Partagez|

Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Max Zorin
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 01/03/2013
Localisation : Palais de Chantilly
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Ven 1 Mar - 18:08

La limousine s’arrêta juste devant la grande porte de fer forgé du restaurant, surplombée d’un auvent en verre affichant fièrement et en lettres d’or : « Ledoyen ». Un des restaurant favoris de Maximilien s’il en est. Déclinant le service de voiturier car son propre chauffeur s’occupait de garer la limousine, il entra dans la bâtisse en glissant au passage un billet dans la main du portier. Lorsqu’il arriva dans le hall d’entrée, le placeur qui semblait bien le connaître le salua chaleureusement et l’emmena jusqu’à la table qu’il avait réservé.

C’était une table pour deux personnes qui se trouvait assez isolé du reste du monde, dans un recoin de la salle, selon la demande expresse de Max. Il rencontra quelques connaissances dans la salle, et salua au passage la vicomtesse de Presch-Coupin et l’ambassadeur de Suède. Il s’assit sur la chaise damassée de joli tissu rouge et jaune et regarda par la fenêtre le petit jardin, pensif.

Il était venu seul, attendant Francisco Scaramanga, un tueur professionnel dont il avait entendu beaucoup de bien par certains amis qui l’avaient employé. Il avait besoin de ses services, car il ne pouvait se permettre de prendre des risques, et savait comme beaucoup de monde dans le milieu de la criminalité, que lorsque l’on ne veut pas prendre de risques, Scaramanga est l’un des meilleurs. Encore fallait-il être bon payeur, cependant, Zorin avait largement de quoi s’offrir les services de l’homme au pistolet d’or, l’argent ne manquant pas. Lorsqu’il regarda sur le cadran de sa Jaeger-Lecoultre haut de gamme, il put lire midi une. Il avait donné rendez-vous à Mr. Scaramanga à midi, ainsi, il ne put douter de son arrivée imminente, il allait le rencontrer pour la première fois et ainsi savoir si il ressemble à l’idée qu’il s’en était fait. Il déclina la proposition d’un serveur de prendre sa commande, déclarant attendre son invité, ce qu’il fit avec patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Francisco Scaramanga
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 23/02/2013
Localisation : Une île en Mer de Chine Méridionale
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Ven 1 Mar - 19:29

12H03
Restaurant Ledoyen, Avenue des Champs-Élysées
Paris, France


-----------------------------------------------------

Le portier du célèbre restaurant Ledoyen devait être surpris de la nature du pourboire de l'homme qui venait d'entrer: un bout de papier, contenant une pépite d'or. Celle-ci valait une cinquantaine d'euros. Mais le pourboire annonça, malgré que le garçon ne pu le comprendre, l'identité même de l'homme qui venait d'entrer: costume blanc, cravate noir, visage de marbre, impénétrable et glacial.

Francisco Scaramanga était à Paris pour deux contrats: l'un était commandé par Dark Hawk, une puissante criminelle italienne, avec qui il avait rendez-vous le lendemain matin, très tôt pendant la nuit. L'autre contrat venait de Maximilien Zorin. Ce riche industriel français était féru d'équitation et dirigeait une entreprise spécialisée dans les puces électroniques: Zorin Industries. Ce que l'Homme au Pistolet d'Or savait aussi, c'était que cet homme possédait un très beau château en France, et de nombreux chevaux ayant la bien étrange habitude de gagner... Mais Scaramanga s'en fichait: ses employeurs étaient rarement honnête, et tant qu'ils offraient une victime et qu'ils payaient le million, Scaramanga ne posait aucune question qui n'était pas en rapport avec la mission.

Il rentra dans le restaurant et le placeur s'approcha de lui. Avant même que l'homme n'ait eu le temps d'ouvrir la bouche, Scaramanga s'adressa à lui:

"J'ai rendez-vous avec M. Zorin."

