il devait en apprendre plus. De plus dans un couloir aussi étroit, la manœuvre pourrait s'avérer des plus compliquées et des plus risquées.

-Huang, tu me déçois. Pourquoi chercher les ennuis maintenant alors que nous nous entendions si bien?J'espère juste, ne pas avoir pour ordre de te tuer.

-Papy, tu le connais?!

-Zhong, je t'en ai déjà parlé il me semble.

Huang conservait un regard impassible. Il répondit quand même au vieillard car il avait de l'attachement pour lui. Il avait pris sa décision, il tenterait de ne pas tuer ces deux hommes si jamais ça tournait mal. Il les blesserait peut-être si affrontement il y avait mais il se retiendrait de les éliminer.

- La vie est aléatoire mais n'est pas dénuée de sens. Le destin a voulu que je sois ici ce jour-là. Je ne fais que suivre ce qui a été décidé la-haut.

Il continuait à avancer en ne laissant rien paraître.

-Alors s'il vous plaît monsieur Huang, faites pas de bêtises, j'ai pas envie de vous trouer la tête.

Ils arrivèrent dans une salle de torture. Huang fut choqué de voir son compagnon dans un tel état. Il remarqua qu'une jeune femme leur tournait le dos et était attentive aux paroles de Makarov.
Makarov reconnut Huang Lee et pendant quelques secondes, de la déception se lisait dans les yeux de l'agent du SVR. Ils étaient dans de beaux draps, ils n'étaient que deux. Personne ne les avaient vu entrer et personne n'était obligé de les voir ressortir.

L'un des hommes de main chinois saisit Huang en lui mettant un coup de poing dans le ventre. Les deux hommes l'attachèrent sur une chaise pendant que Makarov avait tout intérêt à sauver la donne. Huang Lee n'avait jamais vu mission d'infiltration aussi bien compromise.

- Nous pourrions vous fournir quelques contacts utiles dans notre domaine. L'homme que vous venez de capturer est l'un de mes partenaires en affaires. Il surveillait en attendant le bon moment pour que l'on vous contacte.

Huang n'aimait pas cette histoire. Makarov prenait trop de risques et l'agent chinois devait dissimuler son anxiété avec beaucoup de difficultés. Le silence régnait.

- Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Mar 19 Mar - 18:12

- Nous pourrions vous fournir quelques contacts utiles dans notre domaine. L'homme que vous venez de capturer est l'un de mes partenaires en affaires. Il surveillait en attendant le bon moment pour que l'on vous contacte.

Les regards du vieil homme et de son petit-fils envers Huang passèrent de la déception à la surprise puis à une lueur de contentement.
Ah! Finalement, Zhong n'aurait pas à tuer qui que ce soit et surtout la vieille connaissance de son grand-père adoré.


- Qu'en pensez-vous ?

Ai Wu pencha légèrement la tête de côté. Elle semblait surprise du retournement de situation.
Elle songeait que cela pouvait être un mensonge. Mais elle n'en était pas sûre.
Et si jamais ce n'en était pas un, elle serait juste dans la mouise et ce, jusqu'au cou. Yù Lin, la charmante petite soeur du patron - que tous soupçonnaient comme étant en réalité sa compagne - se ferait alors une indicible joie de tuer sa probable rivale, aussi bien en amour qu'en puissance et combat.
Ai Wu était de loin une des meilleures tueuses de l'organisation, mais elle était loin d'égaler les talents de certaines. Quant à Yù, elle était souvent obligée de la laisser gagner car elle n'était que sa subordonnée et servante, ce qui la faisait enrager; du moins c'est ce qu'elle se dit, en vérité elles ont des compétences égales.