Après que l'homme lui ait indiqué la table de son futur employeur, l'Homme au Pistolet d'Or se dirigea vers elle et s'assit devant Zorin. Celui-ci regardait sa montre et commença à détailler son invité

"M. Zorin? Francisco Scaramanga."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Max Zorin
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 01/03/2013
Localisation : Palais de Chantilly
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Ven 1 Mar - 21:52

Max n’eut pas à attendre longtemps l’arrivé de Mr. Scaramanga. « Très ponctuel, c’est bien » pensa aussitôt Zorin qui appréciait particulièrement cette qualité. L’homme assis en face de lui, en costume blanc et cravate noire, contraste pour le moins annonciateur de sa personnalité, se présenta. Il ne faisait nul doute qu’il s’agissait bien de lui. Ainsi, le célèbre tueur à gage, si tant est qu’un tueur à gage soit célèbre, était cet homme en face de lui. Un sentiment étrange s’empara de Max, lui qui avait côtoyé de riches industriels, des champions hippiques, des chefs d’Etats, ne s’était jamais retrouvé assis face à un tueur à gage de la renommée de Francisco Scaramanga. Cependant, il fallait un début à tout. Avant même que son interlocuteur ne s’impatiente, Max lui répondit.

-C’est bien moi. Ravi de rencontrer un homme de votre trempe, j’ai beaucoup entendu parler de vous !

Après cette présentation sommaire mais efficace, Maximilien ouvrit face à lui la carte et commença à la parcourir des yeux. Réflexe bien peu utile, puisqu’il la connaissait presque par cœur. Ce restaurant étant l’un de ses favoris. Il aimait les choses qui coûtent cher, comme en témoignait son impeccable costume trois pièces fait sur mesure en barathea, un tissu luxueux, très difficile à trouver, et à un prix exorbitant. Bref, il releva le chef de la carte des menus et regardant son interlocuteur, prit à nouveau la parole, entrant cette fois-ci plus dans le vif du sujet.

-Inutile de vous préciser qu’il faudra être net, précis, et surtout discret.

Cela semblait en effet inutile, mais Maximilien préférait s’en assurer. Il avait eu quelques problèmes avec des tueurs russes, qui gisent en ce moment-même au fond d’un lac nouvellement créé par la rupture accidentelle d’un barrage. Cependant, étant donné les échos qui lui étaient parvenu du travail de Scaramanga, il ne doutait pas que le travail serait fait correctement et efficacement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Francisco Scaramanga
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 23/02/2013
Localisation : Une île en Mer de Chine Méridionale
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Ven 1 Mar - 22:43

"C’est bien moi. Ravi de rencontrer un homme de votre trempe, j’ai beaucoup entendu parler de vous !

Zorin plongea alors ses yeux dans la carte des menus. Scaramanga fit de même et observa sommairement les plats: des Saint-Jacques au tarama d'oursin givré, du caviar, des "Grands Desserts Ledoyen"..etc. Mais il n'était pas venu là pour manger, même s'il n'avait rien contre. Mais la principale raison de sa venue restait Max Zorin.

- Inutile de vous préciser qu’il faudra être net, précis, et surtout discret.

Tss... Qu'il était incroyable ce manque de confiance de la part de certains "nouveaux" employeurs. Mais compréhensible. Cela tenait en fait plus de l'ignorance et du caractère de ces hommes et femmes que du manque de confiance pur et dur.
Scaramanga et la précision étaient deux choses, deux concepts, identiques à un point près: Scaramanga était un homme, et la précision reste féminin. Et c'était justement les femmes qui donnaient à Scaramanga sa précision. Mais revenons au restaurant Ledoyen.

- Ma réputation parle pour moi, en ce qui concerne la précision. Quant à la discrétion, je suis un professionel.