La tueuse fantomatique prit alors la décision de faire venir une autre personne par le chinois gardant la porte. C'est en tremblant soudainement que le gorille implora la pitié de Ai, de ne surtout pas l'envoyer quérir la personne en question. Un mastodonte, une masse de muscles qui d'apparence pouvait nettement écraser la jeune femme, se mettre à genoux devant la gracile silhouette froide comme de la pierre.
La jeune femme le gifla, si violemment qu'il cracha une dent.
Tel un condamné marchant vers l'échafaud il s'exécuta.
Dix minutes passèrent où la tueuse resta assise à contempler le prisonnier attaché au plafond. Plutôt mignon. Avec quelques bleus il le serait certainement encore plus.
Dix minutes où au final, l'on entendit des supplications et une lame trancher les chairs, puis des bruits de pas dans le couloir. L'ambiance était devenue glaciale.
La porte s'ouvrit en grinçant et la silhouette d'un homme parut. Il était grand, cheveux plaqués sur le crâne, costume impeccable, tout en lui le faisait paraître comme un fonctionnaire lambda, de ces caricatures de l'homme de bureau occidental. Sauf que lui était asiatique, bien qu'il ait quelques traits occidentaux. Métis, peut-être?
Il avait sous le bras droit un dossier, dans sa main droite un smartphone sur lequel il semblait "textoter" sans regarder et envoyer des messages; son regard froid se posa sur les prisonniers.
Il aurait eu l'air d'un fonctionnaire lambda et innocent bien que froid bossant pour un criminel, si seulement il n'y avait pas ces gouttes de sang tâchant sa chemise immaculée.
De sa main libre il remonta ses lunettes calmement.


-Ma chère Ai Wu, puis-je savoir quelle est la raison qui t'a poussée à envoyer un autre sbire suicidaire me quérir? Tu le sais bien pourtant, que je déteste le dérangement futile. J'ose espérer que tu as de bonnes raisons.


Elle lui parla de ce que venait de dire les deux prisonniers.
Lui, aussitôt envoya un message. La réponse fut immédiate, il jeta un coup d'oeil et dit froidement:


-Détache-les, nous les emmenons voir monsieur Soul King.

Ai Wu s'occupa d'ôter les chaînes du premier prisonnier, l'occidental, tandis que Zhong détachait Huang.
La caricature du fonctionnaire ouvrait la marche dans un couloir sombre devenant peu à peu plus large, Ai Wu juste derrière lui, suivait l'occidental, Huang, puis Zhong et l'autre chinois survivant.

Ils empruntèrent un autre couloir très sombre pour se retrouver devant une grande porte de bois. L'homme à lunettes frappa à la porte et ils entrèrent.
Le vieil homme et Zhong furent les seuls à ne pas entrer, ils s'éloignèrent pour retourner s'occuper de la pharmacie.

La pièce était grande et haute. Sombre et assez bien éclairée. Elle était richement décorée avec des meubles précieux chinois ainsi que le même type de décorations.
Au fond, il y avait comme une sorte de lit, un grand lit avec des rideaux masquant les silhouettes qui s'y trouvaient. Les draps bleus devaient être dans du tissu précieux, tout comme les rideaux qui étaient probablement eux aussi précieux, mais d'une matière légèrement transparente pour que les gens se trouvant dans le lit puissent voir les arrivants, mais pas les autres.
Cependant ils pouvaient distinguer deux personnes dans le lit. Une silhouette masculine et une féminine.
L'éclat de rire cristallin de la femme retentit pour se taire aussitôt. Apparemment ils ont été un peu dérangés dans ce qu'ils allaient faire.
Ils ne se montrèrent pas, mais la voix de l'homme se fit entendre.


-Qu'est-ce que vous voulez?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ivan Makarov
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 23
Localisation : Grèce
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Mer 20 Mar - 14:38

Le mensonge de Makarov avait permis de gagner plus de temps qu'il n'avait prévu. Ils avaient une chance de s'en tirer vivants avec quelques informations sur l'organisation de Soul King. Makarov et Huang se jetaient quelques regards discrets, ils allaient devoir improviser cette couverture en improvisation complète. C'était très risqué et la moindre erreur pouvait leur coûter la vie. Huang pensait toujours au morceau de verre coincé dans le revers de sa manche, il pourrait s'en servir comme d'une arme s'il y avait du grabuge où s'ils avaient une occasion de s'enfuir. Chaque minute passée ici pouvait leur faire perdre la vie.
La mystérieuse femme ordonna à l'une des brutes gardant la porte d'entrée d'aller chercher quelqu'un. L'homme de main chinois ne semblait pas vouloir aller chercher la personne en question mais il se mit finalement à genoux et sortit pour aller chercher la personne. Il reçut une gifle de la femme au passage mais il s'exécuta même s'il n'y mettait pas beaucoup de volonté.

Dix minutes passèrent et l'inquiétude gagna en entendant les supplications de l'homme de main et le bruit d'une arme qui tranchait la chair. On entendit finalement des pas pressés, l'ambiance était de glace.
Un homme fit finalement son entrée. Il avait une allure de fonctionnaire mais les tâches de sang sur sa chemise inquiétaient Makarov et Huang à ce sujet. Il tenait un dossier sous le bras et de son autre main, il semblait envoyer des messages sur un smartphone. Son regard était froid et sérieux. Il remonta ses lunettes avant de s'adresser à la femme qui les retenait prisonniers.

-Ma chère Ai Wu, puis-je savoir quelle est la raison qui t'a poussée à envoyer un autre sbire suicidaire me quérir? Tu le sais bien pourtant, que je déteste le dérangement futile. J'ose espérer que tu as de bonnes raisons.

Ai Wu expliqua à l'homme qui venait d'arriver ce que Makarov avait raconté. La réaction de l'homme fut immédiate. Il envoya un message sur son smartphone et répondit assez rapidement.

-Détache-les, nous les emmenons voir monsieur Soul King.

Ai Wu s'occupa de détacher Makarov qui se frotta aussitôt les poignets dès qu'il fut libre de ses mouvements. Huang fut détaché par le jeune blond quand à lui. L'homme mystérieux habillé en fonctionnaire ouvrait la marche. Ils furent conduits à travers des couloirs très sombres avant de finalement arriver devant une grande porte en bois. L'homme à lunettes frappa et ils entrèrent dans une vaste pièce richement décorée. Tout avait été décoré avec goût. Au bout de la pièce se trouvait une sorte de grand lit, on ne voyait pas ses occupants mais on pouvait aisément apercevoir deux silhouettes.
Un rire féminin retentit pour se taire aussitôt. Makarov réprima un sourire et regarda Huang qui souriait lui aussi de malice. Ils ne virent personne mais une voix masculine se fit entendre.

-Qu'est-ce que vous voulez?

Makarov se demanda s'il devait parler mais en constatant les quelques secondes de silence, il se décida à prendre la parole.

- Juste vous proposer nos services comme j'en ai déjà parlé à vos alliés. Mon organisation propose appui logistique et plusieurs contacts diplomatiques qui permettent d'éviter nombre de tracas dans les affaires. Nous avons quelques hommes dans le gouvernement chinois entre autres choses.

Huang observait parler Makarov et pensait que son histoire tenait la route. Il se demandait juste si ça intéresserait Soul King une telle proposition.

- Je suis conscient de gaspiller votre temps si précieux mais je pense que nos contacts pourraient vous être plus utiles à vous qu'à vos rivaux des Triades.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cedric Law/The Black King
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/11/2012
Localisation : Dans mon repaire, au Japon, en train de fomenter un mauvais coup comme d'habitude...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Mer 20 Mar - 15:24

- Juste vous proposer nos services comme j'en ai déjà parlé à vos alliés. Mon organisation propose appui logistique et plusieurs contacts diplomatiques qui permettent d'éviter nombre de tracas dans les affaires. Nous avons quelques hommes dans le gouvernement chinois entre autres choses.

Tai remontait ses lunettes d'une main et pianotait quelque chose sur son smartphone de l'autre.
Il observait les deux hommes comme pour les analyser, les soupçonnant de quelque mensonge.


- Je suis conscient de gaspiller votre temps si précieux mais je pense que nos contacts pourraient vous être plus utiles à vous qu'à vos rivaux des Triades.