C'est alors qu'arriva le serveur. Il s'adressa tout naturellement à Zorin en premier lieu, et Scaramanga, peu adepte des grands restaurants (mais plutôt des grands hôtels) français, laissa son futur employeur choisir pour lui. C'était aussi une façon de montrer qu'il pouvait se plier à la plupart des demandes de ses employeurs. Lorsque le serveur parti, Scaramanga s'adressa à Zorin:

- M. Zorin, vous connaissez mes tarifs. Sachez qu'il me faut une double garantie avant de m'engager: la première, je l'ai déjà: savoir si le client possède les moyens de payer. La deuxième, pas encore: le quart de la somme totale que je vous demanderai, en liquide, quelque jours avant le jour J. Le reste de la somme sera ensuite à reverser, selon divers modes de payements, une fois mon travail accompli. Si vous ne le saviez pas déjà, je me dois de vous informer que je ne fait pas que dans le meurtre: je peux aussi, en plus de cela, récupérer ou détruire des objets, documents, données, protéger certaines personnes pendant quelques jours...etc. Cela se traduit, vous l'aurez compris, par une augmentation du tarif. Si vous n'avez aucune question, nous pourrions passer au vif du sujet. "

Il attendit alors les éventuelles questions de Zorin, ou tout simplement le travail qu'il attendait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Max Zorin
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 01/03/2013
Localisation : Palais de Chantilly
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Sam 2 Mar - 12:06

Maximilien choisit bien vite les plats qui lui feraient plaisir, en fin gastronome, il n’avait pas mis beaucoup de temps à faire sa sélection. Visiblement, son interlocuteur semblait bien moins passionné que lui par la cuisine, à ce qu’il avait compris, il préférait les femmes. Ce qui était le cas de Max, mais dans une moindre mesure, car il n’aimait rien de moins que lui-même, et sa réussite, sa brillante carrière qui n’avait pas encore atteint son apogée. Bref, lorsque le serveur revint vers eux, Max comprit qu’il allait choisir pour eux deux, et n’hésita pas une seule seconde à imposer ses choix à Mr. Scaramanga, imposer était l’une des choses qu’il appréciait le plus, le tueur à gage venait là de marquer un bon point auprès de l’industriel.

-Nous prendrons des truffes en croque au sel, onctueuses quenelles de Foie Gras, du chevreuil de Sologne, réduction d’une poivrade à la griotte, un assortiment de vos fromages frais et des croquants de pamplemousse cuit et cru au citron vert. Tous les deux.

Max remercia le serveur et attendit quelques secondes que ce dernier s’éloigne avant de passer aux choses sérieuses. S’il avait choisi ce restaurant pour s’y rencontrer, c’est parce que personne ne trouverait cela étrange de vois deux hommes riches déjeuner ensemble dans un restaurant chic, et il pourrait discuter en toute impunité, personne ne viendrait penser qu’il se tramait quelque complots ou assassinats derrière ces murs lambrissés et le calme ambiant.

-L’homme que vous aurez à abattre est Fitzgerald Bates, tenez…

L’industriel sortit de son attaché-case une pochette cartonnée renfermant quelques feuillets annotés d’informations sur ce Fitzgerald Bates. Propriétaire de Bates data & Co, une entreprise rivale de Zorin Industries spécialisée dans le même secteur d’activité. Ces feuillets contenaient sa photographie, ainsi qu’une brève biographie de l’homme, et diverses informations utiles sur lui et son entreprise, tel que ses divers lieux de résidences par exemple. Maximilien laissa passer quelques instants, le temps pour Scaramanga de prendre possession de ces informations avant de lui donner des instructions pour le reste de sa mission.

-Mais ce ne sera pas tout, il faudra également se rendre chez Maître Augustinus Roberts, son notaire, et détruire son testament, n’ayant pas d’héritiers, l’entreprise devra-être vendue…

Il ne pressenti pas qu’il dû expliciter plus son plan, l’Homme au pistolet d’or avait sûrement compris où il voulait en venir. S’il rachetait l’entreprise, il l’intégrerait à Zorin industries qui gagnerait encore en puissance. Le rêve de Max semblait se rapprocher petit à petit de la réalité, il ne put réprimer un sourire à cette pensée. Enfin, il sortit de son attaché-case une petit bourse de velours rouge tenue fermée par un petit cordon de cuir brun, il la déposa sur la table et la poussa jusqu’à Scaramanga.

-Vous accepterez sûrement que je vous règle avec des diamants ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Francisco Scaramanga
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 23/02/2013
Localisation : Une île en Mer de Chine Méridionale
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Sam 2 Mar - 19:08

Maximilien Zorin semblait être intelligent et réactif: il avait compris toutes les modalités de payements en un éclair, et pris la parole avant que Scaramanga n'ait le temps d'attendre. C'était un employeur spécial.