Il y eut une discussion entre les deux silhouettes derrière les rideaux, des chuchotements, d'autres petits rires, des mouvements.
Les deux silhouettes sortirent.
L'homme était relativement grand, de taille svelte. Il portait uniquement un pantalon blanc nacre, d'apparence confortable, il était donc torse nu, un torse imberbe qui laissait penser que l'homme était jeune; car on ne voyait pas son visage. Un masque ne montrant que la bouche lui cachait le visage, un masque blanc et des dorures.
La jeune femme en revanche, n'était pas masquée. Ses cheveux était détachés, tombant en cascade sur ses épaules nues. Elle était légèrement vêtue, seulement des sous-vêtements en dentelle noire qui peinaient à cacher ses formes qui feraient saigner du nez n'importe qui. A peu près. C'était une jeune chinoise, la vingtaine environ, qui vint s'asseoir sur les genoux de l'homme, lui-même assis sur une chaise en bois. Elle regardait les deux hommes en leur envoyant un sourire des plus charmeur - et limite provocateur.
Ai Wu leva les yeux au ciel, exaspérée.
Tai ne réagit pas. Il demeura de glace.


-Des hommes de notre cher gouvernement chinois à la botte de votre organisation? Intéressant! Hélas je crains que cela ne soit pas utile, car nous avons déjà des politiciens de notre côté, nous avons peut-être les mêmes? Et pour ce qui est d'effacer nos traces dans les affaires, sachez que nous sommes organisés depuis des années à faire cela! Mener nos affaires en effaçant chaque trace, c'est notre spécialité pour rester toujours dans l'ombre! Je crains que vous n'ayez été dépêché par votre organisation pour rien, j'en suis navré. Quant aux Triades, nous avons conclu un accord, il ne peut rien nous arriver sauf trahisons.

Il caressa tendrement les cheveux de la jeune fille assise sur ses genoux, qui lui répondit par un câlin affectueux et une moue des plus provocatrices.

-Hm...je dois vous laisser. J'ai des choses à faire, si vous voyez ce que je veux dire. Dites-moi vos noms et le nom de votre organisation; bientôt se tiendra une réunion entre les quatre têtes pensantes de la nôtre, je tâcherai de parler de votre proposition, sait-on jamais, peut-être que le Roi Sombre voudra bien donner son avis là-dessus...si seulement il me pardonne à propos de l'aventure qu'il ait malencontreusement eu avec Mei Sung.

Tai et Ai Wu les firent sortir tandis que Kwan et Yù retournaient à leurs affaires.
Si Tai se rendit dans un couloir sombre et étroit, seul pour certainement retourner vaquer à ses occupations, Ai les mena plus loin, jusqu'à un couloir avec plusieurs portes. Elle en montra une.


-Vous avez encore combien de temps devant vous, tous les deux? demanda t-elle soudainement plus agréable que tout à l'heure. J'ai beaucoup de temps pour vous, si vous voulez, avec l'une de mes amies qui est déjà dans la chambre, dit-elle d'un ton très aguicheur.

Comme pour confirmer ses dires, la porte près de laquelle elle était s'ouvrit, laissant passer la tête de son amie. Une belle asiatique au sourire charmant, aux longs cheveux noirs de jais sentant l'ambre. Elle ouvrit tout à fait la porte montrant qu'elle n'était que très légèrement vêtue...en fait pas du tout.

-Vous venez? redemanda Ai en entrant elle aussi dans la pièce.
________________
Tai s'était méfié depuis le temps. Il avait l'habitude des mensonges.

-Belle improvisation, le boss a paru vous croire lui aussi, mais pas moi,
se disait-il à lui-même. Je vais devoir prévenir le Roi Sombre.

Il pianota sur son smartphone, à l'intention des trois autres têtes pensantes de l'Echiquier.
La partie d'échecs allait bientôt débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ivan Makarov
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 23
Localisation : Grèce
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law) Mer 20 Mar - 16:55

Il y eut une discussion entre les deux silhouettes derrière les rideaux suites aux paroles de Makarov. Ils chuchotaient et il y eut finalement du mouvement. Ils sortirent des rideaux et se montrèrent aux visiteurs. L'homme était plutôt grand et portait uniquement un pantalon blanc. Il portait également un masque blanc pour protéger sa véritable identité. Ce devait être lui Soul King.
Il était suivi d'une jeune chinoise en sous-vêtements de dentelle noire. Elle s'était assise sur les genoux de l'homme mystérieux qui s'était posé sur une chaise en bois. Elle regarda les invités avec un sourire charmeur.