" L’homme que vous aurez à abattre est Fitzgerald Bates, tenez…

Zorin sortit une pochette cartonée d'un attaché-case, puis la tendit à Scaramanga. Celui-ci l'ouvrit et découvrit plusieurs feuillets donnant diverses informations sur Bates, son entreprise et ses résidences: il y avait notamment une liste d'entre elles, une biographie de Bates, une photographie, et la liste des principaux actionnaires de son entreprise. Sur la photo, Bates semblait être un homme légèrement enrobé, comme on pouvait le voir à ses joues, mais qui semblait tout de même être en bonne condition physique. Le tueur lui donnait 50-55 ans. Il vit alors d'autres feuillets sur un autre homme, mais n'eut pas le temps de les détailler.

- Mais ce ne sera pas tout, il faudra également se rendre chez Maître Augustinus Roberts, son notaire, et détruire son testament, n’ayant pas d’héritiers, l’entreprise devra-être vendue…

Tss, Zorin était fidèle à sa réputation et à l'idée que Scaramanga se faisait de lui. Il ne voulait la mort de Bates que pour racheter son entreprise à un prix largement inférieur à une coûteuse et risquée OPA. Mais l'Homme au Pistolet d'or n'allait pas juger son employeur, au vu de ce qu'il avait lui même accompli durant sa vie. Les employeurs appréciaient ce caractère, et appréciait Scaramanga: ses meurtres étaient de qualités, et il ne jugeait pas ceux qui payaient. D'ailleurs, puisque l'on parle d'argent, Zorin avait justement sorti une bourse de velours rouge écarlate de son attaché-case en disant:

- Vous accepterez sûrement que je vous règle avec des diamants ?
- Je préfère les payements en espèces, mais j'accepte tout de même. Cependant, pouvez-vous payer une somme de la précision de $287 500? En effet, vous me demandez, en plus du meurtre, de m'introduire dans une étude de notaire, et de détruire un document officiel. Et ce sans que le notaire ne s'en aperçoive et en le gardant en vie. Ce n'est pas très compliqué pour moi, mais cela vous coûtera $150 000 de plus, ce qui amène la somme totale que vous me devrez à $1 150 000. Le quart de cette somme est de $287 500.
Mais avant tout, j'ai deux questions: voulez-vous que j'agisse à une date précise? Et souhaitez-vous que cela ressemble à un accident?
"

Il était presque évident que la réponse à la deuxième question était une affirmation, mais l'homme qui ne vérifie pas ne sait pas: il suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Max Zorin
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 01/03/2013
Localisation : Palais de Chantilly
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Lun 4 Mar - 18:28

Appréciant à leur juste valeurs les mets que l’on venait d’apporter à sa table, Maximilien Zorin attendait une réponse de son interlocuteur. Il ne fit pas de doute que ce qu’il lui demandait n’était pas une entreprise périlleuse pour l’homme. Le plus dur serait de subtiliser le testament, il ne fallait pas se faire prendre, et encore moins que le notaire soit tué, cela donnerait lieu à une enquête. N’ayant pas d’héritier, il était évident qu’il voulait léguer à ses amis, certains membres du conseil d’administration de Bates data & Co, mais Zorin ne le savait pas et n’avait pas confiance en les rumeurs. Ainsi, bien que les noms de ses héritiers restent un mystère, il était évident que sans ces noms, l’entreprise devrait être vendu, mais Zorin est un esprit complexe et aime mettre les bouchées doubles, ainsi, il ne se priverait pas de prolonger un peu son plan, non seulement il prenait plaisir à faire grossir son entreprise pour une bouchée de pain, mais il prenait un plaisir encore plus fou à regarder ses concurrents tenter de se sortir de là où il les avait mis, sans pour autant y arriver, car ses machinations étaient parfaitement rodées et ne laissaient aucune chance à ses adversaires de s’en sortir de quelque façon que ce soit. Max regardait maintenant Scaramanga, il ne fallait pas qu’il en sache trop, cependant, au vu de ce qu’il savait déjà, et de ce qu’il lirait sûrement dans les journaux, il ne faisait pas de doutes qu’il réussirait fort bien à comprendre seul. Qu’à cela ne tienne, il tiendra sûrement sa langue, il aurait trop à y perdre. Enfin, la question qui arriva fut celle du financement. Maximilien avait dans cette bourse le montant total et précis de $280 000. Et oui, il avait prévu de la marge. Cependant, à $7 500 près, ses calculs étaient erronés. Il ne se trompait d’habitude jamais, peut-être n’avait-il pas l’habitude de compter avec de si petits chiffres.