-Des hommes de notre cher gouvernement chinois à la botte de votre organisation? Intéressant! Hélas je crains que cela ne soit pas utile, car nous avons déjà des politiciens de notre côté, nous avons peut-être les mêmes? Et pour ce qui est d'effacer nos traces dans les affaires, sachez que nous sommes organisés depuis des années à faire cela! Mener nos affaires en effaçant chaque trace, c'est notre spécialité pour rester toujours dans l'ombre! Je crains que vous n'ayez été dépêché par votre organisation pour rien, j'en suis navré. Quant aux Triades, nous avons conclu un accord, il ne peut rien nous arriver sauf trahisons.

Il caressa les cheveux de la jeune femme assise sur ses genoux qui lui répondit par un câlin affectueux.

-Hm...je dois vous laisser. J'ai des choses à faire, si vous voyez ce que je veux dire. Dites-moi vos noms et le nom de votre organisation; bientôt se tiendra une réunion entre les quatre têtes pensantes de la nôtre, je tâcherai de parler de votre proposition, sait-on jamais, peut-être que le Roi Sombre voudra bien donner son avis là-dessus...si seulement il me pardonne à propos de l'aventure qu'il ait malencontreusement eu avec Mei Sung.

Makarov acquiesça et il remarqua que Huang n'avait pas réussi à détacher son regard de la jeune femme qui était là. Ils furent reconduits à l'extérieur et allaient sans doute pouvoir s'en aller. Ai Wu mena les deux hommes vers un couloir avec plusieurs portes et s'arrêta devant l'une d'elles.

-Vous avez encore combien de temps devant vous, tous les deux?

Sa voix était soudainement plus agréable que tout à l'heure. Makarov était un peu étonné mais il en laissa rien paraître.

- J'ai beaucoup de temps pour vous, si vous voulez, avec l'une de mes amies qui est déjà dans la chambre.

L'invitation surprit beaucoup Makarov et il se demanda si son chinois était au point où s'il avait vraiment bien compris. Il voulut répondre qu'ils n'avaient pas le temps mais Huang répondit le premier.

- Nous avons tout notre temps si cela peut vous faire plaisir.

Une porte s'ouvrit en laissant apparaître une autre jeune asiatique aux cheveux noirs de jais. Elle était vraiment jolie et la principale réaction de Makarov fut qu'il desserra son col de chemise. Il était professionnel mais avait la même faiblesse que tout les hommes. Il craignait que Huang Lee ne l'aide pas trop car cet agent avait une réputation d'hédoniste. Ai Wu entra dans la chambre et se retourna vers les deux hommes.

-Vous venez?

Huang emboîta le pas à Makarov et l'obligea à le suivre malgré sa démarche un peu hésitante. Huang avait déjà enlevé sa veste grise et Makarov l'avait suivi d'un pas lent.

- Tu peux fermer la porte ?

Makarov s'exécuta et accepta finalement de faire un écart à ses différents codes de conduite appris au SVR. Il s'agissait maintenant de goûter aux plaisirs de l'Orient et de se permettre un instant de repos. Soul King attendrait son tour et le SVR ne l'avait pas comme cible prioritaire. Makarov n'était pas habitué à ce genre de situations surtout que Huang était avec lui, il allait devoir s'y faire. Il a vu bien pire et sûrement moins agréable dans toute sa carrière d'espion.
Makarov interrogea l'autre jeune femme en caressant délicatement sa joue.

- Vous vous appelez comment ?

Il s'efforçait toujours de parler dans un chinois compréhensible. Il était peut-être temps de faire connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law)

Revenir en haut Aller en bas

Dans le ventre de la bête (pv Cedric Law)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Allons allons, montre moi un peu ce que tu as dans le ventre. (Pv : Cassidy)
» Vic' - Tu veux des papillons dans le ventre ? Mets-toi une chenille dans le cul !
» [...]Dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. [Eliel]
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» Haïti-Santé : Un nouveau-né au seuil de la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Asie :: Chine-