-Bien, dans ce cas je récupère mes pierreries.

Il claqua des doigts de sa main droite et aussitôt un homme assis à une table non loin de là s’approcha. Zorin lui demanda quelque chose, et ce dernier s’éclipsa aussitôt. Il reparut cependant quelques minutes plus tard avec une mallette de cuir marron à fermeture par clefs, et la posa à côté de la chaise de Max en lui glissant subtilement la clef dans la main gauche.

-Je vois que vous êtes homme de précision… très bien. Voici la somme exacte de $287 500.

Il tendit la mallette à Scaramanga, et fit tourner machinalement la clef entre ses mains avant de la lui passer, un sourire aux lèvres. Il répondit ensuite aux dernières questions d’ordre pratique que lui avait posé le tueur à gage.

-Ma foi, choisissez la date qui vous convient, mais prévenez m’en à l’avance, que j’organise une soirée à laquelle je serais vu, on n’est jamais trop prudent. Et oui, un accident ou une mort naturel, il ne faut surtout pas que l’on soupçonne un assassinat ! Je vous laisse libre de choisir la manière dont vous vous occuperez de cela.

Le thésauriseur sourit à Scaramanga, la somme qu’il venait d’investir serait très vite rentabilisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Francisco Scaramanga
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 23/02/2013
Localisation : Une île en Mer de Chine Méridionale
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Lun 4 Mar - 21:26

"Bien, dans ce cas je récupère mes pierreries.

Zorin semblait ne pas avoir prévu assez. C'était bien dommage, car Scaramanga était content que les choses se passent vites. Après tout, ce genre de rendez-vous pouvait durer longtemps, très longtemps... Parfois, le client pensait pouvoir négocier, parfois il pensait pouvoir faire perdre patience à Scaramanga... Mais l'Homme au Pistolet d'or était aussi l'Homme au Visage de Marbre. Son incroyable sang-froid et son self-control étaient plus que légendaires.
Mais pourtant, même s'il ne perdait pas patience, il savait savourer mentalement le plaisir d'un rendez-vous rapide, clair et précis.
Mais malgré tout, le riche industriel avait prévu ce cas de figure. Il appela un homme d'un simple claquement de doigts et lui murmura quelque chose à l'oreille. L'homme partit puis revint plusieurs minutes plus tard, accompagné d'une malette en cuir marron, qu'il donna à Zorin.

- Je vois que vous êtes homme de précision… très bien. Voici la somme exacte de $287 500.

Il tendit à Scaramanga la malette puis la clef. Celui-ci posa la malette sur ses genoux et l'ouvrit, pour vérifier la nature de son contenu.

- Je vous croit sur parole M. Zorin.

L'industriel répondit ensuite à ses deux questions. Scaramanga en prit bonne note dans son esprit: l'avertir de la date, faire croire à un accident et choisir soit même la méthode... Des idées très originales germaient dans l'esprit très productif de Scaramanga. Il savait une chose: il devait faire la chose très vite. L'étude et le siège de Bates data & co se situaient tout deux à Zurich. Scaramanga devra donc pouvoir tuer Bates, s'assurer de sa mort puis se rendre dans l'étude du notaire pour subtiliser le testament et le détruire. Il faudra sûrement faire vite, mais pour l'instant, il devait encore rencontrer quelqu'un d'autre, pour un autre contrat.
Mais Scaramanga fut coupé dans ses pensées par le serveur, qui amena les premiers plats. L'homme au pistolet d'or n'allait pas refuser de manger pareille nourriture... Il commença donc ses dégustations, avec toujours autant d'élégance et de self-control dans son attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Max Zorin
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 01/03/2013
Localisation : Palais de Chantilly
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Mer 6 Mar - 11:26

Zorin regardait maintenant l’Homme au pistolet d’or vérifier le contenu, puis lui assurer qu’il avait parfaitement confiance. Maximilien sourit à ces paroles, il aurait été assez amusant qu’il se passe le contraire et qu’il compte chacun des billets qui se trouvaient dans la mallette, dans ce cas, il n’aurait pas fini de compter. L’homme d’affaires regarda ensuite le tueur à gage pendant que le service se poursuivait et qu’ils pouvaient enfin goûter aux spécialités culinaires françaises. Il faut dire que la gastronomie était plutôt appréciable, et Max savait pertinemment qu’autour d’un bon déjeuner, les transactions se passent toujours mieux. Autour d’un bon déjeuner dans un restaurant étoilé, ou bien entouré de jeunes filles dans un hôtel étoilé selon les personnes, mais lui, ne donnait pas trop dans ce genre de choses. Enfin, en dégustant le premier plat, accompagné de grands crus hors de prix mais excellent, Zorin continua la conversation.

- Mr. Scaramanga, pour le reste de la somme, vous désirez que vous paie aussi en liquide ?

Zorin posait cette question, sûrement parce qu’il était propriétaire de la Zorin International Bank, et il pouvait facilement faire quelques transactions qui passeraient inaperçues. Mais, il n’était pas certain que l’Homme au pistolet d’or appréciait ce genre de virements. De toutes manières, ce détail était une broutille, qui ne poserait pas de problème outre mesure, le principal dans tout cela, était qu’on ne puisse pas remonter jusqu’à Max, et il pouvait faire bien des choses pour éviter ça. Cependant, l’assassinat de Fitzgerald Bates serait bien vite suspecté, aussi brillante que soit la technique dont Scaramanga le tuera, mais si il l’avait bien fait, ce détail serait bientôt oublié. Et comme le plan de Zorin ne s’arrêtait pas là, il serait quasiment impossible, même au plus fin limier de remonter jusqu’au Palais de Chantilly.

-Vous avez déjà une idée de la manière dont vous opérerez ?

Avec les renseignements qui se trouvaient dans le dossier que lui avait fournis Zorin, Scaramanga trouverait sans aucun doute quelque chose qui pourrait le mettre sur une piste. Max envisageait toutes les possibilités, pourquoi pas celle d’un poison indétectable qui ferait de suite penser à un arrêt cardiaque ou autre chose de ce genre. Mais il préférait laisser le soin à l’Homme au pistolet d’or de régler ce détail, il était sûrement plus habilité que lui pour cela, tout autant que Zorin était plus habilité que Scaramanga pour gérer ses entreprises multi-continentales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Francisco Scaramanga
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 23/02/2013
Localisation : Une île en Mer de Chine Méridionale
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Jeu 16 Mai - 20:17

Scaramanga finit de manger assez rapidement, puis feuilleta le dossier... Il y avait un grand nombres d'informations dans cette pochette: biographie, photographies, informations médicales, informations sur la vie sentimentale, sur le mode de vie... Etc. Bref, une mine d'information qui serait sûrement utile à la fertile imagination de Scaramanga. Celui-ci, d'ailleurs, était assez plongé dans ses pensées pour ne pas prêter grande attention à la question de Zorin, qui dût la répéter.

- Oh, désolé... Il faut avouer que vos renseignements sont précis: votre sens du détail est irréprochable. Mais pour répondre a votre question, bien que l'argent liquide soit mon principal mode de transaction, j'accepterais vos diamants: j'ai bien assez d'argent pour en garder sous cette forme.

- Vous avez déjà une idée de la manière dont vous opérerez ?


Scaramanga se remémora immédiatement les informations qu'il avait lues. Il en savait assez pour avoir établi une idée certes audacieuse, mais il serait difficile de faire encore plus discret que cela. Cela exploitait, en plus des habitudes de la victime, une des grande faille de la société contemporaine... C'était parfait, mais la probabilité de réalisation de cette méthode était encore inconnue pour Scaramanga... Il faudrait probablement dépenser un peu d'argent, mais cela était inclus dans le million (ou plutôt le million cent cinquante mille).

- Mon rapide survol de vos documents m'a permis d'élaborer un... projet. Si celui-ci peut s'accomplir, alors tout vos souhaits seront exaucés, à part peut-être la discrétion... Ce que je veux dire par là, c'est que des millions de gens apprendront sa mort, ce qui empêchera en soit tout soupçon de meurtre. La discrétion reste, selon un certain point de vue. Mais vous comprenez que je ne peux pas vous en dire plus sans m'assurer de la viabilité de la méthode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Max Zorin
T'as vue? C'est mon nom
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 01/03/2013
Localisation : Palais de Chantilly
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga] Ven 23 Aoû - 16:52

Zorin, terminait tranquillement son déjeuner, se projetant dans un futur qu’il espérait, et se remplit d’allégresse à l’idée de l’ingénieuse machination qu’il avait mise en branle à l’instant même où il avait pris contact avec Francisco Scaramanga, et qui devait s'achever beaucoup plus tard après avoir multiplié les rendez-vous et les intermédiaires. Le plan de Maximilien, tout comme les plus rodées et parfaites machinations, demande du temps à son exécuteur avant de se trouver parfaitement achevées, et cela est en général, gage de qualité et de sécurité. Il prit son menton dans sa main droite, happé par des réflexions dont il fut tiré par les paroles du tueur à gage. Il prit quelques instants de discernement, avant d’acquiescer d’un signe de tête poli au propos de l'homme. Après quelques instants, Maximilien posa une question qui se fit plus délicate, il voulait connaître le mode opératoire du tueur. Il se doutait bien que l’assassin ne lui ferait pas un dessin de ces projets ou ne pousserait pas les détails plus avant, mais il voulait simplement savoir si il avait déjà réfléchi à la question, et surtout si son imaginations saurait être fertile, ce qui était essentiel si l’on veut assassiner une personne célèbre sans que sa mort n'éveille de soupçons sur sa nature. La réponse que Scaramanga lui fournit réussit à faire esquisser un sourire à l'industriel qui en fut entièrement satisfait, bien qu’elle resta énigmatique et empreinte de secret, elle le contenta, sa grande connaissance de la nature humaine lui permit de voir une sorte d’étincelle, cette lueur de l’idée géniale, chez le tueur à gage, et il ne douta pas qu’il serait entièrement contenté par cet homme.
 

-Monsieur Scaramanga, je place en vous toute ma confiance, et je suis généreux et cordial avec les gens qui savent l’honorer. Cependant, je préfère vous prévenir que les gens qui me déçoivent…

 
Il laissa sa phrase en suspens un moment. Il savait que cela produisait généralement son petit effet, même s'il se doutait que Scaramanga n'était pas un faible d'esprit, ce qui l'aurait contraint sans aucun doute à embrasser une autre profession. Son but n'était pas d’intimider le tueur à gage, mais de lui faire comprendre qu’il attendait beaucoup de lui.


-… le regrettent.
 
Il se contenta de ces quelques mots, qu'il prononca d'un ton solennel et grave, comme pour appuyer d'avantage ce propos qui sonnait plus comme une attente qu'une menace. Certes, Zorin n'avait pas choisi là le formule la plus extraordinaire, mais celle que l'on surprend dans bon nombre de films et romans, mais l'homme ne cherchait pas l'originalité, mais voulait simplement que son message se fasse le plus clair possible à son interlocuteur. Max avait décidé de cette formule courte, le serveur qui s’approchait de leur table pour débarrasser n’aimerait sûrement pas en savoir plus qu’il ne le devrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
T'as vue? C'est mon nom
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





MessageSujet: Re: Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga]

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre chez Ledoyen[PV: Francisco Scaramanga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]
» Choix de l\'épée, notamment chez les Dúnedain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ne suffit pas :: Europe :: France-